13 Matching Annotations
  1. Mar 2024
    1. Résumé de la vidéo [00:00:02][^1^][1] - [00:48:11][^2^][2]:

      La vidéo aborde la complexité de l'identité de genre et le rôle de la psychiatrie dans l'accompagnement des personnes transgenres. Le pédopsychiatre partage ses expériences cliniques et discute des concepts tels que la dysphorie de genre, l'autodétermination éclairée et les approches non binaires du genre.

      Points clés: + [00:00:50][^3^][3] Introduction au sujet * Sujet délicat et polémique * Expérience clinique de 10 ans + [00:01:59][^4^][4] Biologie et identité de genre * Distinction entre sexe et genre * Complexité chez l'être humain + [00:03:05][^5^][5] Vue psychiatrique sur l'identité de genre * Évolution des perspectives * Notion d'identité sexuelle + [00:07:15][^6^][6] Approche actuelle et non binaire * Remise en question des catégories homme/femme * Spectre du genre et identités alternatives + [00:20:04][^7^][7] Accompagnement proposé * Réduction de la souffrance * Importance du lien familial et social + [00:36:13][^8^][8] Stabilité de l'identité sexuée * Blocage de la puberté chez les préadolescents * Accompagnement jusqu'à la maturité

  2. Feb 2024
    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:37:58][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence du professeur Marcel Rufo, pédopsychiatre, sur le thème "Comment accompagner vos enfants aux âges clés ?". Il aborde les différentes étapes du développement de l'enfant, de la naissance à l'adolescence, et donne des conseils aux parents pour favoriser leur épanouissement, leur autonomie et leur créativité. Il illustre ses propos par des exemples cliniques, des anecdotes personnelles et des références théoriques. Il répond également aux questions du public sur des sujets variés comme l'énurésie, la phobie scolaire, le harcèlement, l'hyperactivité, l'homosexualité, etc.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] L'importance de l'optimisme dans la relation parent-enfant * Il faut croire en la capacité de l'enfant à progresser et à s'adapter * Il faut éviter les discours pessimistes, culpabilisants ou infantilisants * Il faut respecter le rythme et la personnalité de l'enfant + [00:09:00][^4^][4] Les premières années de la vie : la construction du lien d'attachement * Il faut répondre aux besoins affectifs et physiologiques du bébé * Il faut accompagner le bébé dans la découverte du monde et de son corps * Il faut soutenir le bébé dans la séparation progressive avec la mère + [00:26:00][^5^][5] L'entrée à l'école : l'apprentissage de la socialisation et de l'autonomie * Il faut préparer l'enfant à la séparation et à la rencontre avec les autres * Il faut valoriser les progrès et les réussites de l'enfant * Il faut respecter le rythme et le niveau de l'enfant + [00:41:00][^6^][6] L'adolescence : la période des remaniements psychiques et corporels * Il faut accepter les changements et les conflits de l'adolescent * Il faut dialoguer avec l'adolescent et lui faire confiance * Il faut l'aider à construire son identité et son projet de vie + [01:04:00][^7^][7] Les questions du public : des réponses adaptées aux situations concrètes * Il faut écouter les préoccupations et les difficultés des parents * Il faut proposer des solutions pragmatiques et personnalisées * Il faut orienter les parents vers des professionnels si besoin

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:59:56][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence de Christophe Fauré, médecin psychiatre et spécialiste du deuil, qui explique les différentes étapes du processus de deuil, les mécanismes psychiques qui se mettent en place, les facteurs qui influencent le vécu du deuil, et les moyens d'accompagner les personnes endeuillées. Il aborde également les phénomènes de signes et de communications avec les défunts, ainsi que les expériences de mort imminente.

      Points clés : + [00:00:00][^3^][3] Le processus de deuil * Une réaction naturelle et bienveillante à la perte d'un proche * Un passage d'une relation extérieure à une relation intérieure * Une cicatrisation psychique qui restaure l'intégrité de la personne + [00:10:00][^4^][4] Les étapes du deuil * La sidération : un choc qui protège de la réalité * La fuite-recherche : un besoin de retrouver le défunt dans le monde * La désorganisation-restructuration : un réalignement sur le réel * La réorganisation : une intégration de la perte et une reprise de la vie + [00:30:00][^5^][5] Les facteurs influençant le deuil * Le type de relation avec le défunt * Le mode et les circonstances du décès * Le soutien de l'entourage et de la société * La personnalité et l'histoire du deuilant + [00:50:00][^6^][6] L'accompagnement du deuil * Une écoute empathique et respectueuse * Une validation des émotions et des vécus * Une information sur le processus de deuil * Une aide à la ritualisation et à la commémoration + [01:10:00][^7^][7] Les signes et les communications avec les défunts * Des expériences subjectives de contact avec le défunt * Des manifestations sensorielles, symboliques ou synchronistiques * Des phénomènes fréquents, normaux et bénéfiques * Des preuves d'une survie de la conscience après la mort + [01:30:00][^8^][8] Les expériences de mort imminente * Des états modifiés de conscience lors d'un arrêt cardiaque ou d'une situation de mort potentielle * Des caractéristiques communes : décorporation, tunnel, lumière, rencontre, revue de vie, frontière * Des conséquences profondes : transformation existentielle, ouverture spirituelle, absence de peur de la mort * Des défis scientifiques : une anomalie du modèle matérialiste, une exploration interdisciplinaire, une ouverture épistémologique

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:54:04][^2^][2] :

      Cette vidéo est une table ronde sur le thème de l'antipsychiatrie, qui regroupe des intervenants de différents horizons : une militante ex-psychiatrisée, un psychologue, un juriste et un animateur. Ils abordent les origines, les courants, les critiques et les alternatives à la psychiatrie institutionnelle, en s'appuyant sur des exemples concrets, des témoignages personnels et des références théoriques. Ils échangent leurs points de vue, parfois divergents, sur les enjeux politiques, sociaux et philosophiques de la santé mentale, ainsi que sur les droits et les besoins des personnes concernées.

      Points forts : + [00:02:34][^3^][3] La définition de l'antipsychiatrie * Un terme apparu en 1961 par David Cooper, un psychiatre réformiste * Un mouvement hétérogène, composé d'universitaires (Foucault, Deleuze, Goffman...) et de militants (psychiatrisés, survivants, ex-patients...) * Une critique politique, sociale et philosophique de la psychiatrie institutionnelle + [00:10:45][^4^][4] La recherche sur la psychiatrie * Les limites du modèle biomédical, qui réduit la souffrance humaine à des symptômes, des maladies et des traitements * Les effets néfastes de la psychiatrie sur les patients, notamment la stigmatisation, la violence, la perte d'autonomie et la chronicisation * Les alternatives possibles, comme la psychothérapie, la pair-aidance, les lieux de vie communautaires ou les approches transculturelles + [00:27:21][^5^][5] Le droit et la psychiatrie * L'évolution du droit du patient, grâce à l'influence de l'antipsychiatrie et à la protection constitutionnelle des libertés * Le rôle du juge des libertés et de la détention, qui contrôle les mesures d'hospitalisation sans consentement * Les difficultés de la pratique judiciaire, face à la complexité des situations, à la pression des experts et à la pénurie de moyens + [00:39:08][^6^][6] Les témoignages des patients * Les expériences vécues en psychiatrie, parfois bénéfiques, souvent traumatisantes * Les revendications des patients, comme le droit à l'autodétermination, le refus du diagnostic, le choix du soin ou la dénonciation des maltraitances * Les initiatives des patients, comme les associations, les collectifs, les médias ou les actions militantes

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:08:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est une conférence d'Anne-Marie Gagnon, une philosophe de la psychiatrie, qui présente ses recherches sur la définition du trouble mental et le rôle des valeurs dans la science.

      Elle explique comment la psychiatrie a été critiquée pour sa conception floue et normative du trouble mental, et comment elle a tenté de répondre à ces critiques en élaborant une définition basée sur la notion de dysfonction.

      Elle montre ensuite les limites de cette approche, et propose une alternative inspirée de la philosophie féministe des sciences, qui reconnaît la présence et l'importance des valeurs dans la science, sans renoncer à l'objectivité.

      Points saillants: + [00:02:51][^3^][3] L'historique de l'émergence du questionnement sur la définition du trouble mental * La psychiatrie a été remise en question dans les années 60-70 pour son efficacité, ses conditions de traitement et son statut scientifique * Le mouvement antipsychiatrique a accusé la psychiatrie de pathologiser la déviance sociale et d'utiliser le concept de maladie mentale comme un mythe * La crise entourant le diagnostic d'homosexualité a montré l'influence des groupes de pression et des valeurs sociales sur les catégories psychiatriques + [00:09:39][^4^][4] Les positions philosophiques sur la définition du trouble mental * Le naturalisme défend que le trouble mental est une dysfonction objective des fonctions naturelles, mais il peine à définir ces fonctions et à les distinguer des normes sociales * Le normativisme soutient que le trouble mental est une construction sociale basée sur des valeurs, mais il renonce à la scientificité de la psychiatrie et à la réalité des souffrances psychiques * La position hybride combine les deux approches, mais elle est difficile à articuler et à appliquer + [00:20:00][^5^][5] La proposition alternative inspirée de la philosophie féministe des sciences * La philosophie féministe des sciences remet en cause la conception traditionnelle de la science comme indépendante des valeurs, et propose une conception alternative qui reconnaît la présence et le rôle des valeurs dans la science * La proposition alternative consiste à définir le trouble mental comme une perturbation significative du fonctionnement psychique, biologique ou développemental, qui est évaluée selon des critères épistémiques, éthiques et politiques * Cette proposition permet de rendre compte de la diversité et de la pluralité des valeurs en jeu dans la psychiatrie, sans renoncer à l'objectivité et à la rigueur scientifique

      Résumé de la vidéo [00:21:00][^1^][1] - [01:08:00][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo présente la thèse d'Anne-Marie, qui porte sur la définition du trouble mental en psychiatrie et la question de l'objectivité scientifique.

      Elle propose une solution pour dépasser le débat entre le naturalisme et le normativisme, qui sont deux positions philosophiques opposées sur le rôle des valeurs dans la science.

      Sa solution consiste à adopter une conception alternative de la science, inspirée par la philosophie féministe des sciences, qui reconnaît la présence et l'importance des valeurs sociales et culturelles dans la production des savoirs scientifiques.

      Elle illustre sa proposition avec des exemples tirés de la psychiatrie et de la médecine.

      Points saillants: + [00:21:00][^3^][3] L'historique de la controverse sur la définition du trouble mental * La psychiatrie fait face à des critiques dans les années 60-70 * Le mouvement antipsychiatrique remet en question le concept de maladie mentale * La dépathologisation de l'homosexualité soulève le problème du vide conceptuel + [00:32:00][^4^][4] Les positions philosophiques sur le trouble mental * Le naturalisme défend une conception objective basée sur les fonctions naturelles * Le normativisme défend une conception subjective basée sur les valeurs sociales et culturelles * Les deux positions ont des problèmes et des limites + [00:45:00][^5^][5] La proposition d'Anne-Marie pour dépasser le débat * Adopter une conception alternative de la science qui admet la présence des valeurs * Distinguer les valeurs épistémiques et non épistémiques * Proposer des critères pour réguler les valeurs en science * Appliquer cette conception à la psychiatrie et à la médecine

      Résumé de la vidéo [00:46:00][^1^][1] - [01:08:00][^2^][2]:

      La deuxième partie de la vidéo présente les modèles sociaux de l'objectivité scientifique, qui sont des approches philosophiques qui reconnaissent le rôle des valeurs sociales et culturelles dans la production de la connaissance scientifique.

      L'objectif est de montrer comment ces modèles peuvent aider à penser la définition du trouble mental en psychiatrie, en dépassant l'opposition entre le naturalisme et le constructivisme.

      Points saillants: + [00:46:00][^3^][3] Les modèles sociaux de l'objectivité scientifique * Définition et origine des modèles sociaux * Exemples de modèles sociaux : la théorie de la communauté épistémique, la théorie de la démocratie épistémique, la théorie de la pluralité épistémique * Avantages et limites des modèles sociaux + [00:58:00][^4^][4] L'application des modèles sociaux à la définition du trouble mental * La notion de dysfonction comme une valeur sociale * La notion de préjudice comme une valeur sociale * La possibilité d'une objectivité sociale du trouble mental + [01:04:00][^5^][5] Les enjeux éthiques et politiques des modèles sociaux * La responsabilité sociale des psychiatres et des chercheurs * La participation des personnes concernées par le trouble mental à la définition * La diversité des perspectives sur le trouble mental

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:01:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est la première partie d'une conférence sur le concept de trouble mental et sa pertinence pour la psychiatrie personnalisée.

      Anne-Marie Gagné-Julien, médecin du sommeil, pédopsychiatre et docteur en philosophie de la psychiatrie, présente les enjeux épistémologiques et éthiques de cette approche, ainsi que les limites et les défis qu'elle pose.

      Elle compare la psychiatrie à l'oncologie, où la médecine personnalisée a connu des succès, mais aussi des limites.

      Elle interroge la notion de personnalisation, qui peut avoir des sens différents selon les disciplines et les contextes.

      Elle critique le rêve d'une psychiatrie fondée sur des marqueurs biologiques, qui négligerait la dimension clinique et relationnelle de la discipline.

      Elle propose de réfléchir à une psychiatrie qui soit à la fois précise, stratifiée et holistique, en tenant compte de la complexité des troubles mentaux et de la singularité des personnes.

      Points clés : + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la conférence * Présentation de la conférencière et du sujet * Contexte de la médecine personnalisée et de ses dénominations * Paradoxe entre la personnalisation et la numérisation + [00:09:01][^4^][4] L'exemple de l'oncologie personnalisée * Développement des techniques de séquençage et de bioinformatique * Ciblage des traitements en fonction des marqueurs moléculaires * Limites de la précision et de la complexité cellulaire + [00:17:01][^5^][5] La psychiatrie personnalisée : un champ émergent * Chronologie et terminologie de la psychiatrie personnalisée * Promesse de recherches en pharmacologie, génétique, marqueurs, stades et modèles mathématiques * Hypothèse d'un complexe de la psychiatrie trop clinique

      Résumé de la vidéo [00:18:00][^1^][1] - [01:01:00][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo présente les enjeux et les limites de la psychiatrie personnalisée, en comparant avec l'oncologie.

      L'orateur explique que la psychiatrie personnalisée vise à trouver des marqueurs biologiques, génétiques ou computationnels pour caractériser les troubles mentaux et proposer des traitements adaptés.

      Il montre que cette approche pose des problèmes épistémologiques, éthiques et pratiques, et qu'elle n'est pas forcément adaptée à la spécificité de la psychiatrie.

      Points clés: + [00:18:00][^3^][3] La psychiatrie personnalisée suit-elle le modèle de la médecine personnalisée ? * La psychiatrie cherche à se légitimer comme une discipline médicale * La psychiatrie reprend les termes et les méthodes de la médecine personnalisée * La psychiatrie a-t-elle des caractéristiques propres qui nécessitent une approche différente ? + [00:28:00][^4^][4] La psychiatrie personnalisée existe-t-elle ? * Il existe des recherches qui tentent de développer une psychiatrie personnalisée * Ces recherches promettent une pharmacologie, une génétique, des marqueurs, des stades et des approches mathématiques plus précis * Ces recherches sont encore peu nombreuses, peu concluantes et peu applicables + [00:38:00][^5^][5] La psychiatrie personnalisée est-elle souhaitable ? * La psychiatrie personnalisée pose des questions éthiques sur la responsabilité, la liberté et la dignité des patients * La psychiatrie personnalisée risque de réduire la complexité des troubles mentaux à des données quantifiables * La psychiatrie personnalisée peut être en contradiction avec la clinique, la relation et la singularité des patients

      Résumé de la vidéo [00:40:00][^1^][1] - [01:01:00][^2^][2]:

      La deuxième partie de la vidéo présente les limites et les défis de la psychiatrie personnalisée et de précision, en comparant avec d'autres disciplines médicales comme l'oncologie.

      L'orateur propose deux hypothèses pour expliquer le développement de ce champ : l'imitation et l'enrichissement.

      Points forts: + [00:40:00][^3^][3] L'hypothèse de l'imitation * La psychiatrie voudrait imiter l'oncologie qui a réussi à trouver des marqueurs biologiques * La psychiatrie suit les termes et les concepts de la médecine personnalisée * La psychiatrie cherche à se légitimer et à se crédibiliser + [00:48:00][^4^][4] L'hypothèse de l'enrichissement * La psychiatrie personnalisée serait une étape d'enrichissement de la discipline * La psychiatrie articulerait des approches personnalisées, des biotechnologies et des spécificités propres * La psychiatrie intégrerait des dimensions relationnelles, sociales et environnementales + [00:56:00][^5^][5] Les limites et les défis de la psychiatrie personnalisée * Le coût épistémique : la perte de connaissances et de perspectives * Le coût éthique : la sélection des patients, la stigmatisation, la réduction de la personne * Le coût social : la transformation du système de santé, la déshumanisation, la marchandisation

    1. Voici un résumé de la page web que vous consultez :

      • La détection précoce des troubles psychotiques chez les jeunes : C'est le sujet principal de la page, qui présente les enjeux, les causes et les solutions pour prendre en charge les adolescents et les jeunes adultes qui souffrent de troubles psychotiques, comme la schizophrénie.
      • Le pôle PEPIT de l'hôpital Sainte-Anne : C'est un exemple de structure spécialisée dans la détection et l'évaluation des troubles psychotiques chez les jeunes, qui propose une approche pluridisciplinaire et implique les patients et leurs familles dans le soin.
      • La psychothérapie institutionnelle : C'est une autre approche de la psychiatrie, qui considère la maladie mentale comme un problème social et non pas seulement organique, et qui met en place des soins psychiques adaptés à chaque cas.
      • Le Collectif du printemps de la psychiatrie : C'est un mouvement qui revendique plus de moyens humains et financiers pour l'hôpital public, et qui souhaite organiser des assises citoyennes de la psychiatrie ouvertes à toute la société.
    2. Un Français sur 5 connaîtra dans sa vie un épisode psychiatrique. Dans les trois quart des cas, les premiers symptômes apparaissent entre 15 et 25 ans.
    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:24:29][^2^][2] :

      Cette vidéo traite du trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), un trouble qui touche environ 5% des enfants d'âge scolaire et qui se caractérise par des difficultés à se concentrer, à se contrôler et à s'organiser. La vidéo explique les causes, les symptômes, le diagnostic, le traitement et les conséquences du TDAH, ainsi que les moyens d'améliorer ses capacités attentionnelles.

      Points clés : + [00:00:39][^3^][3] Le TDAH, un trouble méconnu et mal compris * Souvent confondu avec un problème d'éducation ou une mode * Nécessite un diagnostic précoce et une prise en charge adaptée * Peut être perçu comme un avantage dans certains contextes + [00:04:49][^4^][4] Le diagnostic du TDAH, une étape cruciale pour les familles * Permet de soulager la culpabilité et le stress des parents * Permet d'obtenir des aménagements scolaires et des aides * Permet de prévenir les risques de dérives et de maltraitance + [00:10:09][^5^][5] Le traitement du TDAH, une combinaison de médicaments et de psychothérapie * Le méthylphénidate, un psychostimulant qui agit sur la dopamine * La guidance parentale, une psychothérapie qui aide les parents à mieux comprendre et accompagner leur enfant * Le suivi médical, une surveillance régulière des effets secondaires et de l'évolution du trouble + [00:15:01][^6^][6] L'apprentissage de l'attention, une compétence à développer chez tous les élèves * L'attention, une capacité qui se travaille et qui se régule * L'intention, une stratégie qui permet de se concentrer sur un objectif * Le circuit de la récompense, un mécanisme qui peut favoriser ou perturber l'attention * Les écrans, une source de distraction qui peut sur solliciter le circuit de la récompense

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:03:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est une conférence du Dr Olivier Revol, pédopsychiatre et spécialiste des troubles de l'apprentissage, sur le thème de l'enfant agité et du trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Il explique les causes, les symptômes, les conséquences et les traitements possibles de ce trouble, ainsi que les stratégies éducatives et pédagogiques à adopter pour aider ces enfants à réussir à l'école et dans la vie.

      Points clés: + [00:00:00][^3^][3] Présentation du Dr Revol et de son parcours * Dirige le centre de référence des troubles d'apprentissage à Lyon * Auteur de plusieurs livres sur le sujet * S'intéresse aux enfants agités, hyperactifs, à haut potentiel ou Asperger + [00:02:31][^4^][4] Définition et diagnostic de l'enfant agité et du TDAH * L'enfant agité peut avoir plusieurs causes: psychologiques, familiales, scolaires, neurologiques * Le TDAH est un trouble neurologique qui se caractérise par un déficit de l'attention, une impulsivité et une hyperactivité * Le TDAH se diagnostique par des échelles de comportement, des tests neuropsychologiques et des examens médicaux * Le TDAH touche environ 5% des enfants, plus souvent les garçons que les filles + [00:22:02][^5^][5] Les conséquences du TDAH sur la scolarité et la vie sociale * Le TDAH entraîne des difficultés à se concentrer, à s'organiser, à respecter les consignes, à contrôler ses émotions * Le TDAH provoque souvent un sentiment d'injustice, de rejet, de culpabilité, de honte chez l'enfant et sa famille * Le TDAH peut conduire à un échec scolaire, à une dépression, à une délinquance, à une addiction, à une violence + [00:41:20][^6^][6] Les traitements possibles du TDAH * Le TDAH se traite par une approche multimodale: médicamenteuse, psychologique, éducative et pédagogique * Le traitement médicamenteux repose sur la Ritaline, un psychostimulant qui augmente la dopamine dans le cerveau * Le traitement psychologique vise à renforcer l'estime de soi, la confiance, la motivation, la résilience de l'enfant * Le traitement éducatif consiste à instaurer des règles claires, des routines, des récompenses, des limites à la maison * Le traitement pédagogique implique de s'adapter au rythme, au style, aux besoins, aux intérêts de l'enfant à l'école + [00:58:01][^7^][7] Les conseils aux parents et aux enseignants pour accompagner l'enfant TDAH * Reconnaître que le TDAH est un handicap, pas une volonté de nuire ou de mal faire * Communiquer avec l'enfant, les parents, les enseignants, les professionnels de santé * Encourager l'enfant, valoriser ses efforts, ses progrès, ses réussites * Proposer un environnement calme, structuré, sécurisant, stimulant * Lui laisser du temps, de l'espace, de la liberté, de la créativité

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:35:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence sur les sciences du danger et leur application en psychiatrie légale, organisée par la section de psychiatrie légale de l'AFPBN. Trois intervenants exposent leurs réflexions et leurs expériences sur le sujet, en abordant les aspects théoriques, pratiques et éthiques.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction par Nidal Moukaddam * Présente le contexte et les objectifs de la conférence * Présente les trois intervenants et leurs parcours * Souligne l'importance de la psychiatrie légale et de la science du danger + [00:02:01][^4^][4] Mathieu Lacambre : La naissance de la science du danger en psychiatrie * Définit les concepts de risque, de danger, de sécurité et de sûreté * Présente les origines et les principes des sciences du danger (cindyniques) * Explique les applications et les limites des sciences du danger en psychiatrie * Illustre son propos avec un exemple de prise en charge d'un agresseur sexuel sous injonction de soins + [00:21:01][^5^][5] Laurent Lallier : L'expertise psychiatrique à la lumière des neurosciences * Présente les enjeux et les modalités de l'expertise psychiatrique pénale * Présente les apports et les limites des neurosciences dans l'évaluation de la responsabilité pénale * Explique les notions de discernement, d'altération du jugement et d'abolition du discernement * Illustre son propos avec des exemples de cas cliniques et de recherches en neuro-imagerie + [00:40:01][^6^][6] Nidal Moukaddam : La science du danger et la prévention du suicide * Présente les enjeux et les chiffres du suicide en France et dans le monde * Présente les facteurs de risque et de protection du suicide * Présente les modèles et les outils de prédiction du suicide * Explique les limites et les biais des modèles prédictifs * Présente les stratégies et les recommandations de prévention du suicide + [01:00:01][^7^][7] Questions-réponses avec le public * Les intervenants répondent aux questions du public sur divers aspects de la science du danger et de la psychiatrie légale * Les questions portent notamment sur la formation des experts, la place des victimes, la responsabilité des soignants, l'éthique des neurosciences, la prévention du suicide chez les jeunes, etc.

  3. Dec 2023
    1. solche fälle sind der regel in der psychiatrie, keine ausnahme.<br /> im psycho-knast landen alle, gegen die man zu wenig beweise hat, um sie in den normalen knast zu sperren.<br /> praktisch immer ist es "streit" mit nachbarn oder familie, und ein anruf bei der polizei ist ein billiger weg, um den "störer" loszuwerden, dem dann von den ärzten gesagt wird "sie sind gestört" und "sie brauchen beruhigungsmittel", und die ärzte fälschen alle beweise, damit der richter sagt "der braucht eine zwangsbehandlung".<br /> ich war insgesamt circa 2 jahre im psycho-knast, immer wegen solchen "aussagen von besorgten bürgern"...<br /> wer das selber nicht erlebt hat, der wird es nicht glauben, und lieber weiter steuern und beiträge zahlen, damit das "unfehlbare" system weiter läuft... also alle sind schuld.