74 Matching Annotations
  1. Last 7 days
  2. May 2024
    1. In Frankreich beginnt in dieser Woche eine öffentliche Debatte um ein großes lithium-bergbauprojekt im zentralmassiv. Der umfassende Artikel beleuchtet eine Vielzahl von Aspekten des lithium-Abbaus und der zunehmenden Opposition dagegen, die eng mit dem Kampf gegen die individuelle motorisierte Mobilität verbunden ist. https://www.liberation.fr/environnement/climat/course-au-lithium-made-in-france-une-opportunite-a-saisir-ou-un-mirage-ecologique-20240310_FQOVXTBNKJC5NJ7EZI2UQKOAIY/in

    1. Dichter und sehr gut dokumentierter Überblicksratikel über die Expansionspläne der Öl- und Gasindustrie. Aus unerschlossenen Feldern sollen 230 Milliarden Barrel Öläquivalent gefördert werden - im klaren Widerspruch zum Pariser Abkommen. Durch Ausbeutung neuer Lager werden bis 2025 voraussichtlich 70 Gt CO<sub>2</sub> und damit 17% des Budgets für das 1,5° Ziel ausgestoßen. Eingegangen wird auch auf den Ausstiegsplan des Tyndall Centre. https://taz.de/Run-auf-fossile-Brennstoffe/!5973686/

    1. Résumé de la vidéo [00:00:10][^1^][1] - [00:32:18][^2^][2] : Cette vidéo présente une conférence de Jérôme Lang sur le choix social computationnel. Il aborde l'intersection de l'intelligence artificielle, des sciences informatiques, de l'économie et de la théorie du choix social. Lang discute des problèmes de prise de décision collective, de la manipulation de vote, de la démocratie liquide et de l'agrégation des croyances.

      Points forts : + [00:00:10][^3^][3] Introduction au choix social computationnel * Présentation de Jérôme Lang et de son parcours multidisciplinaire * Aperçu de la théorie du choix social et de ses applications + [00:07:07][^4^][4] Contribution de l'informatique et de l'IA * Impact de l'informatique sur la résolution de problèmes complexes en choix social * Nouveaux paradigmes et objets d'étude introduits par l'IA + [00:08:14][^5^][5] Démocratie liquide * Explication du concept de démocratie liquide et de ses avantages * Discussion sur les problèmes algorithmiques liés à la démocratie liquide + [00:15:13][^6^][6] Choix social épistémique et crowdsourcing * Application de l'agrégation des croyances au crowdsourcing * Utilisation des votes pour estimer la vérité sur le monde réel + [00:22:55][^7^][7] Vote itératif * Présentation du vote itératif et de son potentiel pour améliorer le bien-être social * Exemple de manipulation de vote pour atteindre un consensus + [00:31:19][^8^][8] Budget participatif * Introduction au concept de budget participatif * Discussion sur la manière dont les votes peuvent influencer la sélection des projets Résumé de la vidéo [00:32:20][^1^][1] - [01:03:36][^2^][2] : La vidéo présente une conférence de Jérôme Lang sur le choix social computationnel, abordant des sujets tels que le budget participatif, la sélection de comités diversifiés et les systèmes de vote. Lang discute des méthodes de vote et de sélection, des problèmes algorithmiques sous-jacents et de leur impact sur la prise de décision collective dans divers contextes.

      Points forts : + [00:32:20][^3^][3] Le budget participatif à Paris * Utilisation du vote par approbation jusqu'en 2020 * Les citoyens votaient pour des projets dans leur arrondissement et pour tout Paris * Discussion sur l'efficacité de l'algorithme glouton par rapport à une approche globale + [00:38:14][^4^][4] La sélection de comités * Les défis de la création de comités équilibrés avec diverses contraintes * Exploration des méthodes pour atteindre des proportions cibles ou respecter des contraintes strictes * Exemples de la sélection de comités dans un contexte académique + [00:44:43][^5^][5] Les appariements stables * Présentation du problème de l'appariement stable entre médecins et hôpitaux * Discussion sur l'existence d'appariements stables et leur importance dans les systèmes d'affectation * Examen de la manière dont les préférences des parties influencent la stabilité des appariements + [00:51:15][^6^][6] Les plateformes de vote en ligne * Comparaison entre Doodle et la plateforme de vote en ligne développée par l'Université de Grenoble * Avantages de l'utilisation de plateformes sans publicité et axées sur la recherche pour les décisions collectives

    1. Résumé de la vidéo [00:00:07][^1^][1] - [00:21:52][^2^][2]:

      Maël PEGNY discute de l'importance pour les scientifiques sociaux de comprendre le calcul et l'informatique, en particulier dans le contexte de l'apprentissage automatique et de la modélisation des thèmes. Il explore les problèmes génériques liés à l'abstraction, à la validation intuitive des résultats et à la pluralité des formalisations dans la recherche.

      Points forts: + [00:00:07][^3^][3] L'importance de la compréhension du calcul * La nécessité pour les scientifiques sociaux de comprendre les outils informatiques * La distinction entre spécification et implémentation * L'impact de l'abstraction sur l'interprétation des calculs + [00:05:03][^4^][4] L'intuition et la formalisation * La traduction des problèmes intuitifs en problèmes formels * La spécification comme guide pour l'exécution des méthodes computationnelles * La validation des résultats computationnels par rapport à l'intuition initiale + [00:11:15][^5^][5] La pluralité des formalisations * Les différentes manières de formaliser un problème intuitif * L'interprétation de la pluralité comme clarification conceptuelle ou échec méthodologique * Les décisions pragmatiques prises lors de la formalisation + [00:15:36][^6^][6] Les concepts opaques et la méthodologie * La difficulté de définir des concepts intuitifs comme les thèmes de recherche * La comparaison entre l'intuition et la formalisation * La question de savoir si la philosophie des sciences a pleinement reconnu ces problèmes méthodologiques Résumé de la vidéo [00:21:53][^1^][1] - [00:44:03][^2^][2] : La vidéo présente une conférence de Maël PEGNY sur l'importance de la compréhension des calculs en sciences sociales, en particulier en ce qui concerne le machine learning et la métaprogrammation. PEGNY discute des défis liés à la formalisation des problèmes intuitifs et à la spécification des calculs, soulignant les ambiguïtés terminologiques et les difficultés d'interprétation. Il explore également la notion de métriques de performance en machine learning et leur rôle dans la formalisation partielle des intuitions de départ.

      Points saillants : + [00:22:00][^3^][3] Défis de la formalisation * Difficulté à caractériser les actions sans formalisation explicite * Débat sur la terminologie appropriée pour décrire les processus + [00:23:01][^4^][4] Métaprogrammation en machine learning * Processus de programmation d'un algorithme qui génère un autre programme * Importance de comprendre les calculs sous-jacents à la fois de l'algorithme d'apprentissage et du modèle résultant + [00:24:53][^5^][5] Rôle des métriques de performance * Les métriques guident l'apprentissage et optimisent la performance * Elles constituent une forme de formalisation partielle des intuitions + [00:37:04][^6^][6] Identification des thèmes de recherche * Approche intuitive et non systématique pour déterminer les thèmes * Comparaison entre les résultats intuitifs et ceux générés par le machine learning Résumé de la vidéo [00:44:05][^1^][1] - [01:04:55][^2^][2]:

      La vidéo présente une conférence de Maël PEGNY sur l'importance de la compréhension des méthodes computationnelles en sciences sociales. Il discute des défis liés à l'analyse de données et à l'interprétation des résultats obtenus par machine learning, soulignant les limites des approches traditionnelles et la nécessité d'adapter les méthodes statistiques aux complexités des données sociales.

      Points forts: + [00:44:05][^3^][3] Choix de la base de données * Importance de la sélection des données * Différences entre autodescription et publications + [00:45:35][^4^][4] Problèmes d'interprétation * Difficultés d'interprétation des résultats * Nécessité d'ajuster les stop words en NLP + [00:48:04][^5^][5] Pluralité des formalisations * Comparaison de différentes méthodes d'analyse * Impact de la complexité des modèles sur l'interprétation + [00:57:52][^6^][6] Épistémologie des statistiques * Questionnement sur la nouveauté des problèmes posés par le machine learning * Pertinence des traditions statistiques pour comprendre l'apprentissage automatique Résumé de la vidéo 01:04:57 - 01:09:09 : La partie 4 de la vidéo aborde la nécessité pour les scientifiques sociaux de comprendre les calculs dans le contexte de l'apprentissage profond et de la statistique. Elle explore le choc que le succès de l'apprentissage profond a provoqué chez les statisticiens et comment cela a conduit à une réévaluation des fondements de la théorie statistique.

      Points forts : + [01:05:00][^1^][1] Surprise des statisticiens * L'apprentissage profond a surpris les statisticiens * Reconsidération des fondements de la théorie statistique * Recherche d'une compréhension théorique de l'apprentissage profond + [01:05:49][^2^][2] Nouveautés dues à l'échelle de calcul * Changements qualitatifs avec l'augmentation de la masse des données * Nouveautés apparaissent avec le calcul à grande échelle * Importance de la modélisation formelle des problèmes + [01:07:37][^3^][3] Différenciation des enjeux de formalisation * Distinction entre mathématiques, logique et informatique théorique * La formalisation en informatique diffère de celle en mathématiques * La tradition de méthodes formelles rigoureuses est peu représentée en machine learning

    1. Résumé de la vidéo [00:00:06][^1^][1] - [00:31:01][^2^][2] : La vidéo présente une conférence de Benedict Eastaugh sur la théorie du choix social dans les sociétés infinies. Il explore le paradoxe de Condorcet et les conditions d'Arrow pour une fonction de bien-être social, ainsi que les possibilités offertes par les sociétés infinies pour résoudre ces paradoxes.

      Points forts : + [00:00:06][^3^][3] Le paradoxe de Condorcet * Examine la règle de la majorité et ses limites * Présente un scénario où la règle de la majorité mène à une contradiction * Souligne le besoin de conditions supplémentaires pour les fonctions d'agrégation + [00:07:20][^4^][4] Les conditions d'Arrow * Discute de l'unanimité, de l'indépendance des alternatives irrélevantes et de la non-dictature * Explique le théorème d'impossibilité d'Arrow et ses implications * Mentionne le théorème de possibilité de Fishburn pour les sociétés infinies + [00:14:02][^5^][5] Modèles de sociétés infinies * Présente trois types de sociétés infinies : continues, infinies dans le temps et conditionnées par des états possibles * Questionne la pertinence et l'applicabilité de ces modèles * Aborde les défis liés à la prise de décision sociale dans ces contextes + [00:20:52][^6^][6] La non-calculabilité des fonctions de bien-être social * Examine la nature non-constructive des preuves et des fonctions résultantes * Discute de la relation entre les axiomes non-constructifs et le théorème de possibilité de Fishburn * Explore les implications pour les scénarios électoraux et les sociétés infinies Résumé de la vidéo [00:31:04][^1^][1] - [01:03:23][^2^][2]:

      La deuxième partie de la vidéo se concentre sur la théorie du choix social dans les sociétés infinies, en utilisant le cadre formel de l'arithmétique du second ordre. Elle aborde les défis de la cardinalité et de l'effectivité, propose des solutions pour modéliser les sociétés comptables et examine les théorèmes de Kerman-Sunderman, Arrow et Fishburne dans ce contexte.

      Points forts: + [00:31:04][^3^][3] Cadre formel et reverse mathematics * Introduction à l'arithmétique du second ordre et à la notion de contre-exemple récursif * Lien entre les mathématiques inversées et la théorie de la calculabilité + [00:35:08][^4^][4] Défis de la théorie du choix social pour les sociétés comptables * Problèmes de cardinalité avec un nombre infini de votants * Nécessité de conditions affaiblies pour satisfaire les théorèmes d'Arrow dans le cas fini + [00:45:00][^5^][5] Construction d'une société comptable * Définition des votants, des alternatives et des profils dans le cadre comptable * Conditions pour qu'une collection détermine une société, en termes de mesurabilité et de richesse combinatoire + [00:51:03][^6^][6] Théorèmes dans le cadre comptable * Preuve du théorème d'Arrow pour les sociétés finies dans RCA 0 * Discussion sur le théorème de possibilité de Fishburne et son statut non constructif Résumé de la vidéo [01:03:27][^1^][1] - [01:04:52][^2^][2]:

      La partie 3 de la vidéo aborde la théorie du choix social dans les sociétés infinies, en se concentrant sur les résultats de manipulabilité et d'impossibilité dans les systèmes de vote, ainsi que sur les théorèmes de Gibbard-Satterthwaite et d'Arrow.

      Points forts: + [01:03:27][^3^][3] Choix social et médicaments * Discussion sur l'indexation des résultats en fonction de conditions * Questionnement sur la plausibilité des états infinis + [01:04:10][^4^][4] Résultats de manipulabilité et théorèmes d'impossibilité * Mention des théorèmes de Gibbard-Satterthwaite et d'Arrow * Analyse des cas infinis et résultats similaires à la compréhension arithmétique + [01:04:45][^5^][5] Nature non constructive des résultats * Évocation de la non-constructivité et de la non-calculabilité * Clôture de la discussion par des remerciements

    1. Résumé de la vidéo [00:00:06][^1^][1] - [00:27:33][^2^][2]:

      Célia Zolynski discute de la transition du calcul du sujet à son empowerment dans le contexte de l'intelligence artificielle (IA) et de la régulation des plateformes. Elle aborde les enjeux de la régulation de l'IA, l'importance de protéger les droits fondamentaux face aux risques potentiels, et propose des pistes pour renforcer le pouvoir d'action des utilisateurs.

      Points forts: + [00:00:06][^3^][3] Introduction et contexte * Présentation de Célia Zolynski et de son domaine d'expertise en droit du numérique * Importance de la régulation des plateformes et des systèmes d'IA + [00:03:06][^4^][4] Régulation des droits fondamentaux et IA * Approche actuelle de la régulation visant à protéger les droits fondamentaux * Nécessité d'une approche complémentaire pour renforcer le pouvoir d'action des utilisateurs + [00:10:01][^5^][5] Le règlement sur l'intelligence artificielle (AI Act) * Discussion sur le AI Act proposé par la Commission européenne * Classification des risques et mécanismes de mise en conformité + [00:17:01][^6^][6] Empowerment de l'utilisateur final * Stratégies pour améliorer la compréhension et l'interaction des utilisateurs avec les systèmes d'IA * Importance de la transparence et de la jouabilité pour l'empowerment Résumé de la vidéo [00:27:34][^1^][1] - [00:53:16][^2^][2]:

      La vidéo présente une conférence de Célia Zolynski, qui aborde le sujet de l'impact des systèmes algorithmiques sur les individus et la société. Elle souligne l'importance de comprendre, débattre et potentiellement contester les contraintes techniques imposées par ces systèmes, en particulier dans le contexte des ressources humaines et de la reconnaissance faciale.

      Points forts: + [00:27:34][^3^][3] Comprendre et débattre des contraintes techniques * Nécessité de réflexion collective sur l'utilisation des algorithmes * Importance de la formation pour un débat éclairé * Propositions de la Commission nationale consultative des droits de l'homme + [00:30:10][^4^][4] Droit de contester les décisions algorithmiques * Reconnaissance du droit de contestation en droit des données personnelles * Discussion sur l'accès aux preuves et la présomption de non-discrimination * Importance de la défense des libertés et droits fondamentaux + [00:34:18][^5^][5] Actions collectives pour la défense des droits * Nécessité de procédures pour organiser des actions collectives * Importance des organismes de promotion de l'égalité et de la défense des droits * Propositions pour une régulation plus humaniste de la technique + [00:36:01][^6^][6] Droit au paramétrage des systèmes algorithmiques * Proposition d'un droit de paramétrage pour l'utilisateur * Impact sur les algorithmes de recommandation et les assistants vocaux * Vision d'une interaction plus humaniste entre l'homme et la machine Résumé de la vidéo [00:53:17][^1^][1] - [01:10:10][^2^][2]:

      La vidéo présente une discussion approfondie sur le Digital Markets Act (DMA) et son impact sur les grandes plateformes numériques, en particulier en ce qui concerne l'accès aux données et le contrôle du marché. Célia Zolynski explore les défis liés à la qualification des bases de données en tant qu'infrastructures essentielles et les obligations imposées aux acteurs dominants pour promouvoir l'innovation et la concurrence loyale.

      Points saillants: + [00:53:17][^3^][3] Le marché numérique et le DMA * Analyse du rôle des grandes plateformes dans l'organisation du marché * Discussion sur les pratiques déloyales et l'effet de verrouillage du marché * Importance de l'accès aux données pour la concurrence et l'innovation + [00:57:03][^4^][4] Paramètres de l'utilisateur et contenu * Exploration de la possibilité pour les utilisateurs de contrôler l'affichage du contenu * Importance du design et de la facilité de modification des paramètres * Réflexion sur les paramètres utiles et déterminants pour les utilisateurs + [01:02:00][^5^][5] Fatigue du consentement et design * Discussion sur la fatigue du consentement et l'importance d'un design encourageant l'interaction * Idées pour préconfigurer les choix des utilisateurs concernant les cookies * Défis liés à l'équilibre entre préinstallation et contrôle utilisateur + [01:07:02][^6^][6] Complexité réglementaire et accès au marché * Analyse de la complexité des textes réglementaires et de leur impact sur les PME * Approche asymétrique imposant plus d'obligations aux grands acteurs * Objectif de ne pas créer de barrières réglementaires à l'entrée sur le marché

    1. Résumé de la vidéo [00:00:20][^1^][1] - [00:22:58][^2^][2]:

      Cette vidéo présente une conférence de Luc PELLISSIER sur la complexité des textes juridiques et leur traitement calculatoire. Il explore les notions de complexité en informatique théorique, la simplification et la codification du droit, et comment ces processus affectent l'accessibilité et l'intelligibilité de la loi. Il discute également des différentes époques de la codification en France et de l'impact de l'informatisation sur la législation.

      Points forts: + [00:00:20][^3^][3] Introduction et contexte * Présentation du sujet et de l'importance de la complexité en informatique * Lien entre l'enseignement du droit et la complexité + [00:01:15][^4^][4] Complexité et droit * Exploration de la complexité en informatique théorique * Absence de la notion de complexité dans la littérature juridique + [00:04:27][^5^][5] Simplification et codification * Discussion sur la simplification du droit comme objectif constitutionnel * Relation entre simplification et codification dans l'histoire juridique française + [00:07:04][^6^][6] Les trois âges de la codification en France * Analyse des différentes méthodes de codification depuis le Consulat jusqu'à aujourd'hui * Impact de l'informatisation sur la codification et la législation + [00:17:19][^7^][7] Le droit comme système calculatoire * Proposition d'une nouvelle perspective sur le droit comme objet calculatoire * Exemple de la rémunération des heures complémentaires dans les universités françaises Résumé de la vidéo [00:23:00][^1^][1] - [00:44:29][^2^][2] : La vidéo présente une analyse détaillée des textes juridiques en tant qu'objets calculatoires, en explorant la complexité des modifications législatives et réglementaires, ainsi que leur impact sur la consolidation des textes de loi.

      Points saillants : + [00:23:00][^3^][3] Classification des dispositions législatives * Différenciation entre les dispositions substantielles et celles qui appellent à l'action d'autres autorités. * Exemples concrets de modifications législatives et leur effet direct ou indirect sur le monde réel. * Discussion sur la complexité des textes qui modifient d'autres textes. + [00:25:02][^4^][4] Modifications précises vs. générales * Comparaison entre les modifications qui indiquent exactement quel texte changer et celles qui sont plus larges et moins spécifiques. * Impact des modifications générales sur la clarté et l'interprétation des textes. * Exemple de la réforme du Conseil national des universités et ses implications. + [00:31:02][^5^][5] Citations et références dans les textes législatifs * Utilisation de citations textuelles pour lier différents codes, comme le Code de l'éducation et le Code de la santé publique. * Problèmes posés par les modifications qui ne sont pas consolidées et laissent l'utilisateur final interpréter le texte. + [00:37:00][^6^][6] Conséquences des modifications non consolidées * Difficultés rencontrées par les utilisateurs du droit en raison de modifications automatiques non reflétées dans les textes consolidés. * Questions soulevées sur la simplification du droit et l'accessibilité des informations légales actuelles. Résumé de la vidéo [00:44:31][^1^][1] - [01:03:14][^2^][2]:

      La partie 3 de la vidéo aborde la complexité du texte juridique en tant qu'objet calculatoire, en se concentrant sur les processus d'amendement, de consolidation et de codification. Luc Pellissier explore les défis théoriques et pratiques liés à la gestion des versions d'un texte de loi et la nécessité d'une approche formelle pour comprendre les modifications et leur impact sur la structure du texte.

      Points forts: + [00:44:31][^3^][3] Théorie du versionnement * Discussion sur la gestion des versions d'un fichier ou d'une loi * Importance des modifications explicites pour une théorie correcte + [00:46:11][^4^][4] Analogie avec le logiciel libre * Comparaison entre le texte juridique et le code source d'un logiciel * Le rôle de la compilation dans la compréhension du logiciel + [00:49:00][^5^][5] Questions épistémologiques * Débat sur la neutralité du droit et l'impact des hypothèses de recherche * Lien entre la simplification du droit et la qualité démocratique + [00:55:01][^6^][6] Développement d'un logiciel de versionnage * Spécification du logiciel pour la gestion des versions du droit * Défis liés à la création d'une théorie propre pour un "code spaghetti" juridique + [01:01:03][^7^][7] Structure formelle du texte juridique * Visualisation du texte de loi comme un arbre avec des branches et des modifications * Impact des outils informatiques sur la précision des modifications législatives

  3. Mar 2024
    1. The above report is an underestimation of datacenter power demand, but there are plenty of overestimates too

      Wow, so semi-analysis is seeing the IEA estimates as a low ball? I did not see that coming

  4. Feb 2024
    1. Sultan Al Jaber hat bei einer von der IEA gehosteten Diskussion dazu aufgerufen, ber der Energiewende die Nachfrageseite adäquat zu berücksichtigen (was bei bestimmten IPCC-Szenarios und bei Degrowth-Ansätzen schon lange der Fall ist). Eine Studie von ExxonMobil prognostiziert wedding Wachstum der m des Energieverbrauchs um 15% bis 2050. https://www.theguardian.com/environment/2024/feb/20/energy-turmoil-looms-unless-demand-is-checked-says-cop28-president-sultan-al-jaber

    1. Résumé de la vidéo [00:00:17][^1^][1] - [00:35:18][^2^][2]:

      La vidéo aborde le thème du mensonge et de la réputation dans le contexte philosophique et social. Elle explore pourquoi mentir est considéré comme grave, la relation entre vérité et mensonge, et comment la réputation et l'identité sociale sont construites et perçues.

      Points clés: + [00:00:17][^3^][3] Le mensonge en philosophie * Importance du mensonge pour les philosophes * Impact du mensonge sur la réputation + [00:01:01][^4^][4] Publication sur la réputation * Livre à paraître sur le sujet * Séminaire sur la réputation + [00:01:30][^5^][5] La vérité et l'auto-tromperie * Tradition philosophique sur le mensonge à soi-même * Exemples historiques et contemporains + [00:14:14][^6^][6] L'image de soi et la réputation * Gestion de l'image personnelle * Influence de la réputation sur l'identité sociale + [00:19:18][^7^][7] Développement de l'ego social * Théories sur l'ego et la cognition sociale * Dualité de l'identité personnelle et sociale + [00:25:03][^8^][8] Gestion de la réputation * Travaux d'Erving Goffman sur l'image sociale * Négociation de l'image dans les interactions sociales

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:17:47][^2^][2] :

      Cette vidéo traite du rôle de la religion dans l'espace public et des conditions pour atteindre le respect mutuel dans les sociétés démocratiques et pluralistes. L'orateur examine les exemples de l'intersection de la religion et de la politique dans le monde, et les défis qu'elle pose pour le débat public. Il critique les arguments de Richard Rorty et d'autres qui veulent exclure la religion de la sphère publique, mais il souligne aussi les dangers de l'invocation de l'autorité divine ou de la providence pour justifier des actions politiques. Il appelle à une évaluation au cas par cas des influences religieuses, et à une prise en compte des engagements collatéraux qui peuvent corrompre ou enrichir les valeurs religieuses.

      Points forts : + [00:00:19][^3^][3] Le titre et le sujet de la conférence * Quand la religion est-elle un "arrêt de la conversation" ? * La montée de la religion dans l'espace public + [00:00:49][^4^][4] Les exemples de la conflation du religieux et du politique * Le nationalisme hindou en Inde * Le soutien des chrétiens évangéliques à Donald Trump * Le meurtre de Samuel Paty en France + [00:03:27][^5^][5] L'appel de William Marx à respecter la religion dans les sociétés et le discours publics * La référence à Voltaire et à l'idéal de la coexistence pacifique * La critique de l'allergie nationale à la religion en France + [00:05:02][^6^][6] Le rôle des croyants religieux dans l'atteinte du respect mutuel * La nécessité d'une rue à double sens où les deux parties se respectent * Le problème de la liaison de la croyance en Dieu à des engagements collatéraux + [00:07:00][^7^][7] La réponse à l'argument de Richard Rorty que la religion est un arrêt de la conversation * La citation de Nicholas Wolterstorff sur les brins de conviction religieuse * Le piège de la causalité entre la religion et la moralité * L'exemple de la comparaison de Bruce Lincoln entre Al-Qaïda et George W. Bush

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [02:57:42][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence sur les neurosciences de la violence et des valeurs, organisée par le programme Brain, Culture and Society de l'Institut d'études avancées de Paris. Elle réunit des experts de différentes disciplines pour discuter du phénomène du syndrome E, qui désigne la transformation de personnes ordinaires en tueurs de masse. La vidéo se compose de trois parties :

      Faits saillants : + [00:00:20][^3^][3] Introduction par le professeur Alain Berthoz * Présente le contexte et les objectifs de la conférence * Rend hommage au professeur Itzhak Fried, initiateur du projet * Annonce les intervenants et le déroulement de la conférence + [00:18:45][^4^][4] Syndrome E : alors et maintenant, par le professeur Itzhak Fried * Revient sur la genèse et la définition du syndrome E * Présente les symptômes et le modèle de fracture cognitive * Évoque les travaux interdisciplinaires menés à l'Institut d'études avancées * Pose les questions actuelles sur la prévention et la responsabilité + [00:32:40][^5^][5] Neurosciences sociales de la déshumanisation, par la professeure Susan Fiske * Explique comment les gens catégorisent les autres selon deux dimensions : la chaleur et la compétence * Montre comment les groupes marginalisés sont déshumanisés selon différents modes : envie, pitié, dégoût * Illustre les signatures neuronales de la déshumanisation à l'aide d'exemples d'imagerie cérébrale * Souligne les conséquences de la déshumanisation sur la valeur accordée à la vie humaine

      Résumé de la vidéo de [01:00:00][^1^][1] à [02:57:42][^2^][2] :

      La deuxième partie de la vidéo traite des neurosciences de la violence et des valeurs, en abordant les thèmes suivants :

      Points forts : + [01:00:00][^3^][3] Les mécanismes cérébraux de la violence * Comment le cerveau traite les informations sociales et morales * Comment le cerveau réagit aux situations de conflit et de coopération * Comment le cerveau modifie son fonctionnement en fonction du contexte et de l'appartenance au groupe + [01:30:00][^4^][4] Les facteurs psychologiques et sociaux de la violence * Comment les émotions, les motivations, les normes et les identités influencent la violence * Comment les biais, les stéréotypes, la déshumanisation et la radicalisation facilitent la violence * Comment les processus de persuasion, de conformité, d'obéissance et de leadership modèrent la violence + [02:00:00][^5^][5] Les enjeux éthiques et juridiques de la violence * Comment la violence pose des dilemmes moraux et des questions de responsabilité * Comment la violence affecte les victimes, les témoins, les auteurs et les intervenants * Comment la violence peut être prévenue, réduite ou réparée par des actions individuelles et collectives

      Résumé de la vidéo [02:00:00][^1^][1] - [02:57:42][^2^][2] :

      La deuxième partie de la vidéo traite des neurosciences de la violence et des valeurs, en abordant les thèmes suivants :

      Points forts : + [02:00:00][^3^][3] Les bases biologiques de la violence * Les gènes, les hormones et les neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l'agressivité * Les circuits cérébraux du contrôle de l'impulsion, de la peur et de la colère * Les facteurs environnementaux et sociaux qui modulent l'expression de la violence + [02:19:12][^4^][4] Les valeurs morales et le cerveau * Les processus cognitifs et émotionnels qui sous-tendent le jugement moral * Les régions cérébrales impliquées dans la représentation des normes, des intentions et des conséquences * Les effets du contexte, de la culture et de la personnalité sur les décisions morales + [02:38:24][^5^][5] La violence extrême et le syndrome E * La définition et les caractéristiques du syndrome E, un état de violence de masse * Les mécanismes neuronaux de la fracture cognitive, de la déshumanisation et de l'obéissance à l'autorité * Les pistes de prévention et de traitement du syndrome E

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:31:11][^2^][2] :

      Cette vidéo est la dernière partie d'une conférence sur la migration et le développement, organisée par l'Institut d'études avancées de Paris. Elle présente une table ronde avec quatre intervenants qui abordent différents aspects des liens entre migration et inégalités, tels que l'intégration, l'accès à la migration, les transferts de fonds et l'industrie de la migration. La table ronde est animée par Jim Hollifield, professeur à l'Université méthodiste du Sud et chercheur invité à l'IEA.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la table ronde * Sadia Lahlou, directrice de l'IEA, accueille les participants et le public * Jim Hollifield présente les intervenants et remercie les organisateurs + [00:06:51][^4^][4] Jason Gagnon, économiste au Centre de développement de l'OCDE * Il expose les effets de la migration sur les inégalités dans les pays d'origine et de destination * Il souligne le rôle des politiques publiques, notamment la protection sociale, pour réduire les inégalités liées à la migration * Il évoque les défis posés par la pandémie et la crise en Ukraine sur les flux migratoires et les transferts de fonds + [00:22:05][^5^][5] Brenda Yeoh, professeure à l'Université nationale de Singapour * Elle propose d'analyser le rôle de l'industrie de la migration dans la production et la reproduction des inégalités * Elle s'intéresse aux intermédiaires qui facilitent et contrôlent la mobilité des migrants, notamment les travailleurs peu qualifiés en Asie * Elle montre comment l'industrie de la migration interagit avec les politiques migratoires des États et les expériences des migrants + [00:31:11][^6^][6] François Héran, professeur au Collège de France et directeur de l'Institut Convergences Migrations * Il revient sur les débats théoriques et empiriques sur la relation entre migration et développement * Il critique la notion de hump migratoire et propose une approche alternative basée sur la notion de seuil migratoire * Il illustre son propos avec des exemples de pays africains et européens + [00:49:28][^7^][7] Myriam Aït-Aoudia, sociologue à Sciences Po * Elle s'interroge sur les effets de la migration sur la citoyenneté et la démocratie dans les pays d'origine * Elle présente les résultats d'une enquête sur les pratiques politiques transnationales des migrants algériens en France * Elle analyse les motivations, les modalités et les impacts de l'engagement politique des migrants à distance + [01:11:22][^8^][8] Discussion et questions du public * Les intervenants répondent aux questions du public sur divers sujets, tels que la régulation de l'industrie de la migration, la comparaison entre les migrations Sud-Sud et Sud-Nord, les effets de la migration sur le changement social, etc. * Jim Hollifield conclut la table ronde et invite le public à rejoindre la réception

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:14:13][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence sur la crise des banlieues de 2005 en France, organisée par l'Institut d'études avancées de Paris et l'École pratique des hautes études. Elle réunit deux intervenants : Latifa Oulkhir, directrice du Bondy Blog, et Marwan Mohammed, sociologue et chercheur au CNRS. Ils analysent les causes, les conséquences et les leçons de ces événements qui ont marqué l'histoire sociale et politique du pays.

      Points forts : + [00:04:14][^3^][3] Le contexte et le déroulement de la crise * La mort de deux adolescents électrocutés dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois * La colère et la révolte des jeunes des quartiers populaires face aux violences policières et aux discriminations * La médiatisation et la politisation des événements, avec le rôle de Nicolas Sarkozy + [00:20:10][^4^][4] Les réactions et les réponses publiques * La déclaration de l'état d'urgence et le déploiement des forces de l'ordre * Les mesures sociales et économiques prises par le gouvernement de Dominique de Villepin * Les limites et les insuffisances de ces réponses face aux problèmes structurels + [00:38:02][^5^][5] Les conséquences et les leçons de la crise * L'émergence de nouveaux acteurs sociaux, comme le Bondy Blog ou les associations de terrain * La prise de conscience et la mobilisation autour des questions de discriminations et de violences policières * La nécessité de repenser les politiques publiques et les relations entre les quartiers populaires et le reste de la société

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:50:33][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence sur la poésie, organisée par Sonia Branca-Rosoff à l'Université Paris Diderot. Plusieurs intervenants, dont des poètes, des philosophes, des historiens et des linguistes, partagent leurs réflexions sur la nature, la fonction et la valeur de la poésie dans le contexte historique et social.

      Points forts : + [00:00:10][^3^][3] Les idées sur la poésie de Platon * La poésie comme expérience créative et révélation * La poésie comme marginalité et risque social * La poésie comme résistance au capital et à l'édition + [00:04:56][^4^][4] Les rapports entre poésie et histoire * La poésie comme expression de la singularité et du commun * La poésie comme quête de centre et de marge * La poésie comme critique et transformation du réel + [00:11:07][^5^][5] Les relations entre poésie et philosophie * La poésie comme exercice de décentrement et de déconstruction * La poésie comme accès à un état mental autre * La poésie comme ontologie du devenir et de la fragmentation + [00:17:03][^6^][6] Les liens entre poésie et chant scientifique * La poésie comme exploration du langage et de la pensée * La poésie comme dialogue avec les savoirs et les disciplines * La poésie comme invention et découverte + [00:25:00][^7^][7] Les enjeux de la poésie contemporaine * La poésie comme faculté naturelle et universelle * La poésie comme marginalisation et exclusion * La poésie comme narcissisme et engagement

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:45:29][^2^][2]:

      Cette vidéo est la deuxième partie d'un colloque organisé par le laboratoire LAVUE sur le thème des paysages alimentaires conviviaux. Elle présente les expériences et les réflexions de quatre intervenants qui s'inscrivent dans une démarche d'activisme et de recherche-action autour de l'alimentation, du paysage et de la convivialité. Ils abordent des sujets tels que les ateliers de cuisine de rue, le jardinage urbain, le pastoralisme en ville et le stockage alimentaire domestique.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la séance par Raoul * Présente le titre et le thème de la séance * Annonce les quatre intervenants et leurs sujets + [00:01:50][^4^][4] Intervention de Julie Lequin sur les ateliers de cuisine de rue * Présente son parcours et son travail à la SCOP salutaire * Explique le concept et les objectifs des ateliers de cuisine de rue * Analyse les pratiques alimentaires durables des personnes modestes + [00:17:05][^5^][5] Intervention de Mathilde sur le pastoralisme en ville * Présente son parcours et son projet de bergerie urbaine * Raconte ses expériences et ses difficultés avec les moutons * Interroge le rapport à la viande et à l'agriculture + [00:29:20][^6^][6] Intervention de Téralim sur les circuits courts et les paysages alimentaires * Présente son parcours et son travail au bureau d'étude Téralim * Explique sa thèse sur les circuits courts alimentaires * Présente les résultats de son enquête sur les paysages alimentaires + [00:41:17][^7^][7] Intervention de Raoul sur le stockage alimentaire domestique * Présente son parcours et son travail au laboratoire LAVUE * Explique son projet de recherche sur le stockage alimentaire * Présente les résultats de son enquête sur les pratiques de stockage + [01:21:15][^8^][8] Discussion et échanges avec le public * Répond aux questions et aux commentaires du public * Développe des pistes de réflexion et d'action * Conclut la séance et remercie les participants

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:44:18][^2^][2]:

      Cette vidéo est une conférence de Jean-Gabriel Ganascia, professeur d'informatique à Sorbonne Université, sur le thème des servitudes virtuelles. Il s'agit de la manière dont les technologies numériques, et notamment l'intelligence artificielle, peuvent exercer des formes de contrainte et d'oppression sur les individus et les sociétés. Il analyse les enjeux éthiques, politiques et juridiques de ces technologies, et propose des pistes de réflexion pour s'en libérer.

      Points clés: + [00:00:07][^3^][3] Il rend hommage à Blaise Pascal, précurseur de la machine à calculer et de la réflexion sur l'intelligence artificielle * Il cite un texte où Pascal distingue les machines des animaux par l'absence de volonté * Il critique les transhumanistes qui veulent attribuer une volonté aux machines + [00:02:46][^4^][4] Il décrit le monde en ligne dans lequel nous vivons, où nos vies sont soumises aux flux d'information et à l'intelligence artificielle * Il reconnaît les bienfaits du numérique dans de nombreux domaines (web, santé, robotique, écologie, etc.) * Il dénonce les nouvelles formes de coercition et d'oppression qui s'exercent au plan cognitif * Il compare la situation actuelle à celle décrite par Étienne de La Boétie dans son Discours de la servitude volontaire + [00:09:01][^5^][5] Il expose les limites des chartes éthiques du numérique, qui se multiplient sans être efficaces * Il montre que les principes invoqués (autonomie, dignité, bienfaisance, non-malfaisance, etc.) sont ambigus, relatifs et imprécis * Il illustre les conséquences sociales et politiques des technologies de l'information et de la communication avec des exemples concrets (reconnaissance faciale, crédit social, cloud act, etc.) * Il plaide pour une approche plus pragmatique et plus critique, qui prenne en compte les usages réels et les modes d'appropriation des technologies + [00:20:10][^6^][6] Il propose une éthique du numérique fondée sur la responsabilité individuelle et collective * Il distingue l'éthique de la morale, de la déontologie et du droit * Il définit l'éthique comme une réflexion sur les valeurs et les normes qui orientent nos actions * Il s'inspire de la pensée de Jacques Derrida, qui met l'accent sur l'ouverture à l'avenir et à l'imprévisible * Il cite un texte d'Albert Camus, qui donne quatre conseils aux journalistes : être lucide, refuser de diffuser la haine, user de l'ironie et être obstiné

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:16:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence organisée par l'Institut d'études avancées de Nantes sur le thème "Le Bien Commun, clé juridique du monde qui vient ?". Elle réunit quatre intervenants qui exposent leurs réflexions sur la notion de bien commun et ses implications juridiques, politiques et écologiques. Ils abordent notamment les questions de la propriété, de la gouvernance, de la participation, de la transmission et de la protection des biens communs, en s'appuyant sur des exemples concrets et des propositions innovantes.

      Points forts : + [00:05:39][^3^][3] Corinne Lepage présente la Déclaration universelle des droits et devoirs de l'humanité * Un texte élaboré en 2015 à la demande du Président français * Un texte qui met la notion de bien commun au cœur de sa réflexion * Un texte qui reconnaît les droits fondamentaux, l'équité intergénérationnelle et la préservation des ressources vitales + [00:20:10][^4^][4] Armand Hatchuel expose les enjeux de la gestion collective des biens communs * Une approche qui dépasse la dichotomie entre propriété privée et propriété publique * Une approche qui repose sur la coopération, la créativité et la responsabilité des acteurs * Une approche qui nécessite de repenser les cadres juridiques, institutionnels et cognitifs + [00:43:34][^5^][5] Thomas Perroud analyse les expériences juridiques de reconnaissance des biens communs * Des expériences qui tentent de répondre à la privatisation du monde et à la crise écologique * Des expériences qui se situent à différents niveaux (constitutionnel, législatif, jurisprudentiel) * Des expériences qui présentent des limites et des défis (hiatus, échec, financement, etc.) + [01:11:22][^6^][6] Christian Huglo propose des pistes pour le développement du droit des biens communs * Une piste qui consiste à renforcer la fonction sociale et écologique de la propriété * Une piste qui consiste à favoriser la participation citoyenne et la démocratie environnementale * Une piste qui consiste à reconnaître la personnalité juridique de certains biens communs naturels

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [02:12:44][^2^][2]:

      Cette vidéo est une conférence sur les biens communs, organisée par l'Institut d'études avancées de Paris, avec la participation de quatre intervenants : Jessica Makovia, professeure de droit, Dominique Bourg, philosophe, Olivier Poivre d'Arvor, ambassadeur, et Bernard Laville, sociologue. Ils abordent les enjeux théoriques, juridiques, politiques et pratiques liés à la notion de biens communs, en particulier dans le domaine de l'environnement et de la mer.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la conférence * Présentation des intervenants et du cycle de conférences sur les biens communs * Rappel de l'importance de la recherche et de l'interdisciplinarité pour la ville de Paris * Enjeux de la notion de biens communs face aux défis du siècle + [00:28:27][^4^][4] Les biens communs environnementaux * Analyse des différentes méthodes juridiques pour appréhender le commun : l'esquive, l'énumération, la définition * Exemples de l'eau, de la biodiversité, du climat, de la haute mer * Difficultés à concilier les logiques de propriété, de souveraineté et de commun + [01:02:02][^5^][5] Le commun comme alternative politique * Critique du dualisme moderne entre nature et culture, sujet et objet, individu et collectif * Proposition d'une définition du commun comme un réseau d'interdépendances entre les êtres vivants * Plaidoyer pour une démocratie écologique fondée sur la participation, la délibération et la responsabilité + [01:33:55][^6^][6] La haute mer comme patrimoine commun de l'humanité * Récit de la négociation internationale sur la conservation et l'exploitation durable de la biodiversité marine * Enjeux de la protection des écosystèmes, du partage des ressources, de la coopération scientifique * Perspectives d'un traité historique pour reconnaître la haute mer comme un bien commun mondial

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:48:19][^2^][2]:

      Cette vidéo est une conférence sur les biens communs pour partager la connaissance, organisée par le Collège de France en 2023. Elle réunit trois intervenants qui sont des experts dans le domaine des données numériques et de leur diffusion. Ils abordent les enjeux, les opportunités et les limites de l'ouverture des données, notamment dans les domaines de la recherche, de la géographie, du climat et du patrimoine. Ils illustrent leurs propos par des exemples concrets de projets et de plateformes qui visent à créer des communs numériques, c'est-à-dire des ressources partagées et accessibles à tous.

      Points clés: + [00:08:31][^3^][3] Les données sont au centre de l'innovation économique et sociale * Elles sont nécessaires pour le progrès de la connaissance et la résolution des problèmes * Elles doivent être de qualité, non biaisées, représentatives et interopérables * Elles posent des questions de protection, de régulation et d'éthique + [00:34:00][^4^][4] L'IGN a développé une stratégie de géocommuns pour coproduire et partager les données géographiques * Il s'agit de passer d'un modèle de producteur unique à un modèle de collaboration avec les acteurs du territoire * Il s'agit de créer des tables communes où chacun peut déposer et utiliser des données * Il s'agit de soutenir et de valoriser des initiatives innovantes dans le domaine de la géographie + [00:54:40][^5^][5] Le Haut Conseil pour le climat utilise les données pour évaluer et orienter les politiques climatiques * Il s'agit de mesurer les émissions de gaz à effet de serre, l'empreinte carbone, la vulnérabilité et l'adaptation des territoires * Il s'agit de comparer les scénarios et les trajectoires possibles pour atteindre la neutralité carbone * Il s'agit de sensibiliser et de mobiliser les acteurs et les citoyens sur les enjeux du changement climatique + [01:14:00][^6^][6] Le Collège de France a lancé une plateforme de données ouvertes sur le patrimoine culturel * Il s'agit de mettre à disposition des chercheurs et du public des données issues des collections et des archives du Collège * Il s'agit de favoriser la diffusion et la valorisation des savoirs et des œuvres * Il s'agit de créer des passerelles entre les disciplines et les époques à travers les données

    2. Quels biens communs pour partager la connaissance ?, E. BACRY, M. REGHEZZA-ZITT, N. BERTHELOT

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:48:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence sur le thème des biens communs pour partager la connaissance, organisée par la Fondation Maison des sciences de l'homme. Trois intervenants présentent leurs travaux et leurs réflexions sur les enjeux, les opportunités et les limites de l'ouverture des données dans différents domaines : la santé, la géographie et le climat. Ils abordent également les questions de qualité, de représentativité, d'interopérabilité, de gouvernance et de régulation des données, ainsi que les défis éthiques, juridiques et sociétaux liés à leur exploitation.

      Points clés : + [00:08:03][^3^][3] Emmanuel Bacry : les données de santé * Présente le Data Hobb, un projet de plateforme de données de santé ouverte et sécurisée * Explique les notions de données personnelles, pseudonymisées et anonymes selon le RGPD * Souligne les risques de biais, de mauvaise qualité et de ré-identification des données * Plaide pour une meilleure représentativité et interopérabilité des données de santé + [00:25:18][^4^][4] Magali Reghezza-Zitt : les données de géographie et de climat * Montre l'importance des données géographiques pour comprendre les dynamiques territoriales et les enjeux climatiques * Expose les difficultés d'accès, de partage et de valorisation des données géographiques * Présente le Haut Conseil pour le climat, une instance indépendante qui produit des rapports et des avis sur la transition écologique * Insiste sur le rôle des sciences sociales et de la participation citoyenne dans la production et l'usage des données + [00:49:10][^5^][5] Nicolas Berthelot : les données spatiales et les géo-communs * Présente l'IGN, un établissement public qui produit et diffuse des données géographiques de référence * Explique les évolutions technologiques et institutionnelles qui ont transformé le paysage des données spatiales * Introduit le concept de géo-communs, des ressources géographiques partagées et gérées collectivement * Propose des pistes pour favoriser la coopération, la mutualisation et la réutilisation des données spatiales

      Résumé de la vidéo [00:50:00][^1^][1] - [01:48:00][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo traite de la question des biens communs pour partager la connaissance, en particulier dans le domaine de la géographie et du climat. Les intervenants présentent leurs expériences, leurs projets et leurs réflexions sur les enjeux et les opportunités liés à la production, à la diffusion et à l'utilisation des données géographiques.

      Points forts: + [00:50:00][^3^][3] Nicolas Berthelot expose la stratégie de l'IGN pour construire des géo-communs * Présente le contexte de la concurrence et de la coopération entre les acteurs de la géographie * Explique le concept de géo-commun comme une ressource partagée et coproduite par une communauté * Décrit les rôles de l'IGN comme opérateur, animateur, sponsor et garant des géo-communs * Donne des exemples de projets comme Panoramax, Géoportail et Géosource + [01:04:00][^4^][4] Magali Reghezza-Zitt présente les travaux du Haut Conseil pour le climat sur les données * Souligne l'importance des données pour évaluer les politiques climatiques et les impacts du changement climatique * Montre les limites et les biais des données disponibles, notamment sur les émissions, les consommations et les vulnérabilités * Appelle à une meilleure gouvernance, une meilleure qualité et une meilleure accessibilité des données climatiques * Insiste sur le rôle des sciences humaines et sociales pour interpréter et contextualiser les données + [01:24:00][^5^][5] Emmanuel Bacry présente les défis et les opportunités de l'analyse des données massives * Définit les caractéristiques des données massives comme le volume, la variété, la vélocité et la véracité * Présente les méthodes et les outils de l'intelligence artificielle pour traiter les données massives, comme l'apprentissage automatique et le deep learning * Illustre les applications de l'analyse des données massives dans différents domaines, comme la santé, la finance, la culture et la mobilité * Discute des enjeux éthiques, juridiques et sociétaux liés à l'usage des données massives, comme la protection de la vie privée, la responsabilité et la transparence

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:27:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence du psychologue du développement Philippe Rochat sur le thème du mensonge et de l'authenticité. Il aborde les questions suivantes : qu'est-ce que le mensonge, comment et pourquoi les enfants apprennent à mentir, quel est le lien entre le mensonge et la conscience de soi, et comment le mensonge s'inscrit dans un espace moral.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] La présentation du thème et des intervenants * Le conférencier remercie l'institut Grass pour l'invitation * Il expose la problématique générale du mensonge et de l'authenticité * Il présente les différents intervenants de la journée + [00:06:00][^4^][4] La perspective développementale sur le mensonge * Le conférencier explique que les enfants commencent à faire semblant très tôt, avant le langage * Il montre que la tromperie stratégique émerge vers 4 ans, avec l'entrée à l'école et le développement de la théorie de l'esprit * Il souligne l'ambiguïté et la complexité du mensonge, qui soulève des questions philosophiques et morales + [00:14:00][^5^][5] Le lien entre le mensonge et la conscience de soi * Le conférencier présente le test du miroir, qui mesure la capacité à se reconnaître soi-même * Il montre des vidéos d'enfants qui réagissent à leur image marquée dans le miroir, en exprimant de l'embarras ou de la gêne * Il interprète ces réactions comme le signe d'une conscience de soi qui intègre le regard d'autrui + [00:20:00][^6^][6] Le paradoxe du mensonge et de l'équité * Le conférencier expose le fait que les enfants deviennent à la fois plus équitables et plus menteurs vers 5 ans * Il montre des vidéos d'enfants qui partagent des bonbons de façon équitable ou qui trichent dans une tâche de mémoire * Il suggère que le mensonge et les attitudes prosociales se développent de façon parallèle et inséparable

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:48:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence de Jean-Marc Borello, psychologue et thérapeute, sur le thème du mensonge chez les enfants et les adolescents. Il expose son point de vue constructiviste et pragmatique sur le mensonge, qu'il considère comme une modalité de communication adaptative et créative. Il distingue le mensonge fonctionnel, qui permet de se construire et de s'adapter à son environnement, du mensonge dysfonctionnel, qui entraîne des problèmes relationnels ou psychologiques. Il présente ensuite son approche thérapeutique, basée sur la reconfiguration des croyances et des perceptions, à travers des exemples concrets de jeunes délinquants ou radicalisés.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Le mensonge : un point de vue constructiviste et pragmatique * Le mensonge est inséparable de la question de la réalité et de la vérité * Le mensonge est une forme d'action et de pouvoir sur le monde * Le mensonge est un acte de création et d'adaptation + [00:14:14][^4^][4] Le mensonge fonctionnel et le mensonge dysfonctionnel * Le mensonge fonctionnel est utile pour soi ou pour les autres * Le mensonge dysfonctionnel est nuisible pour soi ou pour les autres * Le mensonge dysfonctionnel est lié à des croyances rigides ou erronées + [00:26:28][^5^][5] L'apprentissage du mensonge chez les enfants * Le mensonge se développe avec le langage et la cognition * Le mensonge permet d'expérimenter des réalités alternatives * Le mensonge favorise l'autonomie et la socialisation + [00:31:17][^6^][6] La détection du mensonge * Le mensonge est difficile à détecter par les signes non verbaux * Le mensonge est plus facile à détecter par les incohérences verbales * Le mensonge est plus fréquent dans certaines situations ou contextes + [00:44:35][^7^][7] La thérapie du mensonge * La thérapie vise à reconfigurer les croyances et les perceptions * La thérapie utilise des techniques stratégiques et paradoxales * La thérapie s'appuie sur les émotions et les expériences vécues

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:37:00][^2^][2]:

      Cette vidéo présente le point de vue de deux pédopsychiatres, David Cohen et Richard Delorme, sur la question du mensonge chez l'enfant et l'adolescent. Ils abordent les aspects développementaux, psychopathologiques et fictionnels du mensonge, en s'appuyant sur des recherches, des exemples cliniques et des réflexions théoriques.

      Points forts: + [00:00:17][^3^][3] Le mensonge sur le plan développemental * Les différentes étapes du mensonge chez l'enfant, de 2 à 8 ans * Les compétences cognitives et sociales nécessaires pour mentir * Les types de mensonges selon les motivations: antisocial, défensif, pro-social * L'influence de l'environnement familial, culturel et éducatif sur le mensonge + [00:10:25][^4^][4] Le mensonge en psychopathologie * L'histoire du concept de mythomanie et ses critiques * La distinction entre le mensonge pathologique et les troubles délirants * Le mensonge dans les troubles de la conduite, les troubles de la personnalité et les troubles cognitifs + [00:23:18][^5^][5] Mensonges et fiction, un mal nécessaire * La spécificité humaine de la fiction comme objet mental * La fiction comme source de décision, de comportement et de création * Les exemples de fiction chez les patients atteints de troubles neurologiques * La fiction comme va-et-vient entre l'ego et l'alter-ego

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:50:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence organisée par l'Institut d'études avancées de Nantes sur le thème "Le Bien Commun, clé juridique du monde qui vient ?". Elle réunit quatre intervenants qui exposent leurs réflexions sur la notion de bien commun et son rôle dans la transition écologique, la démocratie participative, la gestion des ressources naturelles et la protection des droits de l'humanité.

      Points forts : + [00:05:39][^3^][3] Corinne Lepage présente la Déclaration universelle des droits et devoirs de l'humanité * Un texte élaboré en 2015 par un groupe de juristes à la demande du Président de la République française * Un texte qui met la notion de bien commun au cœur de ses principes, droits et devoirs * Un texte qui reconnaît l'interdépendance entre les besoins fondamentaux, les ressources vitales, les équilibres écologiques et le patrimoine commun de l'humanité + [00:44:13][^4^][4] Thomas Perroud analyse les expériences juridiques de reconnaissance des biens communs en Italie, en France et au Chili * Des expériences qui témoignent d'une volonté de remédier à la privatisation du monde et de réformer le droit de propriété * Des expériences qui révèlent un hiatus entre les recherches sur les communs comme formes d'action collective et les textes juridiques qui consacrent la notion de bien commun * Des expériences qui proposent des éléments de gouvernance démocratique, solidaire, participative et équitable des biens communs + [01:03:06][^5^][5] Armand Hatchuel expose les enjeux de la création collective des biens communs * Une création qui repose sur la capacité des acteurs à se projeter dans l'avenir et à imaginer des possibles * Une création qui nécessite des espaces de liberté, de coopération et d'expérimentation * Une création qui implique une transformation des institutions, des normes et des savoirs + [01:28:50][^6^][6] Christian Huglo plaide pour une reconnaissance juridique de la personnalité de la nature * Une reconnaissance qui permettrait de protéger les biens communs naturels contre les atteintes portées par les activités humaines * Une reconnaissance qui s'appuierait sur les principes du droit de l'environnement, du droit international et du droit constitutionnel * Une reconnaissance qui s'inspirerait des expériences étrangères, notamment en Amérique latine, où des cours ont accordé des droits à des fleuves, des forêts ou des glaciers

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:48:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence sur les low-tech, c'est-à-dire les technologies utiles, durables et accessibles, comme alternative à notre système de production et de consommation actuel. Elle présente les principes, les exemples et les enjeux des low-tech, ainsi que les recherches et les expérimentations menées par le Low-tech Lab et le Centre de sociologie de l'innovation.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction du cycle "Agir en temps de crise" * Présentation des partenaires et du thème * Présentation des intervenants Quentin Mateus et Morgan Meyer + [00:02:31][^4^][4] Définition et exemples de low-tech * Trois piliers : utile, durable, accessible * Exemples : toilettes sèches, capteur air chaud, four solaire, etc. * Changement de rapport à la technologie et aux besoins + [00:10:46][^5^][5] Diffusion et capitalisation des savoirs low-tech * Encyclopédie participative en ligne avec des tutoriels open source * Réseau de communautés locales qui se forment et s'entraident * Enquêtes auprès d'acteurs professionnels qui utilisent ou proposent des low-tech + [00:18:04][^6^][6] Recherches et analyses sociologiques sur les low-tech * Intérêt croissant des chercheurs et des institutions pour le sujet * Exemples de travaux sur l'ergonomie, l'agriculture paysanne, la boulangerie au four solaire, etc. * Réflexion sur l'innovation, la technologie, la transition et la société + [00:36:46][^7^][7] Questions du public et conclusion * Réponses sur les jeunes générations, le niveau européen, le rôle de l'industrie, etc. * Perspectives d'avenir et de développement des low-tech * Remerciements et annonce de la prochaine séance

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:56:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence organisée par l'Institut d'études avancées de Paris et l'École Pratique des Hautes Études sur le thème "Comment peut-on changer les systèmes urbains ?". Elle réunit deux intervenants : Stéphanie Vermeersch, sociologue et directrice adjointe scientifique à l'Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, et François Croquette, diplomate et directeur de la transition écologique et du climat à la Ville de Paris. Ils abordent les principaux défis et les actions concrètes liés à la crise climatique, à la crise sociale et à la crise sanitaire dans les villes.

      Points clés : + [00:03:04][^3^][3] Les défis des systèmes urbains * La croissance démographique et la densité urbaine * Les risques climatiques (îlots de chaleur, inondations, canicules, etc.) * Les inégalités sociales et spatiales * Les problèmes de mobilité et de pollution * Les menaces sanitaires et sécuritaires + [00:07:34][^4^][4] Les actions de la Ville de Paris * Le plan climat pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atteindre la neutralité carbone en 2050 * Les secteurs prioritaires d'intervention : le logement, l'alimentation, les transports, l'énergie * Les leviers d'adaptation et d'innovation : la végétalisation, le vélo, le télétravail, la rénovation thermique, les circuits courts, etc. * La coopération avec les autres acteurs : les citoyens, les territoires voisins, les partenaires internationaux + [00:41:51][^5^][5] Les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 * Un événement majeur et un défi logistique * Une opportunité pour accélérer la transition écologique * Un exemple de résilience et de solidarité

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00] - [01:58:00] :

      Cette vidéo est une conférence organisée par l'Institut d'études avancées de Paris sur le thème des biens communs. Elle réunit quatre intervenants qui abordent la question sous des angles différents : philosophique, juridique, historique et sociétal. Ils exposent leurs réflexions et leurs expériences sur la notion de commun, ses enjeux, ses pratiques et ses perspectives.

      Points forts : + [00:02:35] La notion de commun comme praxis instituante * Pierre Dardot présente sa conception du commun comme une activité de mise en commun qui implique une décision collective et une règle commune * Il distingue le commun du bien commun et des communs, et critique les approches qui réduisent le commun à une catégorie juridique ou économique * Il propose de penser le commun comme un principe politique qui permet de résister à la logique de la propriété et de l'appropriation + [00:21:14] La création des communs de données numériques * Francis Jutand explique les enjeux et les défis liés à la production, au partage et à l'exploitation des données numériques * Il présente la chaire qu'il a créée à l'IMT sur l'économie des communs de données, qui vise à étudier les conditions et les modalités de la mise en commun des données * Il souligne l'importance de la confiance, de la coopération et de la régulation pour construire des communs de données respectueux des droits et des intérêts des acteurs impliqués + [00:35:35] L'histoire des communs agro-pastoraux dans les Alpes * Angelo Torre raconte comment les paysans des Alpes ont développé des pratiques de gestion collective des ressources naturelles, notamment les forêts et les pâturages * Il montre comment ces pratiques ont façonné le paysage, la culture et l'identité des communautés alpines, et comment elles ont évolué au fil du temps * Il analyse les conflits, les compromis et les innovations qui ont marqué l'histoire des communs agro-pastoraux, et les leçons qu'on peut en tirer pour le présent + [00:49:54] L'alchimie du bien commun dans les territoires * Charles-Benoît Heidsieck expose sa vision du bien commun comme une dynamique de transformation sociale qui repose sur la mobilisation des acteurs de la société civile * Il présente le rôle et les actions du Rameau, une association qu'il a fondée pour accompagner et valoriser les partenariats entre les acteurs publics, privés et associatifs * Il illustre son propos par des exemples concrets de projets de bien commun dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'environnement et de la solidarité

      Résumé de la vidéo [00:50:00][^1^][1] - [01:58:00][^2^][2] :

      Cette partie de la vidéo est un débat entre quatre intervenants sur la question des biens communs, animé par Géraldine Muhlmann. Les intervenants sont Pierre Dardot, philosophe et auteur de plusieurs ouvrages sur les communs, Francis Jutand, prospectiviste et directeur de la chaire sur l'économie des communs de données, Angelo Torre, historien et spécialiste des communs agro-pastoraux, et Charles-Benoît Heidsieck, fondateur du Rameau et expert des alliances entre acteurs de l'intérêt général.

      Points saillants : + [00:50:00][^3^][3] Pierre Dardot expose sa conception des communs comme une activité instituante * Il distingue les communs des biens communs, qui sont des objets de droit * Il critique la notion de bien commun naturel, qui repose sur une naturalisation de la valeur * Il propose de penser les communs comme des pratiques sociales et politiques qui visent à mettre en commun des ressources + [01:04:00][^4^][4] Francis Jutand présente les enjeux et les défis de l'économie des communs de données * Il souligne le rôle des données numériques comme ressources stratégiques pour l'innovation et la coopération * Il explique les difficultés techniques, juridiques et éthiques pour créer et gérer des communs de données * Il illustre son propos avec des exemples de projets de communs de données dans le domaine de la santé, de l'environnement et de la culture + [01:18:00][^5^][5] Angelo Torre analyse les dynamiques historiques et spatiales des communs agro-pastoraux * Il montre comment les communs ont été des formes d'organisation adaptées aux contraintes écologiques et économiques des territoires * Il retrace l'évolution des communs depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours, en insistant sur les conflits et les négociations qui les ont traversés * Il propose une typologie des communs selon leur degré d'ouverture, de régulation et de participation + [01:32:00][^6^][6] Charles-Benoît Heidsieck partage son expérience des alliances entre acteurs de l'intérêt général * Il décrit les différentes formes de partenariats possibles entre les acteurs publics, privés et associatifs pour créer de la valeur commune * Il donne des exemples concrets de projets qui ont permis de répondre à des besoins sociaux ou environnementaux grâce à la mobilisation de différents acteurs * Il insiste sur l'importance de la confiance, de la co-construction et de la mesure de l'impact pour réussir ces alliances

    1. Roberto CASATI, The cognitive life of maps

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:40:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence du professeur Roberto Casati sur la vie cognitive des cartes, c'est-à-dire la façon dont nous interagissons avec les cartes pour nous orienter et comprendre le monde. Il présente les caractéristiques, les limites et les enjeux des cartes comme représentations spatiales, en les comparant à d'autres formes de représentation comme les diagrammes, le langage ou les images. Il propose une sémantique formelle des cartes basée sur la notion de termes singuliers structurés, qui permet de rendre compte de la compositionnalité, de la généricité naturelle et de l'assignation automatique des cartes.

      Points forts : + [00:01:37][^3^][3] Les quatre modes d'orientation * Il distingue quatre façons de se repérer dans l'espace : le système 1 (automatique), le système 2 (réfléchi), le système 3 (avec une carte) et le système 4 (avec un GPS) * Il s'intéresse au système 3, qui implique une interaction entre l'utilisateur et la carte, et qui nécessite des compétences spatiales et des calculs de navigation + [00:10:55][^4^][4] Les contraintes méthodologiques pour étudier les cartes * Il pose trois contraintes pour définir ce qu'est une carte : la même dimensionnalité, la distinction entre la carte et le territoire, et la contrainte méritopologique * Il exclut les cas de distraction, comme les cartes qui mentent ou qui sont inversées, et se concentre sur les cas paradigmatiques de cartes + [00:14:40][^5^][5] La sémantique squelettique des cartes * Il développe une sémantique formelle des cartes qui repose sur l'idée que les cartes sont des surfaces colorées qui expriment des propriétés des régions du territoire * Il montre comment la vérité d'une carte peut être dérivée de la vérité de ses couches, qui sont des transparences imprimées d'une seule couleur * Il compare les cartes au langage naturel et montre que les cartes ont des termes singuliers structurés, qui sont des régions qui ont une structure méritopologique + [00:22:00][^6^][6] La généricité naturelle et l'hyper généricité des cartes * Il reprend la notion de généricité naturelle de Flint Schier, qui caractérise les représentations iconiques comme les images, et qui implique que la connaissance du sens d'une image et l'acquaintance perceptive avec d'autres objets génèrent la connaissance du sens d'autres images * Il soutient que les cartes sont hyper génériques, car il suffit d'avoir une compétence spatiale pour comprendre le sens de n'importe quelle carte, sans même avoir besoin d'acquaintance perceptive * Il illustre ce point avec un exemple de représentation d'un éléphant et d'un chien sur une table + [00:26:26][^7^][7] L'assignation automatique des cartes * Il décrit le phénomène de l'assignation automatique, qui consiste à ce que dès qu'une forme est tracée sur une surface et qu'on lui attribue la fonction de carte, toutes les parties de cette forme deviennent immédiatement sémantiquement actives * Il explique que c'est une sorte de magie qui fait que les cartes ont un pouvoir de référence immédiat, et que le travail du cartographe est ensuite de trouver quelle partie de la carte correspond à quelle partie du territoire * Il compare ce phénomène au langage naturel et montre que les cartes sont plus transparentes que les expressions linguistiques

      Résumé de la vidéo [00:28:00][^1^][1] - [00:40:00][^2^][2] :

      Cette partie de la vidéo traite de la relation entre les cartes et les images, et de la façon dont les cartes peuvent être considérées comme des images particulières qui ont des propriétés spécifiques. L'orateur présente les arguments de Goodman, Blum et Kulik, qui soutiennent que les cartes sont des images dénotatives, c'est-à-dire qu'elles représentent directement des objets ou des situations sans passer par un langage conventionnel. Il examine ensuite les objections de Resnikoff, qui affirme que les cartes sont des images connotatives, c'est-à-dire qu'elles impliquent une interprétation basée sur des règles et des symboles. Il propose enfin sa propre position, qui consiste à distinguer entre les aspects dénotatifs et connotatifs des cartes, et à montrer comment les cartes peuvent être à la fois des images et des langages.

      Points forts : + [00:28:15][^3^][3] Les cartes sont des images dénotatives selon Goodman, Blum et Kulik * Ils s'appuient sur le principe de la ressemblance et de la projection * Ils rejettent l'idée que les cartes soient des langages ou des systèmes de signes * Ils soulignent le rôle de la perception et de la cognition spatiale dans la compréhension des cartes + [00:33:25][^4^][4] Les cartes sont des images connotatives selon Resnikoff * Il critique le principe de la ressemblance et de la projection comme insuffisants et trompeurs * Il défend l'idée que les cartes sont des langages ou des systèmes de signes qui nécessitent un apprentissage * Il met en évidence le rôle de la culture et de la convention dans la production et l'interprétation des cartes + [00:37:10][^5^][5] Les cartes sont des images particulières qui combinent des aspects dénotatifs et connotatifs selon l'orateur * Il reconnaît la validité des arguments des deux camps, mais les considère comme incomplets et partiels * Il propose une distinction entre les aspects iconiques et symboliques des cartes, qui correspondent respectivement aux aspects dénotatifs et connotatifs * Il montre comment les cartes peuvent être à la fois des images et des langages, en fonction du contexte et du but de leur utilisation

    1. Fabriquer du commun dans un monde fracturé, F. WORMS, D. SCHNAPPER, F. GEMENNE, B. LAVILLE, L.SCHMID

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [02:28:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une table ronde organisée par la Maison des Sciences de l'Homme Paris-Saclay sur le thème "Fabriquer du commun dans un monde fracturé". Elle réunit cinq intervenants de différentes disciplines (philosophie, sociologie, science politique, géographie, économie) qui réfléchissent aux enjeux du bien commun à différentes échelles (locale, nationale, européenne, mondiale) et dans différents domaines (environnement, démocratie, citoyenneté, culture, etc.). Ils analysent les causes et les conséquences des fractures sociales, politiques et écologiques qui menacent le vivre-ensemble, et proposent des pistes pour renouer avec l'idée et la pratique du bien commun.

      Points saillants : + [00:00:07][^3^][3] Introduction par Bernard Laville, président de la MSH Paris-Saclay * Présente l'esprit et le déroulement du cycle de rencontres sur les biens communs * Rappelle les intervenants et les thèmes des séances précédentes * Annonce le sujet et les invités de la table ronde finale + [00:14:10][^4^][4] Frédéric Worms, philosophe et directeur de l'ENS * Interroge la notion de bien commun du point de vue philosophique * Distingue le bien commun planétaire (lié à la survie de l'humanité) et le bien commun démocratique (lié à la vie en société) * Souligne les tensions et les paradoxes entre ces deux dimensions * Appelle à une réflexion sur les conditions et les modalités du bien commun + [00:27:25][^5^][5] Dominique Schnapper, sociologue et présidente du Conseil des sages de la laïcité * Aborde la question du bien commun du point de vue sociologique * Relève les difficultés à définir et à réaliser le bien commun dans les sociétés modernes * Insiste sur le rôle de la citoyenneté et de l'intérêt général comme fondements du bien commun * Plaide pour une conception pluraliste et dynamique du bien commun + [00:40:06][^6^][6] Lucile Schmid, vice-présidente de la Fabrique écologique * Traite du bien commun du point de vue écologique * Montre les limites et les contradictions des approches classiques du bien commun * Défend une vision plus radicale et plus globale du bien commun, fondée sur la justice environnementale * Propose des pistes pour repenser le bien commun à l'ère de l'Anthropocène + [00:54:39][^7^][7] François Gemenne, politologue et spécialiste des migrations * Aborde le bien commun du point de vue géopolitique * Analyse les enjeux et les défis du bien commun à l'échelle mondiale * Critique le manque de solidarité et de coopération internationale face aux crises globales * Appelle à une refondation du bien commun sur la base de l'habitabilité de la planète + [01:06:24][^8^][8] Questions du public et réponses des intervenants * Portent sur des sujets variés, tels que la démocratie participative, la responsabilité des acteurs, la régulation des biens communs, la place de la culture, etc. * Permettent d'approfondir et de nuancer certains points abordés par les intervenants * Témoignent de l'intérêt et de la diversité des perspectives sur le bien commun

      Résumé de la vidéo [01:10:00][^1^][1] - [02:28:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est la deuxième partie d'une table ronde sur le thème "Fabriquer du commun dans un monde fracturé : échelle du bien commun". Elle réunit quatre intervenants : Dominique Schnapper, sociologue et présidente du conseil scientifique de la Maison des sciences de l'homme, Frédéric Worms, philosophe et directeur de l'École normale supérieure, François Gemenne, politologue et spécialiste des questions de géopolitique de l'environnement, et Lucile Schmid, vice-présidente de la Fondation européenne pour le climat. Ils abordent les enjeux du bien commun à différentes échelles : nationale, européenne, mondiale, et planétaire.

      Points saillants : + [01:10:00][^3^][3] Dominique Schnapper expose sa conception du bien commun comme un projet politique et démocratique * Elle distingue le bien commun de l'intérêt général, du bien public, et du bien-être * Elle souligne le rôle de la citoyenneté, de la délibération, et de la représentation dans la construction du bien commun * Elle analyse les défis actuels du bien commun face aux fractures sociales, culturelles, et territoriales + [01:32:00][^4^][4] Frédéric Worms propose une réflexion philosophique sur le bien commun comme un horizon de sens et de valeur * Il retrace l'histoire du concept de bien commun dans la pensée occidentale, de Platon à nos jours * Il montre comment le bien commun implique une relation entre les humains et le monde, entre le singulier et l'universel, entre le présent et l'avenir * Il appelle à une responsabilité collective et individuelle pour préserver le bien commun face aux menaces existentielles + [01:54:00][^5^][5] François Gemenne expose les enjeux du changement climatique comme un défi majeur pour le bien commun à l'échelle planétaire * Il critique la vision nationale et égoïste de la lutte contre le réchauffement global, qui néglige la responsabilité historique et la solidarité internationale * Il plaide pour une approche globale et coopérative, qui prenne en compte les impacts du changement climatique sur l'habitabilité de la planète et les migrations humaines * Il invite à repenser les notions de souveraineté, de frontières, et de droits de l'homme à la lumière de la communauté de destin des humains et des non-humains + [02:16:00][^6^][6] Lucile Schmid présente les initiatives de la Fondation européenne pour le climat en faveur du bien commun à l'échelle européenne * Elle rappelle le rôle pionnier et exemplaire de l'Union européenne dans la lutte contre le changement climatique et la promotion de la transition écologique * Elle évoque les projets soutenus par la Fondation, qui visent à renforcer la participation citoyenne, le dialogue social, et la coopération transnationale sur les questions climatiques * Elle insiste sur la nécessité de mobiliser les acteurs politiques, économiques, et sociaux pour faire de l'Europe un espace de bien commun

    1. Olivier ZAJEC, « Ce qui s’oppose coopère » : La guerre comme syllogisme éristique

      Résumé de la vidéo de [00:00:00][^1^][1] à [00:43:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence du politologue Olivier Zajec sur la nature de la guerre et les concepts qui permettent de la comprendre. Il s'appuie sur les philosophies de Héraclite et d'Aristote pour analyser la guerre comme un syllogisme éristique, c'est-à-dire une forme de dialogue paradoxal qui vise à résoudre la contradiction entre deux propositions opposées.

      Points clés : + [00:02:55][^3^][3] La guerre selon Héraclite * La guerre est le principe générateur de toute chose * La guerre crée une harmonie des contraires qui s'opposent et coopèrent * Le Logos est le bien commun qui permet de relier les protagonistes de la lutte + [00:10:02][^4^][4] La guerre selon Aristote * La guerre n'a de sens qu'en vue de la paix * La guerre est un conflit de valeurs qui relève de la rhétorique * La guerre est un syllogisme qui part de deux prémices contradictoires et cherche un moyen terme + [00:20:14][^5^][5] La guerre comme syllogisme éristique * La guerre est une forme de dialogue qui vise à réduire la distance entre les sujets politiques * La guerre introduit un biais de force qui permet de mitiger la logique absolue du vrai et du faux * La guerre sécrète la paix en transformant la victoire militaire en succès politique

      Résumé de la vidéo de [00:21:00][^1^][1] à [00:43:00][^2^][2] :

      La vidéo est la deuxième partie d'une conférence d'Olivier Zajec sur la nature de la guerre comme syllogisme éristique. Il s'agit de montrer comment la guerre peut être comprise comme une forme de dialogue paradoxal qui permet de résoudre la contradiction entre deux acteurs politiques opposés. Il s'appuie sur les philosophies d'Héraclite et d'Aristote, ainsi que sur des exemples historiques et contemporains.

      Points forts : + [00:21:00][^3^][3] La guerre comme syllogisme éristique * Définition du syllogisme comme une inférence médiate qui part de deux propositions prémices et qui aboutit à une conclusion * Différence entre le syllogisme logique, qui suit la logique de vérité, et le syllogisme éristique, qui suit la logique de cohérence * Hypothèse selon laquelle la guerre fonctionne comme un syllogisme éristique, qui permet de trouver un moyen terme entre deux propositions contraires + [00:29:00][^4^][4] La différence entre le contraire et le contradictoire * Distinction entre les propositions contraires, qui sont compatibles avec un tiers terme, et les propositions contradictoires, qui s'excluent mutuellement * Exemples de controverses territoriales, comme les îles Kouriles ou le Koweït, qui illustrent la difficulté de trouver un moyen terme entre deux revendications opposées * Nécessité de prendre en compte le contexte des relations internationales, qui est un cadre inter-subjectif, où les propositions contiennent une part variable de vrai et de faux + [00:37:00][^5^][5] La guerre comme révélateur et catalyseur * Analyse de la guerre comme un signifier et un signifiant, qui manifeste et révèle les contours et les limitations de la dissociation entre les acteurs politiques * Rôle de la guerre comme un biais spécifique dans la négociation de la distance entre les sujets politiques, qui permet à la logique absolue du vrai et du faux d'être mitigée par une logique relative du fort et du faible * Exemple de la guerre de Trente Ans, qui montre comment la guerre a permis de sécréter la paix en faisant apparaître l'intérêt commun d'un règlement politique

    1. Jan-Cedric HANSEN, Conceptualisations cindyniques de la guerre

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:31:00][^2^][2] :

      Cette vidéo présente les conceptualisations cindyniques de la guerre, une approche développée par Georges-Yves Kerven pour appréhender la complexité et la vulnérabilité des situations de conflit. L'intervenant, Jan-Cedric Hansen, explique les notions clés des cindyniques, tels que l'organisme, l'hyperespace du danger, les déficits cindynogènes, et les applique à l'analyse des armées et des États en tant qu'organismes cindyniques. Il montre comment les cindyniques permettent d'identifier et de cartographier les vulnérabilités masquées, de les classer selon une taxonomie, et de les prévenir ou de les exploiter selon les buts de guerre.

      Points clés : + [00:01:11][^3^][3] La guerre comme phénomène de violence en action collective * Définition de la guerre selon Kerven : un ensemble de situations possibles contenu dans une situation d'ensemble * Nécessité de prendre en compte un complexe risque-conflit-développement + [00:03:12][^4^][4] Les cindyniques comme sciences du danger * Étymologie : du grec kundunô, je mets en danger * Objectif : appréhender la complexité des situations dangereuses * Méthodologie : définir l'organisme, le jeu d'interactions entre un contexte, des décideurs, des acteurs, des organisations + [00:05:07][^5^][5] L'armée comme organisme cindynique * Application des cindyniques à l'analyse de l'armée en tant qu'entité coordonnée, placée dans un environnement, un contexte et un milieu * Utilisation de l'hyperespace du danger, composé de cinq dimensions : téléologique, axiologique, déontologique, statistique, épistémique * Identification des déficits cindynogènes, sources de vulnérabilité, à chaque niveau : global, individuel, inter-individuel, organisationnel + [00:13:00][^6^][6] L'État comme organisme cindynique * Reproduction de la même démarche au niveau d'un État, en relation avec d'autres États, alliés ou adversaires * Prise en compte des cindyniques du premier ordre (les cinq dimensions) et du second ordre (les combinaisons de deux dimensions)

      Résumé de la vidéo [00:15:00][^1^][1] - [00:31:00][^2^][2] :

      Cette partie de la vidéo présente les concepts de cindynique, une approche qui permet d'appréhender la complexité et la vulnérabilité des situations de guerre. L'orateur explique comment les cindyniques définissent l'organisme, le milieu, le contexte et l'environnement, et comment ils utilisent l'hyperespace du danger pour analyser les dimensions téléologique, axiologique, déontologique, statistique et épistémique d'une situation. Il montre comment les cindyniques identifient les déficits systémiques, individuels, organisationnels et les dissonances qui peuvent générer des situations syndinogènes, c'est-à-dire de danger. Il illustre son propos avec des exemples tirés de l'histoire militaire et des conflits contemporains.

      Points clés : + [00:15:00][^3^][3] Les cindyniques, une science du danger * Une démarche pour appréhender la complexité * Un organisme, un ensemble d'éléments coordonnés * Un milieu, l'ensemble des éléments physiques ou matériels * Un contexte, l'ensemble des circonstances médiates ou immédiates * Un environnement, l'ensemble des conditions sociétales ou éthiques + [00:19:19][^4^][4] L'hyperespace du danger, un outil d'analyse * Cinq dimensions : téléologique, axiologique, déontologique, statistique, épistémique * Chaque dimension interroge un aspect de la situation : la finalité, les valeurs, les normes, les données, les modèles * Chaque dimension peut être cartographiée et quantifiée + [00:24:00][^5^][5] Les déficits syndinogènes, des sources de vulnérabilité * Quatre types de déficits : systémiques, individuels, organisationnels, dissonances * Chaque déficit correspond à un niveau : global, individuel, inter-individuel, organisationnel * Chaque déficit peut être prévenu ou corrigé par des mesures appropriées * La conjonction de plusieurs déficits peut entraîner une situation de tension critique * Exemples de vulnérabilités masquées au niveau systémique, individuel, organisationnel et inter-individuel

    1. Jerôme LANG, Computational Social Choice

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:04:00][^2^][2] :

      Cette vidéo présente le domaine de la décision collective computationnelle, qui étudie les méthodes et les problèmes liés à l'agrégation des préférences ou des croyances des agents. Le conférencier, Jérôme Lang, donne une introduction générale à la théorie du choix social, puis illustre quelques exemples de problèmes et d'applications dans ce domaine, tels que la démocratie liquide, le vote épistémique, le budget participatif, la manipulation stratégique, la délibération itérée et la diversité des comités.

      Points forts : + [00:00:10][^3^][3] La théorie du choix social * Science de la conception et de l'analyse des mécanismes de décision collective * Différents types d'informations à agréger : préférences, croyances, évaluations, etc. * Différents types de résultats : relations de préférence collective, alternatives gagnantes, ensembles de gagnants, etc. * Différents critères d'évaluation : équité, efficacité, robustesse, etc. + [00:08:14][^4^][4] La démocratie liquide * Un compromis entre la démocratie représentative et la démocratie directe * Les citoyens peuvent choisir de voter directement sur une question ou de déléguer leur vote à un pair de confiance * Les délégations peuvent être classées, cycliques ou conditionnelles * Les avantages et les inconvénients de la délégation en termes d'efficacité et de stratégie + [00:15:06][^5^][5] Le vote épistémique * L'agrégation des croyances sur la vérité du monde réel * Les règles de vote sont vues comme des estimateurs du maximum de vraisemblance * L'utilisation des approbations pour exprimer les croyances incertaines ou multiples * L'application au crowdsourcing et à l'annotation linguistique + [00:22:55][^6^][6] Le budget participatif * Un processus de décision collective sur l'allocation d'un budget public à des projets proposés par les citoyens * Les contraintes de coût et de faisibilité des projets * Les méthodes d'élicitation et d'agrégation des préférences des citoyens * Les critères d'optimalité et de diversité des ensembles de projets gagnants + [00:31:20][^7^][7] La manipulation stratégique * Le comportement des agents qui votent de manière insincère pour obtenir un meilleur résultat * Les théorèmes d'impossibilité et de possibilité sur l'existence de règles de vote non manipulables * Les aspects computationnels de la manipulation : complexité, heuristiques, approximation, etc. * Les modèles de manipulation probabiliste et bayésienne + [00:40:10][^8^][8] Le vote itéré * Un processus de décision collective où les agents peuvent changer leur vote en fonction des votes des autres * Les dynamiques et les équilibres du vote itéré * Les effets positifs et négatifs de la délibération sur le bien-être social et la diversité * Les extensions au vote itéré avec des préférences adaptatives ou des votes expressifs

    1. Benedict EASTAUGH, Social choice in infinite societies

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:05:00][^2^][2] :

      Cette vidéo présente une conférence de Benedict Eastaugh sur le choix social dans les sociétés infinies. Il explique le paradoxe de Condorcet, le théorème d'impossibilité d'Arrow et le théorème de possibilité de Fishburn. Il examine ensuite les questions de calculabilité et de constructivité liées à ces théorèmes, ainsi que les différentes façons de modéliser les sociétés infinies.

      Points forts : + [00:00:06][^3^][3] Le paradoxe de Condorcet * Un problème avec la règle de la majorité * Peut conduire à des préférences sociales non transitives * Même si les électeurs sont individuellement rationnels + [00:08:08][^4^][4] Le théorème d'impossibilité d'Arrow * Aucune fonction de bien-être social ne satisfait l'unanimité, l'indépendance et la non-dictature * Si le domaine est non restreint et qu'il y a au moins trois alternatives * Une tension entre la logique et l'équité + [00:13:01][^5^][5] Le théorème de possibilité de Fishburn * Il existe une fonction de bien-être social non dictatoriale qui satisfait l'unanimité et l'indépendance * Si le nombre d'électeurs est infini et qu'il y a au moins trois alternatives * Une échappatoire à l'impossibilité d'Arrow, mais non constructive + [00:20:00][^6^][6] La calculabilité et la constructivité * Les fonctions de bien-être social non dictatoriales sont-elles calculables ou correspondant à des règles ? * Quels sont les axiomes non constructifs nécessaires pour prouver le théorème de Fishburn ? * Utilisation de la logique inverse et de l'arithmétique du second ordre pour répondre à ces questions + [00:28:06][^7^][7] Les sociétés infinies * Trois types de modèles : continu, temporel et conditionnel * Avantages et inconvénients de chacun * Applications potentielles à la théorie du choix social et à l'éthique de la population

      Résumé de la vidéo [00:30:00][^1^][1] - [01:05:00][^2^][2] :

      Cette partie de la vidéo traite de la logique et de la modélisation des fonctions de bien-être social dans le cadre des sociétés infinies. L'orateur présente le langage et les systèmes axiomatiques de la seconde arithmétique d'ordre, qui permettent de formaliser de nombreux théorèmes mathématiques, y compris ceux de la théorie du choix social. Il explique comment la notion de calculabilité et de complexité est liée à la question de savoir si les fonctions de bien-être social sont constructives ou non. Il montre également comment les principes non constructifs, tels que l'axiome du choix, sont nécessaires ou non pour prouver certains résultats.

      Points forts : + [00:30:06][^3^][3] Le langage et les systèmes de la seconde arithmétique d'ordre * Un langage à deux sortes avec des nombres naturels et des ensembles de nombres naturels * Des structures avec un domaine à deux parties et des opérations arithmétiques * Des systèmes axiomatiques qui étendent le système de base RCA0 + [00:40:12][^4^][4] La notion de calculabilité et de complexité * Une fonction est calculable si elle peut être réalisée par un algorithme ou une machine de Turing * La hiérarchie arithmétique classe les ensembles et les fonctions selon leur degré de non calculabilité * La théorie de la preuve étudie la complexité des preuves mathématiques + [00:50:23][^5^][5] Les principes non constructifs et leur rôle dans la théorie du choix social * L'axiome du choix affirme l'existence d'un choix arbitraire dans tout ensemble d'ensembles non vides * Le théorème de la possibilité de Fishburn nécessite l'axiome du choix pour être prouvé * Le théorème de Kerman-Sondermann peut être prouvé sans l'axiome du choix, mais implique l'existence d'ultrafiltres non principaux

    1. Célia ZOLYNSKI, Du calcul du sujet à sa mise en pouvoir d'agir

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:10:00][^2^][2] :

      Cette vidéo présente la conférence de Célia Zolynski, professeur de droit du numérique à l'Université Paris 1, sur le thème "Du calcul du sujet à sa mise en pouvoir d'agir". Elle expose les enjeux de régulation des systèmes d'intelligence artificielle (IA) et les impacts potentiels de ces systèmes sur les droits et libertés fondamentaux des personnes. Elle propose de compléter l'approche actuelle du régulateur, qui consiste à protéger le sujet calculé par des obligations de transparence et de responsabilité, par une approche qui vise à mettre le sujet en pouvoir d'agir, en lui offrant des possibilités de paramétrage, de jouabilité et de curation des contenus et des services numériques.

      Points clés : + [00:00:00][^3^][3] Le contexte général de la régulation des systèmes d'IA * Les enjeux de protection des droits fondamentaux face aux impacts des systèmes d'IA * Les textes en cours de discussion au niveau européen et international * La notion de sujet calculé comme instrument de mesure des obligations imposées aux fournisseurs de systèmes d'IA + [00:19:45][^4^][4] L'approche complémentaire de la mise en pouvoir d'agir du sujet * Les limites de l'approche actuelle fondée sur la transparence et la responsabilité * Les pistes pour renforcer l'autonomie et la dignité du sujet face aux systèmes d'IA * Les exemples de paramétrage, de jouabilité et de curation des contenus et des services numériques + [00:44:45][^5^][5] Les questions et les échanges avec le public * Les modalités de mise en œuvre des obligations de transparence et d'accès aux données * Les difficultés de conciliation entre les différents textes et les différents niveaux de régulation * Les perspectives de recherche et de collaboration interdisciplinaire sur ces sujets

    1. Luc PELLISSIER, Amendement, consolidation, codification : le texte juridique, un objet calculatoire?

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:03:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est une conférence de Luc PELLISSIER, informaticien et enseignant à l'université de Paris, sur le thème "Amendement, consolidation, codification : le texte juridique, un objet calculatoire ?". Il s'interroge sur la complexité du droit, la simplification par la codification, et la possibilité de modéliser le droit comme un système calculatoire.

      Points clés : + [00:01:15][^3^][3] La théorie de la complexité en informatique * C'est l'étude des problèmes qui sont plus ou moins difficiles à résoudre * Elle permet de classer les problèmes selon leur coût en temps ou en espace * Elle n'est pas vraiment utilisée dans la littérature juridique + [00:04:10][^4^][4] La codification du droit * C'est le processus de rassembler les dispositions sur un sujet donné dans un seul recueil * Elle vise à rendre le droit plus accessible, intelligible et cohérent * Elle a connu trois âges en France : créateur, consolidateur et abrogateur + [00:17:15][^5^][5] Les types de textes juridiques * Il y a les textes consolidés (les codes) qui sont lus mais qui n'ont pas de force juridique * Il y a les textes promulgués (les lois et les décrets) qui ont de la force juridique mais qui sont peu lus * Il y a un hiatus entre ces deux types de textes + [00:20:50][^6^][6] L'exemple de la rémunération des heures complémentaires * C'est un cas où le texte se modifie lui-même en fonction de la valeur du point indiciaire * C'est un changement de paradigme qui pose des questions de complexité et de contrôle démocratique * C'est un exemple de texte calculatoire + [00:23:00][^7^][7] La typologie des dispositions dans les textes promulgués * Il y a des dispositions modificatrices, transitoires, substantielles, résiduelles, etc. * Il y a des dispositions qui sont des programmes, des données, des métadonnées, etc. * Il y a des dispositions qui sont des fonctions, des variables, des constantes, etc.

      Résumé de la vidéo [00:25:00][^1^][1] - [01:03:00][^2^][2] :

      Cette partie de la vidéo présente le projet de recherche de Luc PELLISSIER, qui consiste à analyser le texte juridique comme un objet calculatoire. Il s'intéresse notamment à la complexité, à la codification et à la simplification du droit, ainsi qu'aux processus de modification des textes juridiques. Il propose une typologie des dispositions législatives et réglementaires selon leur nature et leur effet, et il illustre son approche avec l'exemple de la rémunération des heures complémentaires dans les universités françaises.

      Points clés : + [00:25:00][^3^][3] La théorie de la complexité en informatique théorique * Une branche qui étudie la difficulté des problèmes à résoudre * Peu de liens avec la notion de simplification du droit * Un objectif de valeur constitutionnelle d'accessibilité et d'intelligibilité de la loi + [00:31:00][^4^][4] La codification du droit * Un processus qui consiste à rassembler les dispositions sur un sujet donné dans un seul recueil * Trois âges de la codification en France : créatrice, consolidatrice et abrogatrice * Des avantages et des inconvénients selon les points de vue des utilisateurs et des producteurs du droit + [00:42:00][^5^][5] La simplification du droit * Un terme ambigu qui peut recouvrir des notions différentes * Une distinction entre la simplification formelle et la simplification substantielle * Une question de lisibilité, de cohérence et de stabilité du droit + [00:49:00][^6^][6] Le texte juridique comme objet calculatoire * Une approche qui considère le texte juridique comme un système dynamique qui se modifie lui-même * Une typologie des dispositions selon qu'elles sont modificatrices, transitoires, substantielles ou résiduelles * Un exemple de la rémunération des heures complémentaires qui montre la complexité du système

    1. Juan Pablo CAICEDO - Paris IAS Ideas - Reimagining Urban Transportation

      https://www.youtube.com/watch?v=snaHY-vnB-M

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:58:00][^2^][2] :

      Cette vidéo présente le projet de corridor vert de la Septima, une avenue historique et stratégique de Bogota, en Colombie. Le projet vise à transformer cette avenue en un espace public de qualité, intégrant la mobilité durable, l'harmonie écologique et le sens du lieu. Le conférencier, Juan Pablo Caicedo, est le responsable du projet à la mairie de Bogota et il explique les principes, les objectifs, les défis et les opportunités de cette initiative.

      Points forts : + [00:03:05][^3^][3] Le contexte et les enjeux du projet * La Septima est une avenue emblématique de Bogota, qui relie le centre historique au nord de la ville * Elle est actuellement en mauvais état, congestionnée, polluée et peu sûre pour les usagers * Plusieurs tentatives de rénovation ont échoué au cours des 25 dernières années, faute de consensus et de vision + [00:10:10][^4^][4] La proposition du corridor vert * Il s'agit d'un projet participatif, qui intègre les besoins et les aspirations des citoyens * Il repose sur trois piliers : la mobilité durable, l'harmonie écologique et le sens du lieu * Il propose de réduire l'espace dédié aux voitures privées, de créer des pistes cyclables et des trottoirs élargis, de mettre en place un transport public électrique et de planter des arbres et des plantes + [00:21:00][^5^][5] La relation avec le concept de ville du quart d'heure * Le conférencier fait référence au concept développé par Carlos Moreno à Paris, qui vise à rapprocher les services et les activités des habitants * Il montre comment le corridor vert peut contribuer à cette vision, en facilitant les déplacements courts et longs, en offrant des espaces publics de qualité et en renforçant la biodiversité * Il souligne l'importance de la participation, de la solidarité et de l'écologie comme principes de la ville du quart d'heure

    1. Angelo TORRE - Paris IAS Ideas - Commons as local institutions

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:32:00][^2^][2] :

      Cette vidéo présente la conférence du professeur Angelo Torre sur les communs comme institutions locales dans l'Europe moderne. Il aborde les différentes approches et sources pour étudier les communs, ainsi que les aspects spatiaux, juridiques, rituels, religieux et redistributifs des hameaux qui les gèrent. Il propose d'utiliser des modèles générateurs pour analyser les tensions territoriales et les formes variées de gestion des communs dans différents contextes historiques et géographiques.

      Points forts : + [00:01:20][^3^][3] Les communs comme objet d'étude * Différentes approches : classique, néo-institutionnaliste, juridique, écologique-historique * Différentes sources : normatives, gestionnaires, administratives, judiciaires * Différentes classifications : administratives, émiques + [00:08:56][^4^][4] Les hameaux comme unité d'analyse * Origines médiévales et formes de peuplement * Rôle des confréries du Saint-Esprit et des oratoires * Résistance à la municipalisation des communs et des services + [00:19:03][^5^][5] Les formes de gestion des communs * Fin, partage, séparation, fédération des communs * Tensions entre le centre et la périphérie des communautés * Influence des facteurs micro et macro + [00:25:34][^6^][6] Les modèles générateurs comme outil d'analyse * Inspirés par l'anthropologue Fredrik Barth * Basés sur les séquences et les résultats des actions * Sensibles au contexte et aux choix des acteurs

  5. Jan 2024
    1. Die OPEC geht davon aus, dass sich die Nachfrage nach Öl in diesem Jahr um 2,25 Millionen Barrel pro Tag erhöhen wird. Für das kommende Jahr erwartet die OPEC eine Steigerung um 1,85 Millionen Barrel am Tag. Die Prognosen der OPEC liegen deutlich höher als die der IEA. Die USA haben in der zweiten Januarwoche mit mit 13,3 Millionen Barrel pro Tag einen neuen Rekord in der Ölproduktion aufgestellt. https://www.reuters.com/business/energy/oil-prices-edge-higher-opec-demand-estimate-while-cold-hits-us-output-2024-01-18/

  6. Nov 2023
    1. excessive expectations and reliance on CCUS
      • for: quote - Carbon Capture expectations - unfeasible

      • quote

        • If oil and natural gas consumption were to evolve as projected under today’s policy settings, this would require an inconceivable 32 billion tonnes of carbon captured for utilisation or storage by 2050,
          • including 23 billion tonnes via direct air capture to limit the temperature rise to 1.5 °C.
        • The necessary carbon capture technologies would require 26 000 terawatt hours of electricity generation to operate in 2050,
          • which is more than global electricity demand in 2022.
        • And it would require over USD 3.5 trillion in annual investments all the way from today through to mid-century, which is an amount equal to the entire industry’s annual average revenue in recent years.
      • for: IEA 2023 report - exec summary - Fossil Fuel industry, IEA 2023 report - exec summary - Oil and Gas industry

      • summary

        • this is the IEA summary of the position of the Oil and Gas industry and what they must do in order to transition to a net zero world by 2050 and avert 1.5 Deg C global mean temperature.
        • it contains a lot of useful information and statistics
    1. Bericht der International Energy Agency zur Reduktion der Methanemissionen bei der Förderung von Öl und Gas. Trotz der Rekordgewinne unternehmen die fossilen Energiefirmen bei weitem nicht genug, um diese Emissionen zu stoppen. Nur 3% der Gewinne des letzten Jahres wären nötig um das Methan, das bei der Öl- und Gasförderung in die Atmosphäre entweicht, um 75% zu reduzieren.

  7. Oct 2023
    1. Die Internationale Energieagentur IEA hält eine Begrenzung der globalen Erhitzung aufgrund des schnellen Wachstums bei den erneuerbaren Energien für sehr schwierig, aber noch möglich. In ihrem Jahresbericht kommt sie zu dem Ergebnis, dass der Höhepunkt der Nachfrage nach Kohle, Gas und Öl bis 2030 erreicht werden wird. Die Energiepolitik der wichtigen Staaten ist aber bei der Umstellung auf Erneuerbare bei weitem nicht so ehrgeizig, als es nötig ist. https://www.liberation.fr/environnement/grace-aux-energies-bas-carbone-limiter-le-rechauffement-climatique-reste-possible-affirme-lagence-internationale-de-lenergie-20231024_YF7ZJA7WBFACRFIVCBRONJPKAA/

      World Energy Outlook 2023: https://origin.iea.org/reports/world-energy-outlook-2023

      Mehr zum World Energy Outlook 2023: https://hypothes.is/search?q=tag%3A%22report%3A%20World%20Energy%20Outlook%202023%22

    1. It should be noted that the third normative approach considers the global need for electricity asoutlined by the International Energy Agency (IEA) for different scenarios and develops an interim1.5DS within which ICT should not expand its current share of electricity. This electricity budgetuses the IEA trajectories for a 2°C scenario (2DS) and a below 2°C scenario (B2DS) to derive a 1.5°Ctrajectory for world electricity usage through doubling the difference between them and subtractingit from the 2DS as described in [IEA ETP]. This is an interim approach as IEA has not yet establisheda 1.5DS. The budget is then used to determine the amount of electricity that could be used by thesector if keeping its share at the current level. As the IEA is planning to include a specific 1.5DS, thetrajectories will be reviewed when the new IEA scenarios are published.

      This is the only mention of a "fair share" of global electricity use by the ICT sector

    Tags

    Annotators

    1. Die OPEC und Russland könnten sich bei einem Treffen am Wochenende in Wien dafür entscheiden, die ölproduktion zu kürzen, um auf die sinkenden Ölpreise zu reagieren. Für den Verfall der Preise sind vor allem Konjunkturerwartungen verantwortlich. Die International Energy Agency hat gerade ihre Prognose für den ölbedarf im laufenden Jahr um 10% nach oben gesetzt. Wegen der europäischen Sanktionen verkauft Russland höhere Mengen Öl an Indien zu ermäßigten Preisen, was sich dort negativ auf den Verkauf arabischen Öls auswirkt. https://www.nytimes.com/2023/06/02/business/oil-prices-opec-plus.html

  8. Sep 2023
    1. Die OPEC, Saudi-Arabien und Ölfirmen widersprechen der Aussage des IEA-Chefs Fatih Birol, dass der Höhepunkt des Ölverbrauchs noch vor 20 30 erreicht wird. Aramco behauptet, dass 2030 rund 10% mehr Öl verwendet werden wird als heute Punkt man wirft der IEA politische Manipulation vor.

      https://www.derstandard.at/story/3000000187607/ueberschreitet-der-globale-oelkonsum-bald-seinen-hoehepunkt

  9. Jul 2023
    1. Die Verbrennung von Kohle erreichte 2022 ein neues Allzeithoch. Sie stieg gegenüber den Vorjahr um 3,4%. Aus einem neuen IEA-Bericht geht hervor, dass das deutliche Nachlassen der Nachfrage in Europa und den USA durch China, Indien und weitere sogenannte Schwellenländer mehr als ausgeglichen wurde. Die IEA prognostiziert ein Sinken der Nachfrage ab 2023. https://www.edie.net/coal-consumption-reached-an-all-time-high-in-2022-iea-confirms/

    1. Erneruerbare Energien wachsen weltweit deutlich schneller als von vielen erwartet. Ein neuer Bericht der Internatiionale Energiebehörde IEA stellt fest, dass die Erzeugungskapazität inzwischen bei 340 Gigawatt liegt. 2022 wurden 1.600Millionen Dollar in Erneuerbare investiert. Der Marktanteil von Elektroautos stieg auf 15%. berichte von anderen Institutionen bestätigen diese Trends. https://taz.de/Klimaneutralitaet-2050-technisch-moeglich/!5948817/

      IEA-Bericht: https://www.iea.org/reports/tracking-clean-energy-progress-2023

      Bericht des Rocky Montains Institute zur Energiewende: https://rmi.org/insight/x-change-electricity/

      Studie des World Resources Institute zu den 8 Ländern mit dem schnellsten Wachstum von Erneuerbaren: https://www.wri.org/insights/countries-scaling-renewable-energy-fastest

  10. Apr 2023
  11. Mar 2023
  12. Feb 2023
  13. Dec 2022
    1. Diw Energiekrise hast du geführt, dass die Erneuerunbaren weltweit viel schneller als bisher ausgebaut werden. Die International Energy Agency IEA prognostiziert in einem neuen Bericht, dass in den kommenden 5 Jahren so viele Kapazitäten geschaffen werden wie in den vergangenen 20 Jahren.

  14. Jun 2022
    1. Energy efficiency has never been more crucial! The time to unleashing its massive potential has come

      Will this conference debate rebound effects of efficiency? If not, it will not have the desirable net effect.

      My linked In comments were:

      Alessandro Blasi, will this conference address the rebound effect? In particular, Brockway et al. have done a 2021 meta-analysis of 33 research papers on rebound effects of energy efficiency efforts and conclude:

      "...economy-wide rebound effects may erode more than half of the expected energy savings from improved energy efficiency. We also find that many of the mechanisms driving rebound effects are overlooked by integrated assessment and global energy models. We therefore conclude that global energy scenarios may underestimate the future rate of growth of global energy demand."

      https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1364032121000769?via%3Dihub

      Unless psychological and sociological interventions are applied along with energy efficiency to mitigate rebound effects, you will likely and ironically lose huge efficiencies in the entire efficiency intervention itself.

      Also, as brought up by other commentators, there is a difference between efficiency and degrowth. Intelligent degrowth may work, especially applied to carbon intensive areas of the economy and can be offset by high growth in low carbon areas of the economy.

      Vaclav Smil is pessimistic about a green energy revolution replacing fossil fuels https://www.ft.com/content/71072c77-53b3-4efd-92ae-c92dc02f09ad, which opens up the door to serious consideration of degrowth, not just efficiency improvements. Perhaps the answer is in a combination of all of the above, including targeted degrowth.

      Technology moves quickly and unexpectedly. At the time of Smil's book release, there was no low carbon cement. Now there is a promising breakthrough: https://www.cnbc.com/2022/04/28/carbon-free-cement-breakthrough-dcvc-put-55-million-into-brimstone.html

      As researchers around the globe work feverishly to make low carbon breakthroughs, there is obviously no guarantee of when they will occur. In that case then, with only a few years to peak, it would seem the lowest risk pathway would be to prioritize the precautionary principle over a gambling pathway (such as relying on Negative Emissions Technology breakthroughs) and perhaps consider along with rebound effect conditioned efficiency improvements also include a strategy of at least trialing a temporary, intentional degrowth of high carbon industries / growth of low carbon industries.

  15. May 2022
  16. Mar 2021