75 Matching Annotations
  1. Last 7 days
    1. Résumé de la Vidéo

      La vidéo présente une discussion approfondie sur le choix d'un psychologue, en mettant l'accent sur l'importance de trouver un professionnel adapté aux besoins individuels. Florence Bramy, psychologue et docteur en psychologie de l'enfant et de l'adolescent, partage ses connaissances et conseils pour aider les individus à naviguer dans le processus de sélection d'un psychologue. Elle aborde les raisons de consulter un psychologue, les différentes spécialisations et approches thérapeutiques, et l'importance de l'intuition personnelle dans le choix d'un thérapeute.

      Moments Forts: 1. Introduction au choix d'un psychologue [00:00:00][^1^][1] * Importance de trouver le bon psychologue * Différences entre psychologues, psychiatres et psychothérapeutes * Rôle du psychologue dans l'adaptation à la société 2. Raisons de consulter un psychologue [00:02:42][^2^][2] * Sentiment de mal-être et désadaptation * Traumatismes et événements impactants * Besoin de faire le point dans la vie 3. Sélection d'un psychologue adapté [00:04:12][^3^][3] * Déterminer la problématique personnelle * Spécialisations et techniques thérapeutiques * Importance de l'intuition dans le choix du thérapeute 4. Différences entre les approches thérapeutiques [00:07:00][^4^][4] * Psychothérapie, psychopraticiens et psychanalystes * Thérapies brèves et traitement des traumatismes * Choix d'une thérapie en fonction des besoins personnels 5. Durée et fin d'une thérapie [00:18:00][^5^][5] * Durée variable selon le type de thérapie * Rôle du psychologue dans la conclusion de la thérapie * Importance de la communication entre le patient et le thérapeute Résumé de la Vidéo

      Cette vidéo aborde le choix d'un psychologue ou d'un thérapeute, en mettant l'accent sur l'importance de trouver un professionnel qui correspond à vos besoins et préférences personnels. Elle explique comment identifier si un psychologue vous convient, les différentes méthodes de thérapie disponibles, et comment accéder aux services psychologiques, y compris ceux remboursés par la Sécurité Sociale en France.

      Points Forts: 1. Choisir le bon thérapeute [00:23:30][^1^][1] * Importance du "feeling" avec le thérapeute * Possibilité de changer après une ou deux séances * Le thérapeute peut aider à trouver un meilleur match 2. Comprendre les méthodes de thérapie [00:25:01][^2^][2] * Différence entre les méthodes personnelles et techniques * Exemple de l'hypnose et des TCC (thérapies comportementales et cognitives) * Choisir une méthode adaptée à ses besoins 3. Accès aux services psychologiques [00:26:58][^3^][3] * Nouvelles mesures depuis le COVID-19 pour l'accès facilité * Consultation remboursée par la Sécurité Sociale avec référencement * Différentes options selon les moyens financiers 4. Services pour différents groupes d'âge [00:29:01][^4^][4] * Centres médico-psychologiques (CMP) pour consultations * Services spécifiques pour enfants, adolescents et parents * Importance de la transparence et de la communication avec le thérapeute

  2. Apr 2024
    1. Résumé de la Vidéo

      La vidéo présente une conférence sur le bien-être à l'école, animée par Chloé Chambé. Christian Budex, conseiller au C2A2E et chercheur associé au Centre de recherche en éducation de Nantes, y intervient. Il aborde la prévention des violences et du harcèlement entre pairs à l'école, explique le programme PHARE de prévention du harcèlement et discute des méthodes et des pistes de prévention.

      Moments Forts: 1. Introduction à la conférence [00:00:06][^1^][1] * Accueil par Chloé Chambé * Présentation du thème du bien-être à l'école * Importance de la recherche en éducation 2. Présentation de Christian Budex [00:01:13][^2^][2] * Rôle de conseiller au C2A2E * Recherche en éducation à la fraternité * Pratique de la philosophie avec les enfants 3. Le programme PHARE [00:02:47][^3^][3] * Prévention et traitement du harcèlement * Mise en œuvre dans les écoles et collèges * Obligations des établissements scolaires 4. Méthodes et prévention du harcèlement [00:04:38][^4^][4] * La méthode de la préoccupation partagée * Éducation à la fraternité et éthique relationnelle * Lien entre recherche et expérience de terrain Résumé de la vidéo

      La deuxième partie de la vidéo aborde la nature du harcèlement scolaire, en s'appuyant sur les travaux de chercheurs comme Benoît Galand. Il est expliqué que l'origine du harcèlement se trouve dans la dynamique des relations entre élèves plutôt que dans la personnalité des auteurs ou des victimes. La méthode de la préoccupation partagée est présentée comme une approche efficace pour traiter certaines situations de harcèlement, en se basant sur cinq fondements théoriques qui découlent de la compréhension du phénomène. Cette méthode vise à résoudre environ 80 % des cas courants de harcèlement, en mettant l'accent sur une justice scolaire non punitive et sur l'amélioration du climat scolaire.

      Moments forts: 1. Origine du harcèlement [00:23:11][^1^][1] * Basée sur la dynamique des relations * Indépendante de la personnalité des individus * Influence de la peur commune chez les protagonistes 2. Méthode de la préoccupation partagée [00:25:15][^2^][2] * Adoptée dans le Programme national phare * Repose sur cinq fondements théoriques * Vise à briser la dynamique de groupe et l'invisibilité de la violence 3. Efficacité et éthique de la méthode [00:30:47][^3^][3] * Résout 80 % des situations courantes * Introduit un nouveau paradigme de justice scolaire * Recherche une sanction réparatrice plutôt que punitive 4. Prévention du harcèlement [00:34:02][^4^][4] * Liée à la déconstruction des stéréotypes de genre * Nécessite le développement de compétences psychosociales * Importance de la sécurité pour la réussite scolaire Résumé de la Vidéo

      La partie 3 de la vidéo aborde l'évaluation des méthodes de prévention du harcèlement, notamment la méthode de la préoccupation partagée, et souligne l'importance d'une approche intégrée dans le développement des compétences psychosociales pour la prévention. Elle met en lumière la nécessité d'une évaluation qualitative et quantitative des programmes de prévention et discute de l'implication des parents dans ces programmes.

      Points Forts: 1. Évaluation des méthodes de prévention [00:46:37][^1^][1] * Manque d'évaluation scientifique académique * Nécessité d'une évaluation empirique * Chiffres prometteurs mais besoin d'analyse qualitative 2. Importance des compétences psychosociales [00:48:01][^2^][2] * Recherches en cours sur l'intégration des compétences * Approche intégrée indispensable * Développement des compétences dans la prévention 3. Rôle de l'éducation affective et sexuelle [00:49:06][^3^][3] * Cohérence avec les programmes d'éducation morale et civique * Importance de l'éducation à la vie affective et relationnelle * Questions sur le cyberharcèlement et les ressources disponibles 4. Implication des parents dans la prévention [00:58:54][^4^][4] * Nécessité d'associer les parents * Importance de l'alliance avec les familles * Gagner la confiance des parents pour la prévention efficace

  3. Mar 2024
    1. Résumé de la Vidéo

      La vidéo présente Marianne Perrotte, enseignante à l'INSP de Nice, qui accueille les participants à la conférence du Printemps de la recherche en éducation. Elle introduit Natacha d'Angoulof, agrégée d'histoire et docteur en sciences de l'éducation, qui va parler de la construction d'une relation pédagogique positive pour le bien-être à l'école et des compétences psychosociales des enseignants.

      Points Forts: 1. Introduction de la conférence [00:00:02][^1^][1] * Accueil par Marianne Perrotte * Présentation du thème du bien-être à l'école * Invitation à la participation active 2. Présentation de Natacha d'Angoulof [00:01:05][^2^][2] * Parcours académique et professionnel * Présidence de l'ADFE * Coordination de l'équipe de formateurs de l'académie de Versailles 3. La relation pédagogique et le bien-être [00:02:07][^3^][3] * Importance de la relation pédagogique positive * Rôle des compétences psychosociales des enseignants * Clarification des compétences psychosociales pour favoriser des relations positives 4. Défis de la relation pédagogique au collège [00:04:41][^4^][4] * Focus sur la relation pédagogique au collège * Difficultés liées à la massification scolaire et aux programmes exigeants * Évolution socio-historique des compétences demandées aux enseignants Résumé de la Vidéo

      La vidéo présente une conférence sur le bien-être à l'école, animée par Natacha d'Angoulof, qui aborde la relation pédagogique positive et les compétences psychosociales des enseignants. Elle souligne l'importance de ces compétences dans la création d'un environnement favorable à l'apprentissage et au bien-être des élèves. Natacha examine également l'évolution socio-historique de la pédagogie en France, mettant en lumière le passage d'une approche éducative coercitive à une approche plus empathique et soutenante.

      Points Forts: 1. L'importance de la relation pédagogique [00:05:00][^1^][1] * Relation asymétrique entre élèves et enseignant * Nécessité de compétences psychosociales chez l'enseignant * Impact sur le bien-être des élèves 2. Les compétences psychosociales des enseignants [00:06:00][^2^][2] * Compétences cognitives, émotionnelles et sociales * Soutien aux apprentissages des élèves * Exemples pour le développement des élèves 3. Défis de l'enseignement au collège [00:10:02][^3^][3] * Massification scolaire et programmes exigeants * Diversité et concurrence attentionnelle en classe * Nécessité d'adapter les pratiques pédagogiques 4. Évolution socio-historique de la pédagogie [00:19:00][^4^][4] * Passage d'une violence éducative à une interdiction * Promotion d'une proximité chaleureuse entre enseignants et élèves * Nouvelles compétences psychosociales enseignantes promues

      Résumé de la Vidéo

      La partie 2 de la vidéo aborde l'évolution des relations éducatives et parentales en France, depuis la fin du 20e siècle jusqu'au début du 21e. Elle examine les changements dans les pratiques éducatives, l'impact des théories psychanalytiques sur la corresponsabilité dans les relations, et l'évolution vers une éducation sans violence et une meilleure compréhension des besoins émotionnels et sociaux des enfants.

      Points Forts: 1. Changement des relations éducatives [00:24:24][^1^][1] * Oscillation entre violence éducative et permissivité * Évolution vers une relation plus symétrique entre adultes et enfants * Impact des théories psychanalytiques sur la corresponsabilité 2. Critiques et défis pour les enseignants [00:26:22][^2^][2] * Remise en question des compétences traditionnelles * Critiques sociologiques et psychanalytiques de la relation pédagogique * Notion d'autorité naturelle et charisme inné 3. Promotion de la parentalité positive [00:28:42][^3^][3] * Éducation sans violence et reconnaissance de la vulnérabilité des enfants * Importance du rôle des adultes dans l'éducation * Développement de compétences relationnelles positives 4. Impact sur les compétences enseignantes [00:31:54][^4^][4] * Exigences accrues en matière de compétences psychosociales * Formation des enseignants aux nouvelles pratiques éducatives * Utilisation de la simulation et de l'apprentissage expérientiel Résumé de la Vidéo

      La partie 3 de la vidéo aborde l'importance des compétences psychosociales dans l'éducation, en mettant l'accent sur les outils et ressources disponibles pour les développer chez les enseignants et les élèves. L'intervenant discute des différences entre les compétences psychosociales, les soft skills et les compétences du 21e siècle, soulignant que les compétences psychosociales sont bien définies dans le référentiel de santé publique France. Il est également question de l'approche éducative en Suède, qui diffère de celle en France, et de l'importance de former les enseignants à ces compétences dès la formation initiale.

      Moments Forts: 1. Outils pour développer les compétences [00:48:08][^1^][1] * Livre de Rebecca Shankland et Béatrice Lamboy * Activités pour adultes et élèves * Importance de vivre l'activité entre professionnels 2. Discipline positive et manuels d'activité [00:48:58][^2^][2] * Références et outils de la discipline positive * Manuels pour professionnels et activités pour élèves * Ressources de qualité pour la formation des enseignants 3. Différence entre compétences psychosociales et soft skills [00:50:10][^3^][3] * Compétences psychosociales bien définies * Soft skills plus larges et utilisées en entreprise * Importance des définitions précises pour la formation 4. Approche éducative en Suède [00:51:49][^4^][4] * Relation différente à l'enfant en Suède * Vision de l'enfant comme non manipulateur * Importance de l'immaturité du cerveau de l'enfant dans son comportement 5. Formation des enseignants aux compétences psychosociales [00:54:50][^5^][5] * Nécessité de développer ces compétences en formation initiale * Utilisation de simulations et de microenseignement * Exemples de formations innovantes en Belgique

    1. Résumé de la vidéo [00:00:07][^1^][1] - [00:23:51][^2^][2]:

      Cette vidéo présente une conférence sur le thème "Lieux, temps et bien-être, une problématique à plusieurs facettes", animée par Laurent Janin, maître de conférences à l'Université Sergi Paris Université. Il aborde la relation entre l'architecture des établissements scolaires, les conditions d'enseignement et d'apprentissage, et le bien-être des élèves et des enseignants. La conférence explore les défis liés à l'adaptation des espaces éducatifs aux besoins pédagogiques actuels et la manière dont les environnements scolaires peuvent influencer le bien-être.

      Points forts: + [00:01:44][^3^][3] La problématique de l'architecture scolaire * Importance des conditions matérielles et immatérielles * Impact des lieux sur le travail des élèves et enseignants * Difficultés d'adapter l'architecture aux pratiques pédagogiques + [00:07:00][^4^][4] L'héritage des bâtiments scolaires * Confrontation entre les ambitions et les réalités contextuelles * Influence des périodes historiques sur l'architecture scolaire * Nécessité d'innover pour répondre aux besoins actuels + [00:14:01][^5^][5] Les facteurs physiologiques du bien-être * Qualité de l'air, acoustique, lumière, thermique, et biophilie * Seuils recommandés pour un environnement propice au bien-être * Difficultés à atteindre ces seuils dans les établissements existants + [00:17:09][^6^][6] Typologies de l'espace et modèles pédagogiques * Catégorisation des espaces scolaires et leur usage * Relation entre l'espace, les pratiques pédagogiques et le bien-être * Importance de la flexibilité et de l'adaptabilité des espaces d'enseignement Résumé de la vidéo [00:23:56][^1^][1] - [00:45:36][^2^][2]: La vidéo aborde la problématique multifacette de l'intégration de l'innovation dans la transformation des pratiques pédagogiques et de l'espace de travail. Elle examine les théories des systèmes complexes, les cycles d'innovation et d'appropriation, et l'importance de l'expérience et de l'épistémologie dans l'éducation.

      Points forts: + [00:23:56][^3^][3] Intégration de l'innovation * Importance de l'innovation dans la transformation pédagogique * Rôle des théories et de la recherche dans l'adaptation des espaces de travail * Impact des changements sur la zone de confort des enseignants + [00:26:01][^4^][4] Théorie des systèmes complexes * Déséquilibre volontaire ou involontaire dans la pratique pédagogique * Recherche d'un nouvel équilibre et d'un bien-être dans l'innovation * Distinction entre les cycles d'innovation et d'appropriation + [00:33:01][^5^][5] Propagation de l'innovation * Nécessité d'impliquer une proportion significative de la population cible * Importance de l'expérience collective dans l'adoption de l'innovation * Gestion de l'innovation par un leader ou une équipe éducative + [00:37:00][^6^][6] Formation en contexte et évaluation * Formation des enseignants dans le contexte de leur environnement transformé * Utilisation de modèles d'acceptation et d'appropriation de l'innovation * Mesure de l'impact de l'innovation sur le bien-être et les pratiques pédagogiques Résumé de la vidéo [00:45:38][^1^][1] - [01:06:38][^2^][2]:

      La vidéo aborde la complexité de l'évaluation de l'impact des espaces d'apprentissage sur le bien-être et l'efficacité éducative. Elle souligne l'importance de l'adaptation des pratiques pédagogiques aux environnements physiques et la nécessité d'une approche réflexive pour innover dans l'éducation.

      Points forts: + [00:45:38][^3^][3] Cadre d'évaluation * Établissement d'une matrice d'évaluation * Importance des métriques pour mesurer l'impact * Adaptation didactique pour surmonter les obstacles épistémologiques + [00:47:00][^4^][4] Accompagnement des collègues * Adaptation et déséquilibre nécessaires pour l'innovation * Importance de la formation interne pour intégrer l'innovation * Difficultés liées à la gestion du temps et à l'expérience en situation + [00:50:01][^5^][5] Comparaison internationale * Différences culturelles dans la gestion des espaces d'apprentissage * Impact du COVID-19 sur la conception des espaces éducatifs * Importance de la fréquence de l'exposition aux savoirs et aux difficultés + [00:55:02][^6^][6] Échelle de temps pour le changement * Variation du temps nécessaire selon le type d'enseignant * Processus d'intégration de nouvelles pratiques dans la routine * Importance de l'expérience et de l'observation réflexive pour l'évolution des pratiques

    1. Résumé de la vidéo [00:00:04][^1^][1] - [00:24:54][^2^][2]:

      Cette vidéo présente le 10e printemps de la recherche en éducation du réseau des INSPÉ, axé sur le bien-être à l'école et son importance dans la formation des enseignants et des professionnels de l'éducation. Elle rend hommage aux fondateurs de cet événement, souligne l'importance de la recherche en éducation et introduit la conférence inaugurale sur le bien-être à l'école.

      Points forts: + [00:00:04][^3^][3] Ouverture et hommage * Ouverture du webinaire * Hommage aux fondateurs du printemps de la recherche * Importance de la recherche en éducation + [00:01:32][^4^][4] Thème du bien-être à l'école * Présentation du thème central * Discussion sur le bien-être des élèves et des enseignants * Lien entre bien-être et apprentissage + [00:03:00][^5^][5] Introduction des intervenants * Remerciements aux intervenants et partenaires * Annonce des conférences à venir * Importance de la collaboration pour la recherche + [00:04:43][^6^][6] Présentation de la conférencière * Introduction de la conférencière, Agnès Florin * Résumé de son parcours et de ses contributions * Pertinence de son expertise pour le thème abordé + [00:09:01][^7^][7] Conférence sur le bien-être à l'école * Exposé des enjeux de formation liés au bien-être * Analyse des recherches sur le bien-être à l'école * Présentation des préconisations et ressources disponibles + [00:22:38][^8^][8] Importance nationale du bien-être à l'école * Évolution des politiques éducatives françaises * Mesures prises pour améliorer le bien-être scolaire * Rôle de l'école dans la promotion de la santé et du bien-être Résumé de la vidéo [00:24:57][^1^][1] - [00:51:42][^2^][2]:

      Cette vidéo présente une conférence sur le bien-être dans le système éducatif français, abordant des sujets tels que l'aménagement des espaces scolaires, l'importance des pauses, et les compétences socio-émotionnelles des enseignants. Elle souligne l'impact de l'environnement scolaire sur le bien-être des élèves et du personnel, et discute des résultats d'enquêtes nationales et internationales sur le climat scolaire et le harcèlement.

      Points forts: + [00:25:02][^3^][3] Amélioration du bien-être * Importance de l'organisation spatiale et temporelle * Impact de l'aménagement des espaces scolaires sur le climat et les apprentissages * Rôle des pauses et de la pause méridienne dans l'éducation à la santé + [00:29:15][^4^][4] Enseignement hors les murs * Favorise le bien-être et la santé des élèves et enseignants * Utilisation de l'enseignement en plein air pour des apprentissages flexibles * Importance de l'inclusion des espaces pour le sport et les loisirs + [00:32:31][^5^][5] Interactions et compétences psychosociales * Nature des interactions influençant le bien-être des élèves et du personnel * Développement des compétences psychosociales améliorant l'engagement des élèves * Sentiment d'appartenance et réduction du harcèlement comme éléments clés + [00:39:09][^6^][6] État des lieux national et international * Analyse des enquêtes sur le climat scolaire et la victimation * Discussion sur la satisfaction professionnelle des enseignants et la rémunération * Impact du climat scolaire sur l'engagement des élèves et la peur de l'échec Résumé de la vidéo [00:51:44][^1^][1] - [01:16:44][^2^][2]:

      Cette partie de la vidéo aborde les défis et les solutions proposées pour améliorer le bien-être des personnels éducatifs en France. Elle souligne la faible valorisation perçue de la profession enseignante en comparaison internationale, les problèmes de violence et de stress rencontrés par les enseignants, et les préoccupations concernant la charge de travail administrative et le manque de personnel. Des recommandations sont présentées pour créer un environnement scolaire favorable au bien-être des élèves et des personnels.

      Points forts: + [00:51:44][^3^][3] Perception de la valorisation de la profession * Faible valorisation ressentie par les enseignants en France * Comparaison avec d'autres pays où la profession est mieux valorisée + [00:53:02][^4^][4] Stress et violence dans le milieu éducatif * Les enseignants font face à la violence et au stress, notamment liés à l'intimidation verbale par les élèves * Les chefs d'établissement sont particulièrement stressés par la charge de travail administrative + [00:54:06][^5^][5] Préconisations pour le bien-être * Nécessité de faire du bien-être une préoccupation nationale * Importance de considérer les écoles comme des lieux de rencontre pour une communauté éducative + [00:55:52][^6^][6] Axes d'action pour améliorer les conditions de travail * Créer des espaces accueillants et améliorer les conditions de travail pour accroître le bien-être * Renforcer les liens entre les acteurs éducatifs et intégrer le bien-être dans le pilotage des écoles

    1. Résumé vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:25:09][^2^][2]:

      Cette vidéo aborde l'importance du bien-être des enseignants pour le bien-être des élèves. Elle souligne que le bien-être des enseignants est essentiel pour créer un environnement d'apprentissage favorable et discute des moyens de promouvoir ce bien-être à travers le développement des compétences psychosociales et le soutien collectif.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] L'importance du bien-être des enseignants * Présenté comme un prérequis au bien-être des élèves * Discuté par des experts en éducation * Lié à la qualité de l'apprentissage et à la gestion de classe + [00:08:00][^4^][4] Développement des compétences psychosociales * Identifié comme un moyen d'améliorer le bien-être * Inclut la gestion des émotions et la communication efficace * Encourage une meilleure relation avec les élèves + [00:14:00][^5^][5] Le rôle du collectif * Souligné comme un soutien pour le bien-être professionnel * Partage d'expériences et de pratiques entre collègues * Importance de la construction d'un réseau de soutien Résumé de la vidéo [00:25:11][^1^][1] - [00:49:13][^2^][2] : Cette vidéo explore le bien-être des enseignants et son impact sur le bien-être des élèves. Elle souligne l'importance de la formation continue, du soutien collectif et de l'innovation dans les pratiques pédagogiques pour favoriser un environnement éducatif positif.

      Points forts : + [00:25:11][^3^][3] Formation et dynamisme professionnel * Importance de la formation continue pour les enseignants * Le soutien collectif stimule la motivation et le dynamisme * L'engagement en tant que formateur en compétences psychosociales + [00:26:22][^4^][4] Bienveillance et pratiques éducatives * Focus sur la bienveillance et l'évolution des pratiques éducatives * L'importance de la sécurité affective pour les enfants * Développement de chartes et attitudes pour une bienveillance concrète + [00:33:06][^5^][5] Audace professionnelle et personnalité dans l'enseignement * Encourager les enseignants à innover et à exprimer leur personnalité * L'importance de l'adaptabilité face à l'actualité et aux besoins des élèves * La création de classes coopératives et de conseils d'élèves pour favoriser l'expression + [00:38:22][^6^][6] Impact du bien-être enseignant sur les élèves * La qualité de présence de l'enseignant influence directement le bien-être des élèves * Expériences visant à améliorer la perception et l'interaction avec les enfants * L'importance de la cohérence et de la visibilité dans les pratiques éducatives Résumé de la vidéo [00:49:14]¹[1] - [00:56:38]²[2] : La vidéo aborde l'importance du bien-être des enseignants pour favoriser celui des élèves. Elle souligne la nécessité de développer des compétences sociales et émotionnelles, ainsi que de repenser les espaces de classe pour répondre aux besoins des élèves et créer un environnement propice à l'apprentissage.

      Points forts : + [00:49:14]³[3] Compétences sociales et émotionnelles * Importance de la gestion des émotions * Impact sur la capacité d'attention des élèves * Besoin de pratiques pédagogiques adaptées + [00:50:01]⁴[4] Aménagement de l'espace de classe * Création d'un environnement adapté aux besoins des élèves * Mise en place de coins calmes et de configurations variées * Choix offert aux élèves pour leur mode de travail + [00:51:59]⁵[5] Témoignage sur l'entrée en 6e * Difficultés rencontrées par les élèves en transition * Focus sur la gestion du stress et des émotions * Utilisation de pratiques corporelles pour la régulation émotionnelle + [00:55:28]⁶[6] Annonce de ressources futures * Introduction de la thématique du bien-être des élèves * Présentation de ressources et conférences à venir * Lien entre le bien-être et l'apprentissage, notamment en mathématiques

      Source : conversation avec Bing, 17/03/2024 (1) undefined. https://www.planning-familial.org/sites/default/files/2023-11/LIVRE_BLANC_WEB.pdf. (2) undefined. https://www.education.gouv.fr/education-la-sexualite-en-milieu-scolaire-341103. (3) undefined. https://soseducation.org/docs/notes-etudes-entretiens-tribunes/education-a-la-sexualite-danger-ou-prevention-final.pdf. (4) undefined. https://www.

    1. c'est c'est issu d'un modèle théorique de 00:08:46 méta-analyse on a analysé des recherches et bien bon on peut on peut estimer à 15% l'impact génétique sur notre santé et puis vous voyez tout en haut à gauche à 00:09:00 l'environnement social et économique pèse pour 50% dans la santé de l'individu et l'environnement social et économique c'est l'école alors il y a pas que l'école bien évidemment mais l'école compte énormément il y a tout le 00:09:12 périscolaire aussi et les associations il y a des clubs sportifs tout ce qui constitue l'environnement économique et social de l'enfant donc 00:09:23 vous voyez que l'école voilà impacte pour 50% dans la santé de l'élève
    2. ce petit modèle une étude qui l'a encore qui va bientôt avoir 10 ans donc c'est pour vous dire que on est toujours un peu surpris quand l'éducation nationale se réveille inscrit le bien-être dans 00:15:53 les dans les programmes c'est que c'était quand même pas une surprise on le savait on a de on a des chiffres ça c'est une étude française mais il y en a plein d'autres alors c'était une Française qu'est ce qu'elle nous dit c'est l'équipe du de notre collègue Fabien Fenouillet qui a montré 00:16:06 ça en 2014 auprès de collégien ils ont mesuré les différentes satisfactions de vie dont je vous parlais tout à l'heure satisfaction dit par rapport à soi par rapport à la famille à l'école aux amis et à l'habitat et ils ont mis ça en 00:16:18 corrélation avec trois variables trois concepts le premier c'est les résultats scolaires donc ils sont allés collecter les compétences acquises ou non acquises ils sont allés mesurer aussi l'intérêt 00:16:32 de l'élève pour l'école et ils sont allés mesurer ce qu'on appelle le sentiment d'efficacité personnelle le SEP qu'on pourrait appeler de la motivation je vous en reparlerai juste après du Sep mais 00:16:45 appelons ça de la motivation et bien on s'aperçoit que finalement ce qui correct le plus fortement la satisfaction de vie enfin ce qui pourrait le plus fortement pardon les résultats scolaires l'intérêt et la 00:16:57 motivation c'est la satisfaction de vie ressentie à l'école donc c'est bel et bien le bien-être que nos élèves vont ressentir à l'école qui vont avoir le plus de liens je vais pas parler d'impact on est sur des corrélations donc je vais parler de liens 00:17:09 qui vont avoir le plus de liens avec leurs résultats avec l'intérêt et avec leur motivation donc plus un élève sera bien à l'école plus sa motivation sera élevée plus son intérêt sera élevé et plus ces résultats seront élevés
    3. ce 00:25:24 sentiment d'efficacité personnelle il a quatre sources ça veut dire qu'on peut travailler de quatre manières pour l'augmenter la première manière c'est de mettre un individu en réussite quand je suis en réussite sur une activité quand je suis 00:25:36 à nouveau confronté à cette activité je me sens en confiance et donc je m'engage et je la réussite deuxième source c'est ce que bondura appelle les apprentissages vicariants mais c'est ce qu'on pourrait appeler l'émulation je vois mon voisin se lancer 00:25:50 dans son truc j'ai l'impression qu'il réussit ben moi je vais faire pareil d'accord troisième source les encouragements ouais ça marche ils encouragements encourageons encourageons encourageons 00:26:02 on a souvent tendance à l'oublier à l'école que ça fonctionne on a moins tendance à l'oublier quand on est au stade ou quand on est sur le bord de la route autour de France où on va encourager tout le monde les bons comme les moins bons les premiers comme les derniers 00:26:15 quand on est en conseil de classe en collège en fin de trimestre et qu'on fait des tours de table des tours de table pour savoir si on l'encourage ou si on l'encourage pas parce que tu comprends il a perdu un point en EPS oui mais moi en maths 00:26:27 si on faisait tout ce bazar pour savoir si on encourageait notre équipe de foot au moins ils ont pas mis de buts franchement mais en dessous de but j'encourage pas vous voyez enfin ça aurait pas de sens quoi et je dis ça en tant que stéphanois donc 00:26:40 voyez que on encouragerait pas souvent notre notre équipe et donc et donc bien-être dernière source elles sont pas classées forcément par d'importance mais je l'ai mis en dernier le bien-être le bien-être est un 00:26:56 pourvoyeur de sentiment d'efficacité personnelle donc un pourvoyant de motivation ayant le pressant instinctivement on sait bien que plus on est stressé plus on a peur et moins on est motivé plus je suis apaisé plus je 00:27:09 ressens du bien-être plus je me sens sécurisé plus j'ai tendance à m'engager plus j'ai tendance à faire les choses à me lancer dans les activités et encore une fois plus mon SEP élev 00:27:20 plus je vais réussir donc voilà encore un levier qui va nous permettre de faire réussir nos élèves
    4. plus notre sept élevé 00:25:12 plus on réussit on a même des corrélations plus fortes entre SEP et réussite scolaire contre quotient intellectuel et réussite scolaire vous voyez 12 la puissance de ce de ce sentiment d'efficacité personnelle
    5. le sentiment d'efficacité personnelle c'est un concept motivationnel qu'on doit Albert Ventura un psycho canadien qui nous dit que le sentiment d'efficacer personnel c'est 00:24:35 la croyance qu'on a en ses capacités à résoudre une tâche c'est un peu comme la confiance en soi si vous voulez sauf que la confiance en soi c'est une sorte de trade caractère un peu large une perte presque un trait de personnalité on va dire quelqu'un lui 00:24:46 la confiance en lui le SEP on est vraiment sur quelque chose d'hyper contextuel on peut avoir un SEP élevé en numération mais faible en géométrie par exemple vous voyez et la recherche nous dit que plus notre SEP est élevé plus on 00:24:59 réussit et ça ça a été montré dans plein de pays dans plein d'activités que ce soit des activités physiques soit des activités intellectuelles que sont des activités tout type d'activité activité professionnelle
    1. Webinaire 2023 : Donner toute leur place aux parents pour le bien-être des élèves

      https://vimeo.com/826215633

      Après un premier webinaire consacré à la santé mentale des enfants et des jeunes, la FCPE a organisé le 20 avril dernier, de 18h à 20h, le deuxième volet de son colloque annuel consacré au bien-être. Deux intervenants ont accepté de répondre à l’invitation de la FCPE pour échanger sur la place des parents à l’école. Jean-Louis Auduc est agrégé d’histoire, spécialiste des sciences de l’éducation. Il a été notamment directeur-adjoint de l'IUFM de Créteil, où il a mis en place des formations sur les relations parents-enseignants. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur cette question, ainsi que sur le fonctionnement du système éducatif. Jérémie Fontanieu est enseignant de sciences économiques et sociales. Dans son ouvrage L’école de la réconciliation, paru en 2022, il témoigne de son expérience en lycée, à Drancy, où grâce notamment à un dialogue constant avec les parents d’élèves, il a pu grandement améliorer la réussite et la confiance en soi de ses élèves.

    1. bien-être il ils sont quand même à l'école pour apprendre donc c'est comment ce bien-être peut 00:12:47 faire en sorte qu'il s'engage dans la tâche
  4. Feb 2024
    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:26:50][^2^][2] : La vidéo aborde le concept de la "bientraitance" dans le contexte des soins de santé et de l'éthique. Elle explore l'histoire, la définition et l'application de la bientraitance, ainsi que les défis éthiques associés à son utilisation dans les institutions médico-sociales.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction de la bientraitance * Présentation par l'association Argos 2001 * Discussion sur l'accompagnement des troubles bipolaires + [00:05:02][^4^][4] Définition et origine de la bientraitance * Distinction entre bientraitance et maltraitance * Importance de la bientraitance dans les soins + [00:07:03][^5^][5] Notions clés de la bientraitance * Bienveillance, reconnaissance, empathie et care * Application dans les pratiques de soins + [00:14:17][^6^][6] Définition formelle de la bientraitance * Approche collective pour un accompagnement adapté * Respect des choix et besoins des usagers + [00:19:15][^7^][7] La bientraitance comme réponse à la maltraitance * Réflexion sur l'efficacité des protocoles et évaluations * Importance du dialogue et de la relation humaine + [00:25:48][^8^][8] Conclusion sur la complexité de la bientraitance * Nécessité d'aborder la violence et la maltraitance * Appel à l'humilité et à l'humanisation dans les soins Résumé de la vidéo 00:26:53 - 00:53:43 : La vidéo aborde les complexités de la "bientraitance" dans le contexte des soins de santé, en se concentrant sur un cas éthique spécifique d'une patiente souffrant de schizophrénie et de son interaction avec le système de soins.

      Points forts : + [00:26:53][^1^][1] Introduction au sujet * Discussion sur la bientraitance + [00:27:19][^2^][2] Présentation du cas * Profil d'une patiente + [00:29:01][^3^][3] Historique médical * Diagnostic de schizophrénie + [00:30:01][^4^][4] Situation actuelle * Défis quotidiens + [00:33:07][^5^][5] Approche thérapeutique * Maintien du lien soignant + [00:37:20][^6^][6] Questionnement éthique * Dilemmes de soins Résumé de la vidéo 00:53:46 - 01:20:16 : La vidéo aborde les complexités de la notion de "bientraitance" dans le contexte des soins, en mettant en lumière les défis liés à l'application de ce concept dans les pratiques institutionnelles et les soins aux patients.

      Points forts : + [00:53:46][^1^][1] Définition de la bientraitance * Discussion sur la responsabilité et l'hospitalité * Questionnement sur la conscience de la souffrance et le sens du soin + [00:57:01][^2^][2] Bientraitance vs. maltraitance * Débat sur l'excès de bienveillance pouvant mener à la maltraitance * Réflexion sur l'autorité et les limites nécessaires dans l'éducation et les soins + [01:07:01][^3^][3] Évolution de la bientraitance * Évolution historique du concept et son impact sur les pratiques actuelles * Injonctions contradictoires dans les institutions et la perte de sens du terme + [01:14:12][^4^][4] Bien traitance et hôpital public * Discussion sur la dégradation de l'hôpital public et l'impact sur la bien traitance * Importance de l'usager comme co-auteur de son parcours de soin Résumé de la vidéo [01:20:19][^1^][1] - [01:39:25][^2^][2] : La vidéo aborde les complexités de la "bientraitance" dans le secteur de la santé, en examinant les contradictions et les défis institutionnels rencontrés par les professionnels. Elle soulève des questions sur l'intentionnalité et l'impact des actions bienveillantes, tout en explorant l'évolution des normes sociales et éducatives.

      Points forts : + [01:20:19][^3^][3] Réflexion collective sur la bientraitance * Difficultés et contradictions rencontrées + [01:23:16][^4^][4] Comparaison avec le greenwashing * Questionnement sur la sincérité des actions + [01:25:37][^5^][5] La bientraitance est personnalisée * Adaptation aux situations singulières + [01:27:15][^6^][6] L'intention de bien traiter * Importance malgré les méthodes contestables + [01:32:31][^7^][7] Éducation et contraintes * Nécessité des limites pour grandir + [01:35:29][^8^][8] Frustration nécessaire à l'éducation * Construire des limites chez l'enfant

    1. [00'00'07] Alors je vais, je propose qu'on commence. [00'00'10] Sans tarder- on s'est donné à environ deux heures- pour non pas épuisé sujet, mais on y votive. [00'00'17] Tout à teneur et tous les enjeux, dont bienvenue à toutes et tous, ravis de vous retrouver. [00'00'22] Ce soir pour le second volet de notre colloque deux mille vingt trois, consacré au bien-être des élèves. [00'00'27] La première partie, organisée il y a un mois environ, a rassemblé deux cents participants autour des interventions de carbet, chef du bureau de de la santé et de l'action sociale de la direction générale de l'enseignement scolaire- la fameuse dgesco au ministère de l'education nationale, et eric delamarre, défenseur des droits défenseur des enfants adjoint. [00'00'48] Du guéridon, défenseur des droits des enfants et droit tout court. Pas ce premier temps d'échange nous a permis d'explorer les enjeux de la santé mentale des enfants et des jeunes dans le contexte de crises multiples que notre société subit. [00'01'02] Aujourd'hui est donc le rôle majeur que l'école doit jouer pour prévenir et y repérer ces mots, parce que nous croyons. [00'01'09] Fortement été, foncièrement, l'école de la première chance, avec si peu aussi pour nous, quelque chose d'extrêmement important d'avoir une école forte y est présent, puissante pour pouvoir répondre aux besoins des enfants et des jeunes. Des constats ont été posés, mais également des pistes pour améliorer la prévention, le dépistage et la prise en charge des enfants qui en avaient besoin. [00'01'29] Ce webinaire et, si vous souhaitez, visible en replay sur notre site internet. Et c'est peu pour un sou, point et éphémère. [00'01'36] Donc, aujourd'hui, seconde partie de ce colloque qui va nous permettre de zoomer sur la place des parents à l'école. Une place importante parce que c'est une question fondamentale et évidemment, chers élèves, si peu puisqu'elle met, de fait, la question de la co-éducation au centre des échanges et ainsi, le rôle et la place des parents dans l'école, sujet inépuisable et jaunâtre. [00'01'56] Ulis. [00'01'57] Comme le de l'unesco et il revendique le projet éducatif de la cible. L'école étanche est essentielle pour faire société. [00'02'05] Elle est essentielle également pour l'éducation et peut contribuer et contribuent à changer la vie. Elle me permet aussi d'éradiquer, comme le dit l'unesco, la pauvreté et elle participe pleinement à la construction de l'epr de la paix. Ils ont une place tout à fait centrale pour faire société. Alors, école et familles doivent avancer la main dans la main afin d'assurer le bien-être de l'homme. [00'02'24] Enfant. Cela veut dire que l'école doit veiller à tisser un lien étroit et respectueux avec les parents et, bien sûr, vice-versa. C'est un dialogue animé. Y a un équilibre sensible tout à fait particulière à construire. [00'02'39] Tout en respectant les prérogatives de chacun, bien entendu, et les droits de chacun également. Nous vivons, et l'actualité nous montrera tous les jours, dans une société en pension, en proie, non, à de nombreux doutes. [00'02'52] Donc, dans ce contexte, cet équilibre est parfois à l'image de société compliquée. [00'02'58] Difficile à trouver. [00'03'00] Enfant. [00'03'01] Famille, école porn, pensons un trépied fondateur, et nous allons donc parler ce soir d'un écosystème où tout le monde doit trouver sa place. [00'03'09] Tu as dit cela, pardon, doit se construire. [00'03'13] Très régulièrement, parfois même sur reconstruire chaque jour. [00'03'17] Plus un enfant, un adolescent se sentira entouré. [00'03'21] Toute nue à l'école par ses parents, six enseignants parlent, toutes les personnes et tous les adultes qui fréquentent l'établissement scolaire pullulent seront en situation d'apprendre sereinement. Il sera ainsi dans les meilleures dispositions possibles pour issue, pour réussir son parcours scolaire et construire son projet de vie. Et on rebouche avec la question de l'unesco et du projet éducatif de l'évier peu. [00'03'42] Que j'évoquais il y a quelques instants. [00'03'44] La qualité de la relation parents- école influe très directement sur la qualité du climat scolaire d'un établissement et c'est aujourd'hui en fait une évidence. [00'03'53] A partir de là, consolider les liens entre enfants, parents, écoles, apporte un cadre sécurisant. [00'04'00] C'est rassurant pour l'enfant dans ses apprentissages du bouquet quelques instants. [00'04'03] L'or pour cela. [00'04'05] Des textes fondateurs au code de l'éducation et la loi d'orientation. De mille neuf cent quatre-vingt-neuf, le décret d'appliquer le décret d'août deux mille six, reconnaissent et définissent la place des parents d'élèves dans la communauté éducative. [00'04'18] Faire vivre la co-éducation, c'est un partage de l'acte éducatif et, pour les parents et l'institution scolaire, agir autour des enfants, chacun dans son rôle, chacun dans ses compétences. [00'04'29] Et attire donc le d'emblée votre attention sur un glissement sémantique auquel nous assistons depuis quelques années. [00'04'36] Le glissement du terme de parents qu'aux éducateurs, comme je l'évoquais, au regard du texte et de la culture qui s'est construite dans ce pays depuis maintenant quelques décennies, a à un vocable de parents partenaires de l'éducation et de l'école. [00'04'51] Et on le réaffirme ici, comme nous le faisions à chaque fois que cela est nécessaire. Un partenaire, sa sœur, choisit: [00'04'57] Et on peut même s'en séparer quand on n'en veut plus. [00'05'00] Alors qu'à l'inverse, un parent est un co éducateur qui ne se choisit pas, il sera toujours là, il est constitutif même de l'enfant et de l'élève. [00'05'09] Donc il est inconscient, incontournable, qui sera forcément toujours légitime. [00'05'14] Donc, c'est un terme sur lequel on tient dans elijah, à remettre quelques, quelques bornes pour éviter ce glissement de prédicateurs à partenaires et en affirmant un terme qui est tout à fait important et essentiel pour la vie: peut, si le terme deco éducateur. [00'05'29] Donc à partir de là. La relation parents- école est donc au cœur des questions qui animent le vivre ensemble. [00'05'35] Et cela participe de la façon chaque parent, chaque enfant vit les valeurs de la république. Et cela renvoie même à la notion de contrat social, puisqu'on évoquait que l'école, c'était une façon faire société. Ça construisait pleinement la société et au travers de la relation que l'on a à l'école, en tant que enfant, en tant que parents, en tant qu'enseignant, [00'05'56] Se joue aussi la confiance que l'on peut avoir dans les institutions de la république. [00'06'00] Donc, là y a un point extrêmement d'actualité et très sensible à évoquer, mais je pense que ce sera au cœur des débats, des échanges, ce soit la thématique de ce colloque. Est donc au cœur des questions qui nient notre pays. Ils posent même la crise démocratique. [00'06'14] Elle traverse en ce moment la crise sociale et crise économique et la crise démocratique. [00'06'20] Tous ces enjeux nécessitent en finir avec les discours simplistes ou certains parents serait considéré comme démissionnaire et absolument irrémédiablement en dehors de l'école. [00'06'29] Et d'autres seraient tout à fait experts. Il est tout à fait adaptés et rompu aux exercices du système éducatif. [00'06'37] Il est donc indispensable de donner à chaque parent les moyens de comprendre et de s'approprier le fonctionnement du système vif éducatif, afin qu'il puisse assumer son rôle en toute connaissance de cause. À cela, la fier peut participe, comme une association, comme fédération reconnue d'utilité publique, au travers de la coopération, de l'accompagnement. [00'06'57] D'entraide, de l'information, de l'information, et c'est d'ailleurs l'exorciste auquel on va se livrer, tout son sens que ce soit. C'est ce qui fonde notre bénévolat, nos engagements. [00'07'06] Il est urgent de créer les conditions d'un véritable accueil des parents, l'école. [00'07'10] Et nous aurons gagné le jour où tous les enfants trouveront normal de voir leurs parents. [00'07'15] Et leurs enseignants: échanger, dialoguer, se rencontrer, de façon simple, évidente, sans avoir à se dire à mes parents sont en train de discuter avec le prof, ou avec maître, ou l'enseignant, et ce soir, je risque fort de me prendre la foudre. Donc là, son mari va créer de cette habitude, cette chose, tout à fait non. [00'07'35] Mal d'un dialogue régulier, fréquent et apaisé entre parents et enseignants, on aura gagné. [00'07'41] Et évidemment, plus les enfants voient les parents dans l'école, plus, comment je l'évoquais, le climat scolaire s'en ressent. Alors, j'aime brosser très rapidement les enjeux et on va voir avec nos deux intervenants ce soir. [00'07'54] Ce qu'il estime important de de pointer, bien entendu, toutes les pistes de travail, toutes les pistes à explorer pour pouvoir rendre cette coéducation active, efficace et pleine et entière au quotidien. Et pour cela, on a plaisir d'accueillir deux intervenants: oléoduc, qui est agrégé d'histoire- je vais revenir- et jérémy fontana, qui va nous rejoindre dans quelques minutes. [00'08'14] Alors en quelques mots. Jean-luc duc est donc agrégé d'histoire, spécialiste enfance, en sciences de l'éducation, et a notamment été directeur adjoint du fem de créteil, où il a mis en place des formations sur les relations, justement, parents- enseignants, qui a publié de nombreux ouvrages que vous trouverez ainsi facilement, librairies et articles sur cette question, fut autorité et il a une expertise tout à fait pointue sur le fond. [00'08'34] Fonctionnement du système éducatif. [00'08'36] L'assurance. Individus qui ont évoqué il y a quelques instants, tous les deux que l'on sait bien l'évier peut y a eu déjà eu l'occasion de s'exprimer nombreuses reprises, d'intervenir lors du colloque de journées thématiques organisées par notre fédération, dont c'est avec plaisir que on va, seront l'accueil ce soir. Bienvenue parmi nous, et il aura l'occasion de revenir sur l'importance d'ouvrir l'école. C'est pas ici qu'on dit: [00'08'57] Contraire aux familles et tout battu, tout particulièrement, pardon, aux familles plus élevés éloignés de l'école. [00'09'04] Et on accueillera, à partir de dix-neuf heures environ, jérémy fontana e, qui est un enseignant en sciences économiques et sociales et, depuis dix ans, mis au point une méthode pédagogique basée sur un suivi au plus près des élèves et un dialogue tout à fait constant avec les familles. Les résultats, notamment en termes de réussite au baccalauréat, ont été spectaculaires et donc il y revient. [00'09'24] Drap. Il a publié un ouvrage qui s'appelle l'école de la réconciliation. [00'09'28] Qui est paru en deux mille vingt deux, qui a fait beaucoup, beaucoup d'écho et pour lesquels vous trouverez beaucoup d'articles ou d'émissions de radio sur le sujet ou de passage notamment la télé ou au quotidien. [00'09'40] Et ils vont témoigner ce soir de son expérience au lycée. [00'09'44] Dans un lycée de drancy où il a pu grandement améliorer la réussite et la confiance en soi, en soi de ses élèves, ni- on l'évoquait tout à l'heure- l'importance de cette confiance et de cette sérénité. [00'09'55] L'école. C'est maintenant cette méthode- pardon les vêtements- reprise par de nombreux enseignants, et aussi de dire: fait école. Je crois même savoir- mon nom charmant parle avec lui- qu'un film est en préparation. [00'10'07] Réconcilier les élèves avec l'école nécessite d'abord de réconcilier les familles avec l'institution. [00'10'14] Le rôle de la famille est donc fondamental. Les on va voir ensemble comment il fait pour nouer ce lien entre l'équipe de julien confiance entre l'équipe éducative, et également comment il permet à ses élèves de reprendre confiance en eux là où sont peut-être un sentiment d'échec. Monsieur ou du bonsoir, et vous avez la parole. [00'10'35] Peter, je vous remercie et mon intervention, être récent, vous en donnera pas dans la prolongation de ce que vous disiez. J'ai été très heureux du rappel, effectivement, qu'il n'y a pas de parents démissionnaires, il y a. [00'10'54] Des parents désemparés par rapport à une école qui se complexifie et pour moi, c'est un enjeu primordial, effectivement, de permettre à tous les parents, et notamment ceux qui sont éloignés de l'école. [00'11'14] De maîtriser. [00'11'17] Notre système éducatif. [00'11'19] Je voudrais dire également que la notion de bien-être [00'11'25] L'enjeu de diminuer la souffrance. [00'11'30] À l'école et pour moi aujourd'hui. [00'11'34] Un enjeu décisif. [00'11'37] Nous sommes dans une période de tension. On a des élèves stressés. [00'11'44] Angoissé. [00'11'46] Parce que je crois qu'un des éléments, c'est que en ce vingt-et-unième siècle, [00'11'53] L'école doit redéfinir son sens et ses missions pour éviter effectivement qu'elle soit un moment de souffrance. Pourquoi je dis redéfinir son sens et ses missions? je vais prendre un seul exemple: l'élève qui [00'12'13] Va rentrer à l'école maternelle en deux mille vingt-trois. [00'12'17] Il sera. Prenons la retraite à soixante. Deux ans encore au travail. [00'12'24] Autour des années deux mille quatre-vingts. [00'12'28] Or, nous ne savons pas effectivement quelles vont être les enjeux des compétences nécessaires à partir de deux mille quarante-deux mille quarante-cinq. Y a des mutations extrêmement rapides dans les compétences. Donc, [00'12'48] De manière primordiale la grande mutation de l'école qu'un certain nombre de gens ont saisi, mais qui plus que jamais est vrai, c'est que le diplôme n'est plus une finalité, mais c'est un point de départ par rapport à la faute. [00'13'08] Formation tout au long de la vie. [00'13'12] Pourquoi je dissèque germain en relation avec la souffrance à l'école, c'est que si on a fait des améliorations sur le décrochage scolaire immédiat, [00'13'25] Où, en france, nous avons diminué de moitié. [00'13'29] Nous avons un accroissement de ce que j'appelle, moi, le décrochage scolaire à terme, c'est-à-dire que des jeunes qui ont été en souffrance dans l'école sont dans le refus de plan de reconversion de la formation continue et que de ce [00'13'49] Point de vue là, quand on voit les chiffres de la formation continue en entreprise, ce sont les plus diplômés qui ont été dans une situation favorable à l'école qui l'accepte, et pas les autres. Donc, pour moi plus que jamais, [00'14'09] Combattre la souffrance à l'école, développer le bien-être, c'est un enjeu de société si on veut effectivement réussir la formation tout au long de la vie et réussir cet enjeu de la confiance, de la diminution du stress. [00'14'29] Et de l'angoisse. Ça signifie un travail sur d'autres formes de pédagogie, voire d'évaluation, et pour moi, c'est un chantier extrêmement important. [00'14'42] Et ça signifie aussi: [00'14'45] Une présence plus importante de toutes les familles à l'école, et notamment celles qui sont éloignées de l'école. Et de ce point de vue là, trois réflexions. [00'15'01] La première, c'est que moi, j'ai souhaité. J'ai pas toujours eu gain de cause. [00'15'09] Pas sur ce thème là que dans les programmes scolaires ddm, c'est dès le primaire et au collège, la place des parents soit évoquée dans l'école, pour que celle-ci soit normale par rapport aux jeunes. [00'15'27] Votre président. [00'15'29] Rappelaient effectivement que le jeune, quand il voit ses parents, c'est un élément de stress, voire d'angoisse. Sur mes caisses qui se sont dit: il faut mettre les élèves, si vous me le permettez, dans le coup en leur expliquant que c'est normal que leurs parents, membres de la communauté et du [00'15'49] Créative, soit présent dans l'école. Ça doit faire partie effectivement de la formation à la citoyenneté des jeunes. Nos jeunes, dans le cadre de la citoyenneté, sont de futurs parents et il faut qu'ils sachent effectivement le. [00'16'09] Le rôle, la finalité des parents d'élèves par rapport à l'école. Deuxième piste, et qui est pour moi très importante, par rapport au bien-être à l'école, c'est que lejeune, et c'est normal, il va, pendant sa scolarité, avoir des barrières. [00'16'29] Affranchir, baisser ses barrières. C'est le travail en commun des enseignants. [00'16'38] Et des parents, et il faut une cohérence du soutien à l'élève. Pour moi, la coéducation, c'est effectivement la définition de la cohérence menée par rapport à la réussite des jeunes, par rapport aux apprentis. [00'16'58] Sage entre les parents et l'école. [00'17'02] Il y a une notion que, moi, j'ai essayé d'introduire dans un certain nombre de réflexions, c'est de dire que c'est pas toujours effectivement épanouissant à l'école de faire tel ou tel exercice. Mr brown, comparaison sportive. Si je veux réussir dans [00'17'22] Un sport collectif, il faut faire effectivement des tours et des tours de stade à des moments. Si je veux réussir en natation, il faut faire des longueurs et des longueurs. Pour moi, enseignants et parents, c'est des coups entraîneurs pour la réussite de l'élève. [00'17'42] Et si y a pas qu'aux entraînements, on risque d'y avoir effectivement problème. Donc, c'est extrêmement important que les parents s'approprient ce qui va être l'émission, le sens. [00'18'02] De l'école, de l'année scolaire, que va faire leurs enfants. C'est pourquoi je pense important de dire aux enseignants de présenter ce que j'ai appelé, à chaque rentrée, le plan de vol de l'année, c'est-à-dire d'où je pars. [00'18'23] Où je vais arriver. [00'18'24] Par rapport à ma classe en primaire, par rapport à ma discipline. [00'18'29] En college. Comment je vais m'y prendre? comment je vais mener les évaluations? [00'18'36] En faisant effectivement que l'évaluation soit autre chose que la notation par ski. Évaluer un élève, ce n'est pas seulement noter, c'est aussi mener un diagnostic pour pouvoir donner des réponses. Et l'enjeu de [00'18'57] Inscrire dans la formation des enseignants l'évaluation diagnostique, la culture du diagnostic. [00'19'04] Est un enjeu. [00'19'06] Extrêmement important, qui devrait d'ailleurs irriguer l'ensemble du système éducatif. Ça veut dire, de ce point de vue-là, redonner tout son sens au projet d'établissement qui est le projet commun de la cause. [00'19'26] Communauté éducative et pour moi, si vous me permettez cette notion de communauté éducative, qui fait effectivement qu'on découpa le jeune en tranches de saucisson selon qu'il est en classe, qu'il est dans tel ou tel lieu, qu'il est dans telle activité, est extrêmement important. [00'19'47] Et puisque on a rappelé qu'il m'est arrivé aussi d'écrire concernant la laïcité, je pense que, en termes de citoyenneté, une communauté éducative vivant avec toutes les composantes de ce qui fait un établissement, tous les mots. [00'20'06] Métiers de ski fait un établissement, pas seulement les enseignants et l'administration, mais aussi les personnels ouvriers. Service de cantine. [00'20'18] Des élèves, les élèves, cette communauté, vie éducative vivante, c'est le meilleur rempart contre le communautarisme. Communauté éducative contre communautarisme, c'est un vrai enjeu. C'est pour ça que je ne comprends pas pourquoi, effectivement, y a pas. [00'20'38] Pas cette volonté dans le combat qui est affirmé de faire que les parents soient parties prenantes, y compris- je viens de le voir et j'y suis pour- de la rédaction du projet d'établissement. Dieu pour moi et l'expression, adaptée au terrain de ce que [00'20'59] La communauté éducative pense le mieux possible pour atteindre un certain nombre d'éléments. [00'21'07] Donc, c'est vrai que ça bouge, ça bouge lentement. Nous avons des problèmes culturels qui s'opposent dans le cadre d'un certain nombre. [00'21'22] Deux secteurs sur la place des familles. Pourtant, on le voit bien à l'étranger, dans les pays nordiques, en allemagne. [00'21'36] Au québec ou ailleurs, des parents qui sont reconnus comme parties prenantes de l'école. C'est un plus par rapport à la réussite des jeunes. Ici aussi, on ne le dit pas assez, un plus par rapport, effectivement. [00'21'54] Ou à laquelle, à condition d'enseignement des parents. Et donc, de ce point de vue-là, ce qu'on avait fait à l'iufm de créteil, et qui s'était arrêté lors de la mastérisation, c'était de faire que la formation au travail avec les familles [00'22'15] Soit un axe obligatoire de formations, parce qu'il nous semblait important, pour les conditions d'enseignement des jeunes, qu'ils se sentent aussi soutenus par les familles comme par les enseignants. [00'22'32] Et l'enjeu, effectivement, du bien-être à l'école, que je dirais l'enjeu de la souffrance. C'est un enjeu extrêmement important parce que, dans une société de tension, [00'22'48] Où on peut avoir des élèves stressés, des élèves angoissés, ou je ne suis pas sûr que les modalités [00'22'57] Du nouveau baccalauréat ne soient pas des éléments de stress, c'est faire que l'école ne soit pas un moment d'épanouissement permettant lejeune d'être dans une situation d'apprendre à apprendre et, comme je le disais, au dos. [00'23'16] Débute cette intervention dans un monde en mutation. [00'23'21] Ou le souci, effectivement, d'être dans une [00'23'27] Volonté de formation tout au long de la vie. Ça signifie que l'école doit s'interroger sur les moyens de faire que ça soit un lieu d'épanouissement qui puisse rejaillir sur l'ensemble du rapport du jeune au sav. [00'23'47] Voir y a là un chantier extrêmement important, parce que c'est le chantier du futur. Ça signifie aussi qu'on considère les parents comme des membres à part entière de la communauté éducative et qu'on comprenne bien que la [00'24'07] Coéducation, c'est respecter la place de chacun, mais de voir que, dans le soutien aux élèves, que dans le processus, effectivement, d'encouragement de l'élève, c'est important que famille et école [00'24'28] Marche ensemble. Le jeune tyran a trois ans à l'école, il va sortir à dix-huit ans. Pendant ses quinze ans, il pourra avoir des moments d'incertitude, de difficultés. Il faut qui sentent, la communauté éducative, les parents, dans une cohérence. [00'24'48] De soutien. C'est un vrai enjeu, effectivement, de société et je trouve très intéressant que, sur ce thème du bien-être live, cbd. [00'25'01] Et eu la volonté de faire un webinaire. Voilà ce que je voulais dire en introduction, mais je suis prêt à répondre et à développer. [00'25'12] Nombre de points. [00'25'16] Merci beaucoup pour ce propos introductif alors, y a quelques petites heures, voire des réactions dans le tchat tout court. [00'25'22] Un. [00'25'23] Ne la première que qu'on vous dit vous poser ce que l'on voit fleurir les, les unités nigériennes, les environnements numériques de travail pour les élèves, dans la relation principalement maintenant. [00'25'37] Collège, lycée. Mais on voit, effectivement, des dispositifs numériques se sont développés. [00'25'43] En alimentaire. [00'25'44] Je voudrais avoir votre regard sur ces outils. [00'25'48] Ainsi, son facteur d'inclusion des parents dans l'école, ou facteur d'exclusion de des parents dans l'école, dit comment on peut prendre à bras-le-corps ces outils-là dans la relation parents- école. Effectivement, parce qu'un portail, des fois, on reste devant et on n'ouvre pas la porte. [00'26'05] C'est une bonne question. [00'26'09] Je crois qu'il faut pas une vision magique par rapport aux au t, il faut aussi faire une analyse de ce que sont les familles autour de l'école, parce que on a quand même au niveau de la fracture numérique- et vous citiez tout à l'heure que vous [00'26'28] Vous aviez l'adjoint claire hédouin. Je l'entendais hier à la télévision dans une émission, la vingt heures expliqué, qui avait un quart de la population, qui étaient éloignés du numérique, ce qui posait question par rapport à la ds. [00'26'48] Matériel, isolation d'un certain nombre de services publics. Donc, de ce point de vue là, si je mets en place un t, i faut que je voie avec des associations partenaires, voir l'établissement lui-même, pour assurer effectivement. [00'27'08] Le fait que tous les parents soient sensibilisés au numérique. [00'27'14] Deuxième élément, c'est peut-être mon âge, mais je pense qu'à des moments, par rapport à l'enfant, par rapport au diagnostic qu'on va mener, le face à face est important, y compris, si vous me permettez, pour reprendre une expression, pour qu'il se transmet. [00'27'34] Formons côte à côte à côté de l'élève. Donc, je ne crois pas que le numérique puisse remplacer. [00'27'43] Tout les contacts, parce qu'il y aura des moments. [00'27'48] Ou il faudra mieux expliciter qu'effectivement la et la famille se sentent partie prenante. Et quand je dis la famille et on voit bien dans notre société, c'est que nous avons pendant tout départ parler lepage. [00'28'08] Parents. [00'28'09] Je dis toujours quand j'interviens dès parents, y a diversité de structures familiales et n'ayons pas présent à l'esprit qui aurait des parents idéal. Il n'existe pas. Y a des parents, y a des enjeux spécifiques par rapport, dans un certain cas, l'absence du père, [00'28'29] Par rapport à d'autres à telle situation. Je pense que, de ce point de vue-là, justement, des parents qui participent l'ensemble du projet d'établissement sont les mieux à même que le projet d'établissement travaille sur un territoire. Et dernier point, moins. [00'28'49] Je trouve totalement anormal tant ce que j'appelle la cohérence éducative, c'est dire le fait qu'on traite ensemble jeunes dans l'école, dans les structures socio-culturelles que les parents sont et les organisations représentatives, départ soit absent tout le travail autour des cités du [00'29'09] Créative autour des territoires éducatifs ruraux. [00'29'13] J'ai tenu le discours que je suis en train de vous dire à l'invitation d'un forum dans les yvelines, des cités éducatives, par que ça me semble effectivement quelque chose qui dénie une partie du rôle éducative et qui peut fragiliser les enfants. Donc, sur votre question d'une hum. [00'29'33] Eric, oui, mais il faut bien analyser. Ça peut être un outil d'immédiateté d'information. [00'29'43] Mais l'éducation, c'est pas toujours l'immédiateté, c'est du temps, et ça, ça ne peut pas éliminer des conversations en face à face. [00'29'58] Pour l'anecdote. On connaît les établissements où les élèves disent à leurs parents que pronote et payant pour être tout à fait certain qu'inutile ne change pas l'appli. [00'30'07] Pis pour eux, pour le petit clin d'oeil. Une autre question qui a été posée dans le chatte: [00'30'14] On a vu, notamment avec laredo me, yann, moix, arriver et se poser, dans les nouveaux mots, qui, qui, qui sont utilisés dans notre, dans notre jargon commun, la notion d'alliance éducative. [00'30'29] Quel est votre sentiment sur la notion de l'alliance éducative? [00'30'35] Moi, j'aime bien le mode coéducation, parce que co, ça veut dire qu'on a des éléments en commun, et c'est important. [00'30'46] Il y a le métier de l'enseignant, la transmission, y a le rôle des parents éducateurs de leurs enfants. Il y a tout une zone en commun qu'il faut gérer. Qui fait effectivement ca nécessite que cohérence, et le terme deco, et là le terme [00'31'06] D'alliance compte de pays sally y par de phénomènes différents, et on est ensemble. Moi, ce que je préfère dans la coéducation centaine guêpes- à la mode en france, c'est le terme de construire des compromis avec des familles qui sera un désaccord sur telle ou telle chose? et moi, [00'31'27] Moi, quand j'étais enseignant et il y avait des parents avec lequel, sur les modalités d'évaluation, notamment à ses notes. [00'31'37] Tel type de travail, vas y fallait, non pas contraindre ceux que trop souvent fait, mais essayer de convaincre. Pour construire un compromis où les parents sachent où on va, pourquoi on va. Et ça faisait effectivement qu'à la limite, on revoyait l'année d'après. [00'31'57] Ses parents, plus investis dans l'école, de pont à coéducation et culture du compromis avec les familles. Et ce que je vois trop souvent, y compris ce que nous disent les médiateurs et médiatrices académiques de l'éducation nationale, c'est que cette notion du compromis [00'32'18] Pour faire avancer l'élève et la société était un élément de la citoyenneté. Chacun apporte un peu du sien à avancent dans le sens, il est en diminution. Henry lai, au cœur d'un projet social. [00'32'35] Justement tout à l'heure, j'évoquais le, le glissement de la notion de communicateur, communauté éducative- là, on a parlé de la notion d'alliance éducative que vous avez eu sont très futile au profit de la coéducation. Comment l'implanter au début du du du webinaire? la notion de partenaire, est-ce que vous l'avez aussi vu apparaître? est-ce que vous l'avez constaté? [00'32'54] Où est-ce qu'on est du sol? la si peu à s'étonner de ce glissement sémantique qui pousse un peu partout. [00'33'00] Je l'ai vu et j'ai eu la même critique que vous par rapport à la journée là sur les cités éducatives. J'ai vu les parents d'élèves apparaître à côté des associations et d'autres, dans les partenaires, ont pour moi, effectivement. [00'33'18] Je vais reprendre: leurs partenaires ont choisi: les parents y sont effectivement les éducateurs de leurs enfants et, justement, ce positionnement tend à déresponsabiliser les parents. Et aujourd'hui, en un discours sur la responsabilité des parents de paix, [00'33'38] Personnes qui veulent, d'une certaine manière ou à travers un certain nombre d'écrits, les faire sortir des instances de l'école. Pour moi, justement, responsabiliser, c'est donner des pouvoirs, des possibilités d'être présent. [00'33'59] Et on voit bien lisse. [00'34'01] Moi j'ai fait. [00'34'03] Ça date, mais en deux mille un pour le conseil de l'europe, et à l'époque, il y avait la fcb qu'était partenaire une étude sur les relations entre les parents et l'école dans les divers pays européens, qui est d'ailleurs paru. [00'34'21] En synthèse dans la revue deux du centre international d'études pédagogiques de sèvres. Et on voit bien, là où des parents, des responsabilités, ça ne déresponsabilise pas les enseignants, mais ça fait effectivement, tient une discussion où chacun ça. [00'34'41] Propri les enjeux de l'autre est dans une période de mutation. J'essayais d'expliquer où né. Là où les programmes changent, ou les modalités pédagogiques peuvent changer ou, comme je le disais, c'est un phénomène de fond culturel. Notre diplôme n'est plus une fin. [00'35'01] Finalité, mais un point de départ. Pour reprendre une expression j'ai entendu en finlande, par rapport aux enjeux, effectivement, de skai, l'école de demain, donnons leur place aux parents pour qui participent avec nous. À y a une chose que je dis souvent, c'est: [00'35'21] Quand on fait un bon repas. [00'35'24] On peut goûter le repas, même s'il est excellent, mais si on veut le reproduire, il faut qu'on connaisse tous les ingrédients qu'on a mis dedans. Pour moi, ça ne me gêne pas que les parents connaissent les ingrédients qui font effectivement ce qu'est la transmission du savoir scolaire. [00'35'43] Ça les rendra effectivement plus efficaces pour être deux contre des coups entraîneurs. [00'35'49] À un jugement, une discussion mucha et tient à ce que vous avez face à vous des parents très investis dans le dans l'école. [00'35'56] Il se considère à part entière comme dico educateur, qu'il revendique chaque matin, chaque jour. [00'36'02] Plus près du terrain. [00'36'04] On a du mal. [00'36'07] On a réussi à entraîner avec nous d'autres parents pour faire du mal. [00'36'12] On arrive plus ou moins bien. [00'36'14] Notamment, y avait rendez-vous immanquables, comme le conseil d'école, le conseil de classe, lorsqu'on arrive à investir les parents à nos côtés au sein du conseil d'administration, par exemple. [00'36'24] Il est aujourd'hui. [00'36'27] Mais nous aussi les premiers agents. [00'36'29] De ce premier coach. Cet entraînement est long quand on se pose la question de savoir si vous avez quelques éléments à nous communiquer pour faciliter l'implication des parents dans l'école, puisque c'est aussi ça qu'on vient chercher ce soir vu. Écoutez-moi, j'ai une expérience avec un nouveau président. [00'36'47] Qui était à l'époque dans le quatre-vingt-treize. [00'36'51] Il se trouve qu'un élu d'une ville de seine-saint-denis m'avait entendu. [00'36'56] Il était en tant que parents. [00'36'59] Développer une formation sur parents enseignants et il l'a fait en invitant votre président et moi-même. Une réunion pour toutes les familles de la ville. C'était à la courneuve, sur l'entrée en sixième. [00'37'15] Comment le faire. Il y avait une salle bourrée, comme sans doute silex et pierre avait été la seule, ou s'il avait été une conférence, qui était là, et le discours a pu être tenu sur les enjeux du passage à en sixième, ce qui était là, et [00'37'35] Et puis, bien évidemment, rodrigo arenas a développé le rôle des fédérations de parents d'élèves dans un discours. Écoutez donc. Je pense que solliciter des élus pour des moments décisifs, où c'est la mairie qui va inviter les chercheurs et les parents, nous avez dit, on est [00'37'56] T'es très heureux que ça soit quelqu'un qui soit ni un directeur d'école ni un chef d'établissement. C'est quelqu'un- je mets des guillemets parce que je ne le suis pas- mais qui était neutre par rapport à l'analyse de l'école et pas jugé partie. Et bien, ce type de chose qui peut être suscite, [00'38'16] Qu'est, qui existe sûrement ailleurs. C'est à mon avis quelque chose d'important et souvent, les élus de demande ce qui peut faire. Mais moi, j'ai un souvenir de cette réunion, de la pertinence des questions qui étaient posées, du fait, effectivement, qu'on a pu expliquer à ses parents qui avaient [00'38'36] Pas de délégués parents par classe en primaire, mais qui en avait au collège, donc de leur donner toute une série d'éléments que, peut-être, on ne l'aurait pas donné à l'entrée. Voilà une initiative. Je crois que les parents, plus que jamais, sont en demande de comprendre l'école. [00'38'56] Si je regarde dans d'autres pays. [00'38'59] Nous sommes le seul pays en france où il y a des émissions grand public sur les chaînes publiques, sur la cuisine, la santé, les chiens, les chats. [00'39'13] Le jardinage. En france, il y a aucune émission grand public sur l'école, à l'inverse de ce qui existe dans des pays où, sur le modèle de l'ancienne émission de six messes et carrère d'encausse, on étudie quelle langue choisir. Pourquoi on a changé tel programme. [00'39'34] Hum, qu'est-ce que ça signifie? l'orientation professionnelle? j'en passe. Il y a des tas de sujets. En france, l'école reste un délit d'initié. Donc, le fait qu'on ait ces réunions, ouvert pour casser ce délit d'initié, c'est un enjeu important et une des propositions des fédérations de parents. [00'39'54] Grand pourrait être qu'enfin on ait une émission grand public. Quand je vois ce qui se fait ailleurs d'ailleurs, ça peut être amusant et pas stressant, mais pour faire que l'école soit l'affaire de tous, et là y a un souci effectivement d'information, j'oserais dire de vulgarisation. [00'40'14] Notre école délit d'initié de plus en plus complexe. [00'40'19] Euh, y a une question. Je vois une question extrêmement riche. Savez, dans l'ouvrage qu'on avait fait au moment de nos modules parents enseignants, en faisant d'ailleurs [00'40'34] Le mémoire professionnel que devait faire chaque enseignant, soit autour de la relation parents saignant, et on avait publié dans un petit ouvrage les meilleurs mémoires et ce que nous avait dit des témoignages des enseignants. C'est la première peur des parents, c'était [00'40'54] Celle de représailles s'il venait poser des questions par rapport à l'école. Donc, je crois que c'est un discours extrêmement important de la part des chefs d'établissement, des enseignants, de dire que une discussion entre adultes, qu'on est là, n'a pas à avoir de retour. [00'41'15] Par rapport à l'enfant. Mais je suis heureux qu'on souligne ça puisque à l'époque- et ça date, c'était deux mille sept, c'était la première angoisse des parents. C'est six. J'interviens: est-ce qu'on n'aura pas des représailles par rapport à mon enfant de la part de l'enseignant? [00'41'35] La petite question: est-ce qu'à votre avis aujourd'hui, au regard du cursus de formations et de la masterisation des les enseignants? [00'41'44] La question de la relation parents- enseignants. [00'41'48] Suffisamment intégré et cultivé. [00'41'52] Puisque vous donnez un des précurseurs. Donc je me permets de de vous poser la question. [00'41'59] Parce qu'on pourra varier un stéréotype et n'hésitez pas à déconstruire sir ci-joint supporter de d'enseignants qui sont plutôt en réussite avec l'école depuis toujours, qui n'ont pas fait. [00'42'10] A eu du chagrin nicholson. [00'42'12] Ni des élèves, ni ne ressemblent pas à ce qu'ils ont été comme élève keita, le vrai enjeu. D'où l'importance de travailler sur la relation. Alors, moi, je vais être clair. [00'42'24] Depuis la mastérisation? c'est non. Ça veut dire que, au mieux, ils ont une conférence. [00'42'33] Et malgré ma retraite, effectivement, je continue à être sollicité par des cv pour faire une conférence sur les enjeux des relations par enseignant, ce que j'accepte toujours en étonnant qu'il n'ait pas d'autre, même si pierre périer fait les. [00'42'53] Tiennent du côté de l'ouest, mais je dirais, ils n'ont pas de formations, ils ont de l'information, ce qui est complètement démunis par rapport à ça. Par exemple, qu'est-ce que c'est mener un entretien avec des parents? qu'est-ce que c'est effectivement? [00'43'13] La communication avec des parents, réfléchir sur les différents types de parents pour faire que on ne considère pas que sont des bons parents, que les parents connivence. Ça, aujourd'hui, c'est absent de la formation. Sissi aide. [00'43'33] Xii, j'ai vu à dijon très bien. [00'43'36] Ah, ils ont des choses, mais aujourd'hui, dans le cahier des charges, [00'43'42] Dès. [00'43'44] J'y ai fait des zines spé, ce n'est pas effectivement une priorité. Or, pour moi, c'est un vrai enjeu, parce que vous avez raison, vu ce que sont les concours de recrutement, vu ce qu'est le profil qui viennent, [00'44'04] C'est plus seulement, je dirais, des catégories sociales, parce qu'on voit une mutation des catégories. [00'44'12] Sociale au niveau du recrutement, notamment prof d'école, mais c'est le fait que cités et des élèves qui ont été en réussite à l'école et non en souffrance est donc pour moi. Ils vont avoir d'énormes difficultés par rapport à des élèves en souffrance, j'allais dire y compris. [00'44'32] Et je le vois bien sur l'académie de créteil, où je continue à suivre un certain nombre de choses. S'ils viennent de milieux défavorisés et qu'ils ont réussi à adhérer à l'école, ils vont vouloir reproduire ce schéma par rapport à des élèves qui n'ont peut être pas lu. [00'44'52] Les mêmes situations, exactement que donc, un vrai enjeu de formation des personnels à la diversité des parents d'élèves. C'est pour ça que je reprenais: c'est pas les parents d'élèves, c'est des parents d'élèves dont, de ce point de vue-là, ça bouge. [00'45'10] Je connais pas les collègues de dijon, je travaille beaucoup avec pierre perrier à rennes, et tout le travail qu'il a fait, tous les documents qu'on a, y compris utiliser avec athée d'écart monde, sur la manière de s'adresser à divers publics. Donc, de ce côté-là, il y a des choses qui bougent. Cela étant, [00'45'30] Bouger, c'est une chose. Avoir une impulsion ministérielle, c'est important pour les enseignants. [00'45'41] Et de ce point de vue-là, pour le moment, en termes d'impulsion, de mise en avant de projets avec les familles, ben, on reste plutôt sur sa faim, même si, aujourd'hui, ce que vous évoquez par rapport au bien-être et à la souffrance, [00'46'01] En fait qu'un certain nombre de structures. [00'46'05] Bouche sur la question, je pense par rapport aux sollicitations. J'ai eu des des caf départementale où j'ai eu un certain nombre de sollicitations et où je leur dis toujours: c'est très bien que vous fassiez ça, inviter les fédérations de parents d'élèves également des hum. [00'46'26] Également, c'est-à-dire qu'à aujourd'hui, on voit bien, il y a des parents, je le disais d'entrée, désemparée par rapport à une école qui ne ressemble pas à celle qu'il l'étaient, par rapport. [00'46'39] Un certain nombre. [00'46'42] A dijon. Le module est conçu en font un fort, en conformation avec les fédérations de parents d'élèves. Vous ecoutez, je vais y mulhouse, manga d'exception, julie joindre. Mais c'est une chose qui est importante, y compris pour pouvoir travailler. Nous le travaillons dans ces éléments. [00'47'01] Là avec, effectivement, la réalité de l'entretien, parce que, vous me permettez l'expression, ont un peu l'impression que quand on va avoir le concours, capet sous serp. [00'47'15] C'est un peu comme l'évangile de la pentecôte, où les langues de feu permettaient aux apôtres de parler toutes les langues. Là, les enseignants vont savoir menés tous les types d'entretien. Rond s'aperçoit que c'est une professionnalité de l'entretien et que, justement, la co-intervention avec des parents [00'47'35] La permet de travailler la nature de l'entretien et diminue les tensions. [00'47'41] Très bien, a dit. Merci beaucoup pour ce complément. On a une question du comment rassurer sur la place de chacun dans la co-éducation, lorsqu'on a effectivement dit des enjeux, peut-être du territoire, alors qu'ils n'ont pas dû l'être. Si on parle bien coéducation et hideuse de la communauté éducative, alors je n'ai pas dit dans mon on peut. Maintenant, on allait dire que mon avis. [00'48'01] Pense à rajouter de cible, mais y a un proverbe africain qui dit qu'il faut tout un village pour élever un enfant. [00'48'08] On l'utilise beaucoup ces derniers temps, donc je vais veiller à ne pas lui dire mon introduction. Mais le le sens du propriétaire, c'est: comment peut-on rassurer chacun sur sa place? [00'48'17] Mais vous avez raison, je ne l'ai pas utilisé, même si je l'avais utilisé dans la conférence sur les cités éducatives dans les yvelines pour, effectivement, [00'48'27] A impliqué. [00'48'29] Les parents. Je crois que c'est très clair. Il s'agit pas transformer les pas. On a là quelque chose qui a complètement [00'48'39] Un désarçonné- et les enseignants, les parents, qu'est la période du covid. [00'48'44] Où on a été dans une certaine situation, n'ait eu l'impression qu'on demandait aux parents de faire le métier enseignant. Et je pense que pèse dans ces éléments-là cette période des deux ans du covid. Donc, il faut être clair chaque. [00'49'04] Ca a son métier et légitime dans ses fonctions. L'enseignant a été légitimé par un concours ou par un recrutement par un corps d'inspection. Le parent est légitime, donc chacun. Je le disais. [00'49'24] Ouais. [00'49'26] A cinq. Pourtant, y a terrain- comme c'est pour ça que j'aime bien le terme de coéducation- chez, justement, le terrain commun qui est amenée parce que tout ne se fait pas à l'école, tout ne s'apprend pas. Terrain commun. [00'49'45] Ou jour-nuit. Y a un certain nombre de jeunes qui sont plus de temps devant les réseaux sociaux- si je prends sur un an- que dans une salle de classe. Voilà un terrain commun à échanger- parents- enseignants- sur ces questions, parce que le [00'50'06] Au moins. [00'50'08] On l'aborde, ça risque et on le voit, développement du complotisme développant d'autres choses, comme je le vois passer. Bien évidemment, les parents peuvent être des ressources et sur cette question-là, on peut organiser un forum en faisant intervenir des [00'50'28] Parents qui sont là. Mais c'est un vrai enjeu, ce terrain, comme si on le désert, y a déséquilibre si tous les parents. [00'50'39] Réplique: pas inquiète les parents, connivence. Ce déséquilibre va défavoriser un certain nombre d'élèves. Donc, c'est important. Par rapport à un élément, vous disiez comment faire venir les parents qui peuvent être impressionnés par l'enseignant, le chef d'établissement. [00'50'57] Je le disais tout à l'heure, la communauté éducative, ces vingt métiers dans une école, des a e, s, h, mentionne un homme suffisant: assistants d'éducation, personnels, ouvriers de santé, sociale, de services. Pensons, dans la relation avec les familles, à faire de. [00'51'17] C'est personnel, des ponts. [00'51'20] Avec les familles, souvent, à l'inverse de l'enseignant yvon, vont habiter dans les mêmes yeux que les parents. Souvent, ils vont effectivement les connaître. Servons nous aussi, dans les écoles comme dans les collèges et lycées, de ces personnels qui sont partie prenante. [00'51'40] De la communauté éducative et, au fond, ça montrera aux parents que l'école c'est vraiment une micro-société parce a des tas d'autres choses, et moi, je conseille aux enseignants. [00'51'51] Notamment, quatrième et troisième, quand il commence l'éducation à l'orientation, de le commencer par une enquête dans l'établissement sur les diplômes qu'ont tous les personnels, de la secrétaire au chef de cuisine, et tout pour montrer effectivement qu'une société, c'est un tout. Et [00'52'12] Casser cette séparation de l'intellectuel et du manuel, si on n'avait pas assez professions dans l'établissement, ne poserait pas, et mon expérience a montré, et les projets que j'ai pu suivre, que si on fait que ces personnels se sentent partie. [00'52'32] Prenante du projet de l'école. Ce sont des ponts par rapport aux familles souvent les plus défavorisées. Et pensons aussi à une chose: [00'52'42] A s'en servir de ces personnels s'il y a des problèmes de traduction avec des familles maîtrisant mal le français. [00'52'50] Comme m'a dit un jour une femme de service, c'était une paire de gifles pour moi que l'établissement ait payé un traducteur alors que, vous le savez bien, je maîtrise le français. Je parle la même langue que la personne que vous avez reçu. Si on avait pensé à ça, on l'intègre, ça faisait. [00'53'10] Un pont avec, effectivement, le parcours formidable, un tranquille question avant que l'on passe à un. Je voudrais pas gêner ces groupes. Alors, et pas de soucis, on est, on est bien, bien, bien en étant. [00'53'24] Une question dont le tchate évoquait les les, l'impact du confinement, la crise sanitaire. Je l'ai évoqué là. Est-ce que vous pourriez revenir aujourd'hui pour savoir si les traces de deux de cet isolement sont toujours perceptibles, si ça empêche des parents aujourd'hui de repousser la porte d'entrée de l'état? [00'53'45] Glissement scolaire du portail ou de la porte du collège et lycée. [00'53'49] Nous voilà au mit point et on nous signalons: chatte nue, belles ressource d'attiser quart monde sur la place des parents. Mais je crois que vous l'avez évoqué, indien, qui me est amer, c'est la pire période, chiot. [00'54'01] Sur les gains des ressources, sur comment faire venir les parents l'école, mais est-ce que je reviens sur la question qui gardien aujourd'hui? [00'54'09] Est-ce qu'on a pansé les plaies du covid et du confinement sur la relation parents- école? et après, j'en ai deux autres à vous poser la pâte. Alors je serai très rapide. Pas totalement. Y a des parents qui se sont sentis isolés, méprisés par une école qui les a laissé tout seul, je pense. [00'54'29] Que, de ce point de vue-là, ça sera lentement et on n'a pas pris la mesure, effectivement, du choc que ça a pu ressentir. Même chose, des enseignants ou des parents ont fait l'école, après l'école, et qu'ils n'étaient pas d'accord avec eux pour telle et telle raison. Les pédagogies, [00'54'49] Situés se sont crispés par rapport aux familles. Là encore, on n'a pas soldé totalement à cette période dite de la continuité pédagogique. [00'55'01] Qui n'a vraiment pas suffisamment fait l'objet de formations, qui n'a pas suffisamment effectivement été soldée. Je pense que on en a encore pour un ou deux ans dans les traces. [00'55'15] Par rapport à sa grande famille. Jeudi. Traces, parce que elles ont été importantes, notamment par rapport aux parents qui avaient des enfants au moment de l'apprentissage de la lecture et qui se sont sentis un peu isolés. Ça donnait d'ailleurs le fit. [00'55'35] Financement de toute une série. [00'55'39] De gens qui nous ont relancé des manuels des années cinquante, voir. [00'55'44] Antérieurement. Donc là il y a eu un vrai problème sur une gestion insuffisante de ce que signifiait le confinement et la commune, la continuité éducative. [00'55'58] Est-ce qu'il ne faudrait pas, là aussi, à l'échelle des établissements? [00'56'02] Instaurer un droit à la déconnexion. [00'56'06] Au sens où l'esprit peut considérer que ces unités qui, s'ils sont mal maîtrisés par les familles ou par les enseignants, [00'56'14] Génère des notifications. [00'56'16] Vie. [00'56'17] Didi digne d'une des devoirs ou des communications à dix heures ou à des moments des fois un peu compliqué, pour les familles comme pour les enseignants. [00'56'26] Est-ce qu'il ne faudrait pas travailler dans le règlement intérieur de chaque établissement? [00'56'31] Elle a un code de bonne conduite et de bonnes pratiques autour de ces unités. [00'56'36] Parce que moi bien apparaître. [00'56'39] Des familles qui voient contact des enseignants des moments totalement inapproprié. [00'56'44] Un ou des enseignants qui publient des fois des devoirs ou des consignes à des moments pas toujours très adaptés et qui viennent perturber la vie, la famille, le week-end ou au dernier moment. [00'56'55] Parce que ça peut arriver à un proche, n'a pas anticipé un devoir, ou à la fin. Mais en tout cas, quand ça arrive le dimanche matin, pour le lundi matin, mardi matin, dans la famille, ça crée un émoi certain quand on s'apprête à partir quelque part où on pensait pouvoir voir un dimanche tranquille. Bon voilà, est-ce que du côté des filles qui participent, du coup, climat scolaire à part entière. Mais tant qu'ils sont, [00'57'15] J'arrive en paysage. Ce n'est pas quelque chose à réfléchir? et après, j'aurai une dernière question. Porte alors sur cette question. Je vais être très rapide. Oui, y a des choses à réfléchir. [00'57'24] Il se trouve que, entre autres casquettes, [00'57'28] J'essaye du de président du comité d'éthique et déontologie pour l'académie de créteil et qu'au cours de la séance d'hier, on s'est dit que, par rapport au problème d e n t, [00'57'42] Ouch à des politiques très différentes selon des établissements. Il fallait sans doute qu'on écrive une recommandation pour les écoles, les collèges et lycées sur le code de bonne conduite, le droit à la déconnexion, et donc, on va se mettre au travail et consulter sur cette question dans le cadre du comité. [00'58'02] D'éthique et d'odontologie de l'académie de créteil. Voyez, vous êtes au cœur. [00'58'07] Eh bien, euh, d'une autre réflexion, et je pense que seront auditionnés les fédérations de parents d'élèves. [00'58'14] Nous voilà. Euh, je pense qu'ils se feront un plaisir d'être contributeurs et auditionné pour alimenter vos réflexions en ce domaine. A, en tout cas, dans les prochaines semaines, la fibule va pousser. [00'58'25] Une faveur de ce droit à la déconnection, parce que ibrahim, mais nous le leterme, si vous voulez, ça sera une partie. C'est vraiment un code de bonne conduite. Pas, on voit tout et n'importe quoi. Des choses très laxistes dans des établissements, des choses très restrictives. Donc, de ce point de vue là, le ministère ne faisant pas, on s'est dit: [00'58'45] Décidez, on va travailler avec le clemi et on va travailler à consulter pour essayer, pour la rentrée, d'avoir ce texte. L'as la décision d'hier soir. [00'58'58] On a écouté, les grands esprits se rencontrent. J'en profite, pour faire une parenthèse, pour envoyer l'ensemble des personnes qui sont connectées ce soir à la dernière revue du parent, qui est disponible sur la plateforme, notamment caféine, ou, bien entendu, sur le site internet de la fibule, puisqu'on est une interview croisée de sociologues et de spécialistes en droit bien, en usage des écrans et [00'59'18] S'interroge sur cette question des unités à l'école et du lien parent- enfant, de la question de l'autonomie de l'enfant dans l'usage de ces outils et de la relation que ça peut générer dans les familles aussi. Donc, [00'59'30] Chose intéressante à regarder dans la dernière revue des parents à ce sujet. Dernière question pour vous, monsieur duc, et jérémy va pouvoir prendre la parole. [00'59'39] Dans la relation parents- enfants. [00'59'42] Bouzid lucky demi-mot, et on vous rejoint amplement là-dessus, sur le stress induit par la réforme du musicien. [00'59'50] Qui produit des effets dans une anxiété et un calendrier scolaire, par calendrier de travail, absolument fou chez les élèves et chez les enseignants. [01'00'00] Mais le poids de cette réforme du lien étroit qui est maintenant nourrie avec parcoursup, fait que on a des parents qui deviennent des négociateurs en note et qui mettent une sorte de pression. [01'00'13] Au vu des enjeux qu'il y a avec parcoursup et un jour sur les lili suite à des études supérieures, on en est là aussi dans quelque chose qui se dégrade probablement. [01'00'24] Au regard de l'enjeu de la note de l'évaluation nous, quel est votre regard là-dessus? en quoi ça joue sur le climat parents, enfants et élèves? parce que au lycée, qui sont pleinement mon lucia, autant de stress chez les élèves. [01'00'38] Chez les meilleurs, comme toujours les amis, les élèves en difficulté. D'ailleurs, c'est pas son. On voit bien que la question du stress, lire à tous les étages. Donc, quel est votre regard là-dessus? [01'00'50] Et n'hésitez pas à réagir. Et après je parviens à me mélanger. J'ai très rapide. Vous avez parfaitement raison. [01'00'58] L'analyse qu'on peut en faire et que j'en ai fait par rapport à divers contacts. C'est d'abord chez des parents, et souvent des parents de milieu. [01'01'11] Plus favorisés. [01'01'14] Que la moyenne, qui sont dans le cadre de la négociation parce que ils ont une stratégie sur leurs enfants. Deuxième élément: quand je regarde ce qui s'est passé à peu près dans toutes les régions, la surprise, sur ces éléments de négociation, de ces crispations sexe a quasiment plus touche. [01'01'33] Chez des établissements privés sous contrat que des établissements publics où les parents disaient: on paye, donc qu'on a des droits. Et de ce point de vue là, il y a eu beaucoup de réactions de deux syndicats de l'enseignement privé par rapport à ça. J'ai même eu des demandes d'interviews. [01'01'53] Selon sur qu'est-ce que c'est que la relation parent enseignant. J'ai pas le temps de le faire, mais ah, je dirais, de ce point de vue là, on a bien vu qu'un type de parents aujourd'hui- robert bat lyon appelait ça les consommateurs d'école- qui ont aujourd'hui une stratégie pour leurs enfants et qui attend. [01'02'14] De l'école qu'elle se plaque dans cette stratégie, y compris en marchant sur d'autres. C'est une vraie question. C'est effectivement, je dirais, un effet totalement pervers de la réforme actuelle du baccalauréat. Je pense qu'il. [01'02'34] La vraie chantier pour effectivement faire que, parcoursup, les spécialités s'assoient, pas une course. Effectivement, obtenir telle ou telle chose, mec, ça s'inscrit vraiment dans le projet de vie de l'élève. Et quand je disais que mon inquiétude, c'est [01'02'54] Dès que la souffrance, le stress mis par ses élèves face qui soit dans un refus de l'accès au savoir et qu'on ait une situation canton leur proposera dans dix ans des plans de reconversion nécessaires par rapport aux compétences. Ils en ont tellement soupé de. [01'03'14] Tel ou tel type d'approche dans l'école, c'est qu'ils ne veulent pas le faire. Pour moi, c'est gros d'un décrochage scolaire à terre de gens qui ont longtemps souffert à l'école qu'ils ne voudront pas y aller. Donc, là, il y a un chantier à revoir sur le baccalauréat d'évidence. Alors, merci beaucoup, monsieur ducasse. [01'03'34] Sur la la réforme du lycée. On est en plein dedans. [01'03'38] Ouah, effectivement, on participe au meeting national de de nous sur la de suivi de cette réforme. Nous pouvons, on ne doit pas être avare de retour. [01'03'49] Sauf qu'on observe en ce moment même à boston. [01'03'52] Spécialité sur la pression due aux élèves. [01'03'55] Compris avec l'absence d'élèves, maintenant qu'ils ont joué la spécialité, avons eu affaire. Moi, la rocky termine. C'est pour ça que je dis que ça met en cause leur rapport aux savoirs et aux apprentissages des élèves. Ce type est effectivement de dévaluation, notation. Alors je je me permettrai, mais sans être trop long, épargner du temps. [01'04'16] Sur jérémy. C'est pas faute d'avoir prévenu à tous les étages sur les dangers. [01'04'21] De cette escapade. Désaccord avec jérémy, qu'on voit là, sur les conséquences. On craignait en tout cas, ronse, rapporteur nous d'une note, droit à l'erreur. [01'04'29] Pouvant faire l'objet d'un effacement. [01'04'32] Quand on constate que lydia. [01'04'36] Un accident, parcours de façon à faire baisser la pression sur la course, à la note et à la moyenne pour pouvoir parler. Arrive en parcours pendant, parcoursup, tel qu'on l'entend, et y faire baisser notamment la pression, tous les étages. La question du calendrier qu'on évoque après. [01'04'51] Après les les épreuves de ce pays, l'absence des élèves, mais ce n'est pas l'objet de ce surnom. Tout cas, on est au cœur de la relation parents, école et enseignants, parce que là, sur le lycée, la pression était extrêmement forte. [01'05'03] Merci beaucoup pour votre intervention, monsieur odieux. Il y a bientôt. [01'05'06] Reste avec nous, je vous en prie. [01'05'08] On passe la parole à jérémy. [01'05'10] Son adieu, que j'ai présenté tout à l'heure. [01'05'14] Comme étant quelqu'un qui avait travaillé d'arrache-pied sur une méthode. [01'05'19] De façon à redonner confiance à ses élèves et à tisser un lien tout à fait particulier avec les parents, comme étant des coûts et chercheurs à part entière, est l'un des partenaires majeurs. Donc, hum, jérémy, on vous passe la parole pour pas que l'inquisition votre temps. Vous avez tout le temps qu'il vous faut pour intervenir et on prendra les questions. [01'05'39] Dans le château, juste après, juste après votre intervention. [01'05'44] C'est à vous. [01'05'45] Merci, vous m'entendez bien parfaitement. [01'05'48] Merci beaucoup, excusez-moi de vous avoir rejoint plutôt moi. J'étais en classe. [01'05'53] Je suis au lycée. [01'05'55] Et je finis les cours à dix-huit heures. [01'05'58] J'ai un peu tardé pour quitter le lycée. Du coup, j'y suis resté afin de de pouvoir faire cette intervention, non pas dans la rue. [01'06'05] Jusqu'à aulnay-sous-bois, où j'habite, mais mais ici même. [01'06'09] Et du coup, suis navré d'avoir manqué les débuts. Excusez-moi. [01'06'13] Le le. Le projet réconciliation qui a été évoqué consiste en effet à mettre ce que l'on appelle l'alliance entre les parents et les professeurs ou, au centre de tout. [01'06'24] Il est souvent présenté sur ce projet ou cette méthode. [01'06'28] Comme quelque chose qui a comme but de faire réussir tous les élèves ou qui a comme but de de d'intégrer les parents, en quelque sorte. [01'06'36] Alors qu'en fait la réalité, c'est que ce projet pédagogique, cette méthode qu'on a élaboré, moi d'abord seul, puis avec un collègue, au bout de quelques années, on a commencé à travailler dessus il y a dix ans maintenant, en deux mille douze. [01'06'47] A drancy ici même. [01'06'49] En fait, l'origine du projet, c'était un sentiment d'impuissance que nous, on avait en tant qu'enseignant, puisque, évidemment, au lycée delacroix, à drancy, les élèves ont des caractéristiques particulières. On est dans un département, celui de la famille, qui est le plus pauvre de la métropole. Évidemment, les élèves, en raison de deux de leurs origines sociales et en raison du [01'07'09] Caractère injuste du système scolaire, comme vous savez, je crois. [01'07'13] Ne sont pas aidés du coup aveux. Ils sont non pas en terrain hostile, mais sur un terrain qui n'est pas favorable. [01'07'18] L'école française est difficile avec les enfants de catégories populaires. [01'07'23] Donc, bien sûr, qui a ses caractéristiques particulières. En est: [01'07'26] Drancy ses parents. [01'07'28] Michel delacroix drancy n'est pas un lycée tout à fait comme les autres, mais dans le même temps, [01'07'32] Les élèves que nous avons en face de nous, en seconde générale et technologique, en première et terminale générale, ce sont d'abord et avant tout des ados et donc, du coup, ils font beaucoup de petites bêtises. [01'07'43] Ils ont beaucoup la flemme, il manque beaucoup de confiance en eux, ils font très peu de de choses que nous, les professeurs, leur demandant de faire. Ils ne s'investissent pas assez et ne prennent pas assez au sérieux notre parole d'enseignant. Bref, il y a dix ans, notre, notre point de départ de la méthode, ayant un sentiment d'impuissance parce que on avait face à nous des classes d'élèves qui ne sont pas méchants, mais qui sont pas [01'08'04] Foncièrement de bonne volonté. [01'08'07] J'imagine qu'en tant que parent d'élève, on ayant des enfants ou des ados à la maison pourrait témoigner du fait que, parfois, ils peuvent manquer de de de d'enthousiasme au sujet des efforts à fournir vis-à-vis de l'école et donc, évidemment, vous pouvez imaginer ce que ce que ça veut dire quand il y en a vingt cinq, trente ou trente cinq. [01'08'25] En face de nos enseignants et donc, en fait, on n'y arrivait pas. [01'08'28] Et donc on a commencé à à faire appel aux parents d'élèves. [01'08'33] Dans ce qui ressemble à de la coéducation, en effet, mais moi, j'ai l'impression que notre projet. [01'08'38] Diffère peut-être un petit peu de la coéducation, dans la mesure ou non, on considère que on ne peut pas y arriver sans les parents. Donc, on ne veut pas mettre les parents ou les familles sur un piédestal, mais on considère que, de par l'influence, de par l'autorité que les parents ont sur leurs enfants, [01'08'52] Qui est dix fois supérieure à la nôtre. [01'08'54] Du coup, nous ne pouvons pas arriver à mettre les élèves pleinement au travail, ne vont pas faire en sorte que les élèves ne soient plus absents, qu'il n'est plus de bagdad et qu'il est bien tous leurs matériels, qu'ils fassent bien leur révision, pas juste la veille au soir, mais deux, trois jours avant, etc. On peut pas arriver à faire tout cela, à obtenir tout cela comme résultat, sans le soutien des parents et donc [01'09'15] Finalement. [01'09'17] Lorsque les années de d'expérimentation, d'élaboration de la méthode nous a permis de deux mètres. [01'09'23] Un jour, c'est une sorte de protocole, de façon à ce que les parents des élèves soient systématiquement et tous à nos côtés, c'est-à-dire que nous allons les chercher très tôt. En fait, c'est une démarche qui est très proactive, si je puis dire parler. [01'09'38] Tout à l'heure de de pronote de l'environnement institutionnel qui existe. [01'09'43] En fait, et y a pascal qui est qui a érigé, au moment même où je parle au sujet de l'ump. [01'09'50] Le npd dysfonctionne complètement chez nous. C'est un désastre. Un pronote ne fonctionne pas bien du tout à environ quinze pour cent des parents d'élèves se connectent ici à apprenants et lorsqu'il se connecte, ils ont du mal parfois. [01'10'03] Parce que pronote est un outil qui n'est pas du tout intuitif ou qui parle bien foutu du tout. [01'10'08] Donc, en fait, on on casse un petit peu le rapport institutionnel que souvent, nous, les professeurs, avons avec les parents, que les parents ont souvent avec nous, le professeurs. [01'10'18] Et l'idée d'aller chercher les parents personnellement. [01'10'21] En se présentant, en leur parlant de manière gentil. [01'10'24] Leur proposant de faire alliance, en leur disant qu'on a besoin d'eux. Donc, c'est à la fois très valorisant pour les parents, mais c'est aussi, en quelque sorte, responsabiliser. Enfin, non pas qu'il y ait besoin de la responsabilité, excusez-moi, mais c'est simplement que les parents ont parfois le sentiment particulier. Ici, il y a une forte foi dans l'école comme ascenseur social que l'école est capable de faire connaître une autre. [01'10'45] Tensions sociales à leurs enfants et que c'est le rôle des professeurs de deux de cire. [01'10'49] Deux si employer les parents, d'élèves, disais-je. [01'10'54] Elles ont souvent une forte foi dans l'école comme égalé, comme dans ascenseur social et sauf que nous, nous leur disons que nous sommes compétents, qu'ils peuvent compter sur nous. C'est l'objet de notre premier message, mais en même temps notre premier appel téléphonique individuel, ce qui ne se fait pas du tout ici à drancy, et d'une manière générale, je crois, les parents qui sont contactés individuellement par les, par les professeurs. [01'11'14] Au tout début de l'année scolaire, ça serra. C'est ce que nous nous faisons et qui, du coup, mêler les parents dans un état d'esprit très favorable. Ils ont l'impression que [01'11'22] Souvent, ils ont l'impression que nous sommes très investis, ce qui est pas tout à fait le cas. On n'est pas plus investi que les collègues, mais simplement, ce temps en plus comprend en début d'année permet de créer une relation humaine. Finalement, c'est en ça que on casse un petit peu. [01'11'36] Pardon, le verbe casser n'est pas bon. [01'11'39] Hum, on ne dépend pas de l'environnement institutionnel, pronote et lointain, qui ne fonctionne pas bien et qui sont institutionnels et, du coup, l'institutionnalisation des choses comporte une part de déshumanisation, je le crois. Là, l'idée est de leur parler directement, individuellement, avec la voix, de les rassurer sur le fait que nous sommes compétents et nous allons faire reus. [01'11'59] Sir leurs enfants, mais nous leur disons que nous avons besoin d'eux, donc on les responsabilise. Intrigue, mais dans la mesure où on leur dit que nous sommes capables de faire de grandes et belles choses avec leurs enfants. [01'12'11] Et qu'ils peuvent compter sur nous. Mais en même temps, nous avons besoin qu'il fasse une partie du travail qui souvent, hé hé, hé hé. [01'12'19] Elle est implicite, elle n'est pas, elle n'est pas formulée de manière claire par les enseignants. [01'12'24] Il y a beaucoup de travaux en sociologie qui montrent que nous, les professeurs, on a tendance à attendre de la part des familles en a un comportement de parents d'élèves- idéal pour nous enseignants- mais sans exactement expliquer aux parents comment faire ce travail-là. Donc, très concrètement, par exemple, vous voyez, moi, demain, dans ma petite matière en sciences économiques et sociales, du parent, je [01'12'44] Je vois votre enfant chaque semaine et chaque semaine une évaluation. Moi, je dis aux enfants que il faut réviser plusieurs fois dans la semaine, trois fois de près. Ça prend cinq minutes, dont soixante secondes. En terminale, évidemment, la charge de travail plus lourde. Mais en second, je leur dis: réviser trois fois cinq minutes votre cours dans la semaine. [01'13'00] Sauf que moi, je ne les vois qu'une fois par semaine, donc je peux pas leur rappeler, ni donc j'ai besoin que les parents [01'13'05] Deux jours après, trois jours, après, quatre jours en paix. [01'13'08] Sans attendre la veille de l'évaluation, rappelle, tu te souviens, et tu qui s'aiment, avec m fontanel et une évaluation, et donc, n'oublie pas de passer cinq minutes, pas grand-chose, mais fais le, sinon tu vas oublier. Et donc les parents, avec des consignes claires qui viennent de de nous, de manière individuelle, si je puis dire. [01'13'24] Font un, un effort en transmettant ces consignes holà, et donc ils s'impliquent davantage ou de manière peut-être plus pratique, concrète que qu'auparavant, ce qui favorise du coup le l'investissement des élèves qui vont faire ces efforts là et qui, du coup, progressent et derrière un cercle vertueux s'enclenche, c'est-à-dire que les élèves en début d'année nous redoutent beaucoup. [01'13'45] Mon collègue et moi, parce que ils ont peur de ces professeurs qui sont en contact avec leurs parents. On envoie des petits comptes compte-rendu chaque semaine aux familles pour les tenir au courant. On s'engage à ce que la relation soit régulière. Elle est à la fois précoce, comme vous l'avez compris, et surtout elle est très régulière. [01'14'00] Puisque on envoie des petits semaines chaque semaine, qui sont assez courts et assez superficiels, mais qui visent à la fois à tenir notre promesse en tant que enseignant et, dans le même temps, à [01'14'10] A à faire en sorte que les parents restent mobilisés et continuent de faire ce qu'ils n'ont. En tant que proviseur, nous nous arrange, c'est-à-dire: [01'14'18] Passez un deuxième, deuxième couche, repasser le message du nom d'un patient à la maison qu'on a passé à l'école. C'est-à-dire: n'oublie pas d'une part, ne révise pas juste la veille, n'oublie pas, tes affaires ne traînent pas trop dans la récréation, parce que elle arrive à la fin de la récré, il faut monter en classe pour être en retard, etc. Donc, le fait que les parents passent une deuxième couche nous assure du sérieux des élèves. [01'14'39] Mais comme les parents ont quinze mille choses à gérer, comme vous le savez, ils ont tendance à oublier ces consignes la sont que nous nous le rappelons chaque semaine. D'une certaine manière. Donc, c'est le coeur de la méthode consiste à créer cette relation précoce, régulière, comme je vous disais, qui, assez rapidement, fait place à la confiance, est une chose qui existe assez tôt, comme vous savez, hélas, dans dans, dans l'école pubs. [01'14'59] Blick que dans l'école privée. Je crois aussi. [01'15'02] Et en fait, cette confiance là, cette alliance la fête. Les élèves assez rapidement se mettent au travail et très rapidement. [01'15'12] Progressent et réussissent, ce qui permet à la fois de supprimer la frustration chez les élèves, chez les enseignants et chez les pains. Et ce qui est formidable, c'est que de cette méthode-là que, à l'origine, moi j'utilisais pour ma petite matière, puis mon collègue, et moi, avec mon collègue, que mathématiquement, que les élèves, petit à petit, se sont mis à appliquer. [01'15'32] Dans d'autres matières, ainsi que les élèves sont pas bêtes rampantes quand ils révisent plus que la veille du contrôle. [01'15'38] Bah, ça marche. On suède, ça marche en maths et donc bas. De même, il l'applique en histoire-géo, dans les autres langues, dans les autres matières, comme les langues vivantes, la philosophie, par exemple. [01'15'48] Respecter un physique, etc. Les élèves, du coup, petit à petit, généralisent leurs efforts et mal [01'15'56] Élargir cette alliance avec d'autres. [01'15'59] D'autres professeurs de l'équipe pédagogique qui nous transmettent les informations, qu'on remonte aux familles. Et donc, laisse la messe qui, à l'origine, n'était qu'au sujet de ma matière, la matière de mon collègue et moi de deux mathias. [01'16'11] S'applique à toutes les matières, donc, où la plupart des matières, en fonction aussi de certains professeurs qui ne veulent pas forcément remonter les informations famille, on respecte absolument, mais disons que les élèves se mettent au travail pleinement, arrête de gâcher leur potentiel, et donc, ça change beaucoup de choses avant pour eux, pour les professeurs, et puis pour les parents. Et je finirai là avant de répondre volontiers. [01'16'31] Beau à vos questions. [01'16'35] Les le la, la joie que nous on a ici à drancy, depuis cinq ans, y a pas un seul élève qui ne décroche le covid a eu peu d'impact sur nous. Cette phrase semble très, très peu probables, mais [01'16'49] On n'a pas du tout été, ou très peu été, affectés par le covid, puisque les élèves étaient tous en ligne en cours. [01'16'55] Il n'y avait pas beaucoup de professeurs qui ont été frustrés du fait que [01'17'01] Le covid parfois, ou le contexte très compliqué servait d'excuse aux élèves pour ne pas assister aux cours en ligne ou ne pas faire les efforts nécessaires. Nous élève grâce au soutien- les parents étaient tous en ligne, faisait tous les efforts. Il y a une véritable continuité pédagogique pour le couple, alors que ça ressemble quand même un slogan débile du ministère de l'education nationale. Pour nous, on a eu la chance de devises. [01'17'21] Donc, c'est vraiment formidable et ça fait cinq ans qu'il y a plus de décrochage dans nos classes. C'est extraordinaire, avec notamment une grande réussite au baccalauréat, mais pas que parce que maintenant la méthode je l'utilise moins pour toutes mes classes. Entrée en seconde. [01'17'33] Et ce qui est formidable, c'est que les résultats assez formidable et impressionnant que que les classes ont obtenu à drancy, ici. [01'17'42] Nous ont poussé, mon collègue et moi, à faire connaître la méthode de façon à ce que d'autres professeurs qui le souhaiteraient, qui auraient envie, [01'17'49] Du coup. Qui voudrait essayer de créer cette alliance avec les parents pour ne plus subir et pour ne plus souffrir du sentiment d'impuissance qui était le nôtre, nous-mêmes, y a dix ans? [01'17'59] De deux façons alors: présenter ces outils-là et de de les encourager à se lancer. Et ça fait un an et demi maintenant que c'est le cas, grâce à la médiatisation en grasset: un livre qui est sorti, un film documentaire qui sort dans quelques mois au cinéma, en septembre. [01'18'14] Qui montre une année à drancy. [01'18'16] Et en fait, [01'18'18] L'année dernière, il y avait une dizaine de professeurs qui appliquait la méthode et cette année, il y a une centaine de professeurs. [01'18'26] Un peu partout en france, à la fois des professeurs du lycée général, technologique, professionnel, de college. [01'18'31] Professeur des écoles maternelles. [01'18'34] Et élémentaire, enfin la fois maternelle et primaire. Pardon, [01'18'39] Y a des professeurs qui sont en banlieue, en quartier populaire, comme nous, en zone rurale, en zone péri-urbaine, en centre-ville aussi, c'est très intéressant. Y a en fait l'une des forces de la méthode du projet vient de de son, son adaptabilité, si je puis dire. C'est que chaque professeur, en fonction de son propre contexte, ses propres élèves. [01'18'56] De sa propre trajectoire personnelle au site, son propre caractère, de sa propre matière, s'approprie de façon très subjective cette méthode-là qui consiste finalement, pour le résumer, à créer cette alliance avec les parents, comme vous l'avez compris, je pense. [01'19'09] Et ce qui est formidable, c'est que les collègues vivent tous ce sentiment de libération, de ne plus avoir l'impression de de de d'être seuls face aux élèves et donc de subir, ou d'être seul face aux élèves et donc d'espérer que leur bonne volonté sera suffisante, ce qui est rarement le cas. Et donc, avec, avec cette alliance là, les collègues, [01'19'29] Qui soit en école primaire, en collège ou en lycée, ont l'impression de redécouvrir leur métier. Donc, c'est formidable, indispensable, qu'on appelle le projet réconciliation avec un s, parce que c'est à la fois réconciliation entre les parents, les profs, entre les élèves et le travail, puis entre les profils et leur métier lui-même, si je puis dire. [01'19'46] Alors. Merci beaucoup pour ce propos. Il y a il y a de nombreuses réactions qui vont globalement dans le même sens ici. Vous pourriez nous repréciser comment fonctionne le lien avec les parents? on a bien entendu l'appel qui est fait. [01'20'02] Un un les enseignants, l'envoi des insultes qui fait régulièrement, mais cela veut dire que un parent reçoit, séduit, dix estimés dans la semaine de chaque enseignant, un par discipline. [01'20'15] L'appel jusqu'à huit appels différents ou spécial. Comment vous cour du lycée et comment monde ou gérer le côté intrusif ou pas? comment est-ce que c'est perçu côté parents? [01'20'25] Oui. [01'20'27] Alors ne, comme je disais, on nous pendant des années. On est des seuls à faire ça. [01'20'33] L'année dernière, on était une dizaine et cette année, on a une centaine, dont il n'existe pas en france aujourd'hui, de parents d'élèves recevant plusieurs coups de téléphone, puisque les professeurs qui appliquent cette méthode sont sont isolés. On est très peu nombreux. Je pense que le projet va beaucoup grandir et je je vais m'y attacher personnellement pour l'aider. [01'20'52] Dissout les vingt prochaines années. Je pense qu'on sera quelques milliers dans quelques années, mais pour l'instant, ce n'est pas du tout le cas. Et donc, ce qui se passe aujourd'hui, c'est que, du point de vue d'un apparent, il reçoit le coup de téléphone d'un ou d'une prof qui lui propose de le tenir au courant tout au long de l'année, chaque semaine, avec des sa messe, au sujet de de sa matière. [01'21'11] Un professeur du projet qu'il nous faut en tant que prof principal dont, comme je le disais et comme nous ont influencé, il récupère les informations au sein de l'équipe pédagogique, il envoie un essai collectif, [01'21'20] Hé, hé. [01'21'23] Et c'est tout, c'est-à-dire que les parents d'élèves reçoivent à ces messes par semaine et les réactions des parents sont extraordinairement positives parce que, dans les quartiers populaires en particulier, beaucoup de parents ont l'impression de ne pas être légitime. [01'21'36] L'école, comme vous le savez, n'est pas l'endroit le plus accueillant pour les parents et en particulier pour les parents qui n'ont pas forcément fait de longues études, comme c'est beaucoup le cas en un quartier populaire où beaucoup de parents qui n'ont pas fait leurs études. [01'21'51] Souvent courtes, en france, dans un milieu, dans un pays étranger, et donc pour eux, l'école, le rapport à, l'écrit, toutes les choses qui vont de soi pour les professeurs, pour l'école, pour l'institution. [01'22'02] Ou pour une association comme la fcb, ne va pas de soi pour plein de parents, comme vous le savez, et donc, le fait de deux de leur tendre la main, de les valoriser et de leur dire qu'on a besoin d'eux et, en même temps, de leur assurer que nous allons bien faire notre travail et qu'on s'engage à les tenir au courant du coup, provoquerait des réactions très, très positives. [01'22'22] Chez les deux tiers des parents et puis parfois un peu dubitative, chez un indépendant qui dit: mais c'est quoi ce truc, un peu bizarre. [01'22'31] C'est la première fois qu'on propose un truc comme ça, en effet, et donc la nouveauté surprend toujours et donc, après nous, on on la manière dont on parle aux parents de manière très gentille et très douce, au fait que les parents souvent nous suivent et surtout, très vite les résultats. [01'22'47] Son sont très convaincants que les enfants [01'22'50] Les enfants se mettent au boulot, progresse. [01'22'53] Parle davantage de l'école à la maison. [01'22'56] Les parents recevoir, reçoivent les notes, les appréciations qui sont de plus en plus positives. Donc, les parents, à la fin de l'année, nous disent tous: mais c'est superbe, très câlin. Et je me permets de finir cette réponse en en réagissant à une réaction je viens de voir passer. [01'23'10] Il faut que je réponde à la question du temps, mais sur la généralisation, sophie duval. [01'23'15] C'est souvent une remarque, en effet, qui est gentille mais qui est dangereuse. Il faut absolument pas que notre manière de faire soit généralisée, parce que, tout d'abord, elle n'est pas généralisable, c'est-à-dire que, comme vous le sentez, il y a beaucoup dans la méthode qui dépend de l'état d'esprit ou de du tempérament, si je puis dire, des enseignants qui se lancent faveur. [01'23'35] Part de folie, je crois à une part d'optimisme. [01'23'38] Pour aller chercher les parents et penser que il est possible de créer cette alliance là. [01'23'43] Autrement dit, pour le dire de manière familière, si demain à bingham macron. [01'23'48] Qui ont cherché à en savoir plus, mais que nous avons repoussé gentiment. Et si, demain, il il généralise cette méthode, ce sera un échec cuisant, puisque les professeurs, comme vous le savez, n'aiment pas qu'on leur impose des choses. La liberté pédagogique est fondamentale et, surtout, la méthode n'a n'a de de sens et ne peut être efficace. [01'24'08] Que si elle est incarnée ou que si elle est appliquée de façon volontaire, donc demain, ainsi, sans l'oblige, ce sera pas du tout efficace. Et puis ça, ça, même si je vous remercie pour le compliment, même duval. Mais simplement, c'est aussi sous-entendre que il n'existe qu'une manière de faire. Ce qui est sûr, c'est que [01'24'28] Cette manière de faire réussit. [01'24'30] Mais il faut se garder, si vous le voulez bien, de deux. [01'24'35] Deux, de penser que, du coup, il n'y a que celle-ci. Je pense qu'il y a tout à fait, sur la base du volontariat, on est d'accord, de très belles choses à faire, et c'est ce que moi, je fais de manière individuelle. Je vais chercher les collègues, un parrain, pour qu'on soit une petite armée dans dans quelque temps. [01'24'48] Un, deux, trois questions complément. Nous, on a largement le temps. Nous devons nous sous obligé du vôtre. [01'24'54] Bar-le-duc, du coup, dans cette relation, le redire, réanimer peut être aussi, si je peux m'exprimer ainsi, [01'25'01] Au niveau de votre lycée? quelle est la place du sérieux ou du? oui, j'ai vu passer l'information. Alors, c'est une très bonne question, parce que c'est vrai que la relation avec les parents est souvent dévolue ou perçue comme quelque chose relevant du domaine réservé des cbd. Eux, c'est eux qui, comme vous le savez, je crois, ou je me permets de delà de rappeler- [01'25'19] Est un métier qui n'existe qu'en france. [01'25'22] Mais disons que dans notre lycée, en raison du décrochage, [01'25'26] Très important et des difficultés considérables qui existent ici. [01'25'30] Origines sociales. Surtout, laisser peu joint un travail de de de pompiers. [01'25'37] Ou de policier, je ne sais pas trop comment le dire. Ce qui est sûr, c'est que dans les deux cas, ce soit. [01'25'42] Policiers, aux pompiers qui réagissent quand il y a des rapports pour après les élèves, pour qu'ils arrêtent de sécher les cours ou de s'absenter de manière parler ou de manière structurelle. [01'25'51] Les, les professeurs, les cibles par dance croulent sous le travail et ont souvent l'impression de de d'être là trop tard. [01'25'59] Ou de debat faire vraiment. [01'26'02] Un travail tel que il il l'espère au début, comme nous enseignant aussi d'ailleurs. Et donc, en fait, souvent, les civils sont soulagés que nous prenions en charge le travail avec les familles, parce que ça leur enlève un peu de leur poids. [01'26'17] De la charge de travail qui est considérable. Et surtout, ça leur donne un autre statut aux yeux de la classe. C'est-à-dire que ici au moins, en tant que professeur, je, je, je viens. Thermalisme, le travail de flic, pardon de fliquer les absences, etc. Que font souvent les sbires. Du coup, les citoyens n'ont pas non plus besoin de le faire et donc, du coup, les élus [01'26'36] Eve redoute a habituellement laissé peu, parce qu'il ne perçoit comme des gendarmes chinois, en tout cas. [01'26'43] Là, maintenant, c'est plutôt moi qu'ils redoutent et donc ils vont voir différemment et c'est eux qui peuvent jouer un rôle du coup qui est nouveau et qui est très enrichissant intellectuellement pour eux, parce que son rôle d'adulte extérieur à l'équipe enseignante et qui, en même temps, [01'26'56] Cadre fait partie de la communauté éducative et donc, du coup, ils vont recevoir les élèves de manière individuelle pour le les encourager, pour les les accompagner, plutôt que d'être davantage dans le fonçage de sourcils que nous on con, qu'on utilise, si je puis dire. Nos relations avec si peu sont très bonnes parce que [01'27'17] D'accord, ça leur donne du souffle. [01'27'19] Merci beaucoup pour ces précisions, pour votre question et pour la moitié finesse, outre le fait d'avoir attribué l'opérateur, [01'27'26] Est-ce que vous utilisez votre iphone, onze perso, et comment vous gérez votre droit à la déconnection et celui des familles? [01'27'34] Oui, on en ingère un à la fin de l'intervention de deux, de jean-louis a dit que le droit à la connexion est fondamental, en fait, [01'27'44] On est. On est cent cinquante-trois aujourd'hui. Donc y en a beaucoup qui utilisent leur téléphone perso, comme c'est mon cas. [01'27'51] D'autres qui utilisent une deuxième carte sim ou un autre téléphone portable ou le téléphone du lycée. Il y en a qui passent par le mail ou par le n? t lorsque les familles sont connectées. Donc, vraiment, encore une fois, la méthode. [01'28'04] Et elle l'est réapproprié et utilisé de manière très différente en fonction des collègues. [01'28'09] Mais du coup, moi je le fais avec mon numéro perso. J'ai vu passer la question du temps. Je peux, si vous m'avez posé, excusez-moi. [01'28'16] Hum et voulut: tant que ça vous prend. [01'28'19] Deuxièmement, le temps. Je ne fais que ça prend deux, trois heures en début d'année pour appeler les parents. Ça, ça prend du temps. [01'28'26] Ce combat. Cinq minutes au téléphone, avec chacun un mot. [01'28'29] Mais ensuite, ça prend une demi-heure par semaine l'envoi de sms, parce que avec classe par classe ou tout confondant par classe, et les collègues qui se lancent dans le, dans la méthode, ne le font qu'avec une classe, parce que le travail avec les familles, nous-mêmes, on a fait que avec une seule classe pendant cinq ans. Aujourd'hui, je le fais pour l'ensemble de mes classes, mais pas avant pas. [01'28'48] Dix ans. C'est la sixième année que j'ai généralisé mes classes, parce que travailler avec les familles de manière régulière est quelque chose qui est tellement gueule. [01'28'56] On est tellement pas préparée. Non enseignant n'a jamais dit que les parents pouvaient être une aide. [01'29'00] Et puis, on l'imagine tout simplement pas, et puis on a déjà la tête sous l'eau, pour plein de raisons, comme vous savez, je pense. [01'29'07] Que, du coup, apprivoiser cette relation régulière, forte, avec les parents prend du temps. Donc, tous les collègues qui se lancent, ne le font qu'avec une classe et ça prend une demi-heure par an, par semaine, pas plus. [01'29'18] Grâce à des petites techniques que je ne dévoilerai pas ici, mais que je dévoile aux collectivités, selon si elle est professeur parmi les parents d'élèves ici présente et écrivez-moi avec grand plaisir. [01'29'27] Mon adresse académique. [01'29'29] Mais, mais en fait la question du temps de travail. [01'29'34] À laquelle on pense spontanément est en fait une non question. Manche entourée à drancy de collègues qui sont dévoués, qui sont investis, parfois plus que moi. Moi, j'ai un emploi du temps sur trois jours, ces trois jours qui sont intenses, mais je ne viens que trois jours par semaine au lycée. [01'29'49] Je ne retouche plus à mes cours, je n'en touche plus à mes évaluations depuis plusieurs années. S'entourer de collègues qui emportent des copies pendant les vacances, qui refont leurs cours pendant les pendant les vacances, le week-end. [01'29'59] Qui organise des, des sorties, des des projets, qui font intervenir des intervenants externes et etc. [01'30'08] Et qui en fait pour beaucoup, comme sont dans une relation encore. [01'30'14] Solitaire face aux élèves, parce que c'est comme ça qu'on nous a formés et c'est comme ça quatre, vingt dix neuf pour cent d'entre nous. [01'30'20] En faisant ce, ce, ce métier-là, [01'30'23] Du coup. Oui, il passe beaucoup de temps à refaire leurs cours, en espérant que la qualité intrinsèque du cours permettent d'amener à eux les élèves. [01'30'32] Je je ne consacre absolument pas ce temps-là ni à préparer ses cours de manière aussi. [01'30'37] Appliquer avec mes collègues et, dans le même temps, j'utilise de manière très pragmatique les cuisses et m comme outil d'évaluation, ce qui me prend très peu de temps à corriger. Donc, c'est: voyez, si la question n'est pas mon travail plus, c'est plutôt: comment est-ce qu'on? [01'30'52] Qu'est-ce qu'on choisit? comment ont choisi sa crémation? [01'30'55] Et donc, au final, on travaille pas plus que les collègues, ou on travaille différemment, on contourne l'obstacle, on va chercher les parents, parce que face aux élèves, on n'y arrive pas. [01'31'04] Il part quand on fait davantage. Papa. Les parents ont fait davantage travailler, les parents, si je puis dire, et et les élèves travaillent davantage, ce qui fait que nous, derrière, au final, le travail est très facilité à la fin de l'année scolaire. On travaille pas puisque que les collègues et surtout, par contre, on ne souffre plus en-dessous, on ne subit plus, et donc c'est formidable. [01'31'22] Petite question. [01'31'24] Également: est-ce que après cinq à six années de recul, et donc d'un bilan, [01'31'29] Plus ou moins collectif et à géométrie variable selon les classes ou dans l'établissement, vous avez constaté un effet. [01'31'37] Positif, neutre ou négatif sur le conseil de classe, son rôle, l'investissement des parents dans le conseil de classe. [01'31'45] Ils ont également au sein du conseil d'administration? est-ce que ça a eu un effet sur la place dans l'établissement des parents au sein des instances qui sont prévues par les textes? considèrent la laïcité peu présent, en particulier avec ces peuples, même si ce n'est pas la seule, ce sont, comme vous savez. [01'32'01] Elle est présente à drancy, mais [01'32'06] Le, le, le. L'école est si lointaine des familles ici. [01'32'11] Que c'est un travail. [01'32'13] Qui? qui est, qui est noble? [01'32'15] Hey, qui est courageux et et moi, j'ai des, j'ai des bonnes relations avec eux, avec les, avec les représentants de la fcb. [01'32'24] Notamment, mais, mais, mais. Quatre-vingts pour cent des familles ne sont pas en contact avec avec les associations ou avec les représentants. [01'32'33] Quatre, vingt quinze pour cent ne savent pas quelles sont les les enjeux du conseil d'administration, par exemple, donc, encore une fois, en quartiers populaires, là où l'école est perçue comme une institution dans laquelle elle et les parents ne se sentent pas forcément les bienvenus. [01'32'47] Je ne dis pas que c'est ce que l'école fait, je dis juste que les parents se sentent éloignés et donc, même avec la méthode qui est la nôtre, qui fait que les parents sont très investis, s'applique de manière extraordinaire et ailée et les résultats qui sont moins impressionnants ici sont absolument autant dû à notre engagement que ça. [01'33'07] Celui des élèves, des familles. [01'33'08] Bon pour. Pour autant, cet engagement et cet investissement considérable des parents ne se fait que dans le cadre de la relation individuelle que nous avons créé ensemble et donc l'institution. [01'33'21] L'institution détruit, lorsque le distingue, détruira. Pardon, mais je veux dire que que que il n'y a pas de de de conséquence d'un point de vue de l'établissement ou d'un point de vue de de de l'institution. On est dans un gros lycée et je ne suis pas moi-même au au conseil d'administration, parce que j'ai déjà [01'33'40] A la tête sous l'eau, si je puis dire, avec mes élèves et et donc moi-même, je m'implique assez peu dans l'institution et je, comme vous le sentez, je redoute quelque peu l'institution. Bon, donc, pas d'effet va dire sur la dynamique collective au sein de l'école, de sur l'amnésie faron, d'accord, ok. [01'33'57] Et puis, excusez-moi, comme on est dans un très, très grand lycée, il y a deux mille cinq cents élèves issus de son professeur, on est deux à appliquer cette méthode. Donc, notre, notre, notre expérimentation aussi fontaine, incorporez le souhaitez, n'est qu'une expérimentation parmi tant d'autres. Et donc le lait. [01'34'14] Nous ne sommes pas grand-chose pour l'instant. Alors là, vous me faites nîmes accueil ma curiosité: comment est-ce que vous gérez la distorsion- je l'appli comme ça- qui peut y avoir entre des professeurs qui, comme vous, tissus ces passerelles régulières avec les familles? on les utilise, élèves, harris, aimé, par mail, etc. Et les enseignants qui ne le [01'34'34] Font pas par choix pédagogiques ou parce que ils ont investi autrement. Faites refondre leurs cours comme vous évoquez. Il n'y a pas de jugement, mais cela a un effet. [01'34'45] Vendre une distorsion, préfère vers une plus pervers. [01'34'48] Absolument. [01'34'50] Évidemment, je vous disais, les deux tiers des parents sont enthousiastes dès le premier jour. Le dernier tiers finit par l'être au bout de quelques semaines, à quelques mois. [01'34'58] Et donc, il est évident que les parents ont beaucoup, beaucoup d'affection pour nous. Je dis nous à la fois, mon collègue et moi. Et c'est ce que vivent les collègues un peu partout en france qui reprennent la méthode. [01'35'08] Le lien tissé est extraordinairement fort et beaucoup de parents sont soulagés de deux deux d'avoir cette relation. Il avait l'impression parfois que, que, que, que l'école était lointaine. [01'35'21] Y'a aucune famille pour répondre à une question du mois passé à melody. [01'35'25] Y a aucune famille qui dit non. Puisque qu'on appelle les parents, on leur dit: est-ce que vous êtes d'accord pour qu'on vous tienne au courant de l'évolution de votre enfant? [01'35'33] Favoriser la réussite de celui-ci. Donc, du coup. [01'35'37] Le, le, les les. [01'35'41] Les parents ne disent tous oui, et c'est pareil pour les collègues du du. En formulant les choses d'une certaine manière, il n'y a pas de soucis. [01'35'48] Et après. C'est vrai que parfois les parents [01'35'51] Nous nous écrivons, nous disent: ah ah, ah, bah, c'est dommage qu'il n'y ait pas d'autres professeurs qui passa. [01'35'55] Bah, c'est. C'est dommage que que y'a plus de profs qui reprennent cette méthode-là. Et, comme nous, on est très attachés à la liberté pédagogique, même si je vois qu'il y en a qui râlent dans les commentaires sur le fait que la liberté pédagogique empêche de généraliser. Encore une fois, et la généralisation n'est pas souhaitable. Si vous avez du respect pour ce que nous faisons ou si vous trouvez ça intéressant, je vous prie. [01'36'15] Guide de mesurer vos jugements. [01'36'18] Parce que, encore une fois, généralisé, ou appelé à la généralisation, ou avoir l'impression que on rase les murs en salle des profs, comme je viens de voir passer à david dumont, c'est se tromper sur la réalité de la profession. [01'36'33] Non entouré de collègues qui sont, encore une fois, aussi investis et et qui sont aussi motivés et, si je puis dire, ou dévoué que nous. C'est juste qu'ils n'utilisent pas les mêmes outils. [01'36'44] Et que, évidemment, d'un point de vue extérieur, on peut avoir envie de, de, de de plaquer cette méthode. Mais mais non, on pense que c'est pas souhaitable, parce que quand, quand, comme notre but est de faire école et de développer ce moment-là, pour nous, la seule manière de faire c'est par l'attrait et parle là par là, là-bas. [01'37'03] One volonté et donc il faut surtout pas blesser les collègues du coup. Pour répondre à votre question, [01'37'08] On demande aux familles de de faire attention parce que parfois les parents- y compris remise de bulletin n [01'37'13] Parfois n'arrive pas à se retenir de dire un récit: bien, et c'est pratique pour aller faire ça en maths aussi ou en histoire-géo. [01'37'19] Et donc en fait: [01'37'22] Les, les parents d'élèves. On leur demande de retenir ces jugements là, et puis, non, s'excuse auprès des collègues- aussi payer cet impact là, parce que, encore une fois, [01'37'32] Y a pas de y a pas de recette miracle. Il y a plein de façons différentes de faire réussir les élèves et donc, on veut surtout pas l'imposer aux colis. Alors justement, jérémy, question pour les lily et lily, les enseignants comme vous qui font le choix de cette méthode de surveillance lire: est-ce que c'est venu influer sur les appréciations du bulletin trimestriel aussi? [01'37'52] Ou pas, le lait, les nôtres, les vôtres. [01'37'55] Est-ce que vous, du coup, parce que comme il y a sur ce lien, on va dire hebdomadaire, ou du moins très fripon, est une famille, bref, où il quitte les lèvres ou le conseil de casque joue potentiellement sur votre matière un rôle différent et l'appréciation qui est mise dans le bulletin trimestriel, est-ce que ça fait évoluer le contenu ou est-ce que? [01'38'16] Tel qu'il est: mon mois, cinq ans, et pour vous- moi je parle pour vous, en fait, il eut le le, les choses se déroulent de manière. [01'38'24] Assez simple finalement et c'est presque inquiétant, dit comme ça les élèves en début d'année. [01'38'29] Redoute un petit peu et se mettent au travail et réussissent tous. [01'38'33] Donc moi, j'ai pas un élève qui ne réussit pas aussi. [01'38'37] Inquiétante, wolfgang, semble cette, cette affirmation. Moi, j'ai pas un bulletin d'élèves. J'ai deux cents élèves de seconde chaque année. J'ai trente élèves de terminale. Ça fait cinq ans qu'il y a plus d'échecs. C'est dire que y a pas une appréciation qui n'est pas positive, y'a pas. [01'38'51] Un élève qui, à la fin d'un semestre en semestre, ici. [01'38'54] Dis: c'est trop dur à suez ou j'y arrive pas, y compris des élèves qui travaillent, les difficultés qui sont extraordinaires, y compris les élèves qui sont virés en cours d'année, les conseils de discipline et tout le tintouin, y compris des élèves. [01'39'07] Dont on a l'impression parfois que ils ne sont pas adaptés pour le système scolaire. [01'39'11] Les élèves réussissent tous vraiment, et donc, après moi, je je passe un plaisir pour moi de d'enseigner, parce que comme les élèves font de super efforts, font des supers progrès, le conseil de classe et est à la rédaction des bulletins, même s'il est chronophage. [01'39'27] Le sampson plaisir, parce que le bilan est systématiquement positif. [01'39'32] Et donc ça, ça pas eu trop d'impact, aura cinq ans. Ça m'a rendu plus optimiste, je pense, parce que les élèves réussissent systématiquement et donc les appréciations ne reflètent absolument, je pense, que le travail avec les familles- je n'aime pas beaucoup parler musicale. [01'39'45] Besoin de vous convaincre là-dessus. Le fait d'être en lien régulier avec les familles m'oblige à une certaine rigueur, m'oblige à une certaine. [01'39'54] Modestie aussi sur mes moyens, à une certaine heure. [01'39'59] Exigences, et donc les parents renforcent mon autorité et il me [01'40'04] Et il me renforce beaucoup. [01'40'06] Par le fait que je leur ai promis que ça allait bien se passer et, d'une certaine manière, [01'40'12] J'oubliais de me débrouiller derrière pour que ça se passe bien, que que tous les élèves réussissent. Je crois beaucoup dans la capacité des professeurs à réinventer leur cours, à réinventer leur manière de faire, et c'est pour ça aussi que, même si je comprends beaucoup de commentaires qui défilent et qui, de manière consciente ou non, le dénigrent- une partie de mes collègues, [01'40'29] Une partie des enseignants. Moi, je, j'ai absolument confiance dans la capacité tous les profs de français à se réinventer pour faire mieux. [01'40'37] Mais je pense que là, la première des conditions, comme face à des élèves, c'est de les respecter et même peut-être de les encourager ou de les choyer. [01'40'45] Justement, euh, par rapport à tout ça, commence le votre hiérarchie, le chef d'établissement, corps, d'inspection, à regarder votre méthode. [01'40'54] Vice-président, encourager celui de freiner, même si vous avez un devoir de réserve. [01'40'59] Derrière lequel vous pouvez, vont-ils vous retrancher si vous souhaitez, mais comment c'est perçu? [01'41'04] Comment va la situe. Ce sont ces expérimentations qui, maintenant, fut généralisée, y fait école que du bien moins celui-ci se diffuse en se généralisant et qu'il en fait. [01'41'16] La direction nous a accompagné quand on a commencé. [01'41'21] Comme elle accompagne tous les expérimentations. [01'41'25] L'orientation pédagogique dans notre lycée. [01'41'28] Comme je disais, notre projet n'en est qu'un parmi les trente ou cinquante qui existent ici. [01'41'33] Et donc la direction fait un travail de suivi. [01'41'36] Comme je vous disais, il y a deux cents professeurs et une direction à quatre ou cinq têtes. Y ont beaucoup, beaucoup de choses à gérer et donc, monsieur, ou les choses que, de manière lointaine, nous [01'41'46] N'a jamais demandé le feu vert au chef. On a utilisé notre liberté pédagogique, on allait chercher les familles et chaque année, des miracles viennent en classe. De cette manière-là, le le, la direction, de manière pragmatique, a vu que ça marchait et nous soutient. [01'42'01] Nous a permis de continuer, mon collègue et moi, en tant que binôme professeurs principaux, tous les deux. [01'42'07] Mais après, si vous voulez, les personnels de direction sont quand même assez loin de notre réalité d'enseignants inquiets face aux élèves, terres, cours évalués, etc. Accompagnés de petits. Donc, on l'aura jamais vraiment demandé l'heure mon feu vert. On n'a jamais vraiment obtenu, et encore moins pour l'institution vis-à-vis de laquelle quand [01'42'27] Vous l'avez compris, j'ai pas beaucoup de de des stimuli de tes sentiments positifs. [01'42'34] Moi, je me suis fait inspecté deux fois avant. On dit plus inspecter ma poche, les éléments. En fin d'année, ils disent bravo, merci, c'est génial. Et surtout, ils ont beaucoup grandi. Les élèves adorent. C'est les premiers et les premiers représentants de premier porte-parole de la méthode. [01'42'51] Mais en fait, le, le l'institution, comme vous le savez, a une gestion des ressources humaines qui est catastrophique dans l'éducation nationale. Donc, moi, je fais fils de de l'institution. J g j'ai débattu il y a six mois dans une émission sur france deux, avec à peine gars. [01'43'09] A qui je ne demande rien, si ce n'est de de d'augmenter, mes camarades et moi. [01'43'13] Qui. [01'43'15] Va être fait de manière ridicule, a-t-on appris aujourd'hui ma femme. Voilà le but de cesser ce discours pénible sur les profs, qui sont des feignasses, etc. [01'43'22] Mais, mais, sinon lui-même m'a demandé: est-ce que, est-ce que les escaliers? [01'43'29] Est-ce que le chef d'établissement vous soutiens? je dis oui, mais voilà. Est-ce que le benzène vous soutient? non, mais je pense pas. Qui c'est qui? on est que le recteur de soutien. Non, donc, je pense que l'institution a un rôle à jouer, mais on dit beaucoup aux collègues: lancez-vous. Et l'esprit de la méthode est aussi de deux, deux m. [01'43'49] Brouillé avec ce qu'on a dit julien. [01'43'51] Alors petite question, est-ce? [01'43'53] Peut-être la dernière ou l'une des dernières reconstruites. [01'43'57] Est-ce que vous vous sentez? [01'44'01] Ouais, je joue sur le mot de de se sentir seul. Vous évoquez face aux élèves à aura un contexte d'enseignement. Est-ce qu'avec cette méthode, il vous là, vous l'avez dépouillé? extrémité, vous vous sentez moins seul dans votre relation aux élèves. Est-ce que c'est iso par rapport à avant vingt? [01'44'18] Comment je l'assume dans les pratiques pédagogiques pour l'acide nue: sarah, sarah, samus, impuissances, pas avoir évolué. C'est le cœur de la méthode, si vous voulez. [01'44'27] Aujourd'hui, j'avais, j'avais, j'ai fait un contrôle avec des élèves de seconde a et quatre classes de seconde. Aujourd'hui, j'avais cent élèves. [01'44'37] Il n'en manquait pas un. [01'44'40] Non pas par la grâce du saint-esprit, ou alors on parlait de tout à l'heure de jean-louis duc la, une fédération laïque. [01'44'46] Sien. [01'44'48] Je n'ai pas entendu. Je disais: nous sommes une fédération laïque, donc yverdon est donc réduite. Que vous ne croyez pas publiquement en disant à la grâce du saint-esprit. En tout cas, moi j'y crois à titre personnel, mais c'est pas ça qui fait que tous les élèves étaient là. [01'45'02] Les élèves étaient tout cela parce que les parents savaient qu'aujourd'hui les contrôles et que ça fait trois à quatre jours qu'ils disent aux élèves: attention, n'oublie pas de réviser quinze minutes à plus cent ans en suède, la porte contre là où il avait quinze minutes, trente minutes maximum. Je les charge pas trop en travail. Mais donc du coup, les parents savaient qu'aujourd'hui et contrôle, ça fait une semaine qu'ils en parlent aux élèves. [01'45'22] Les épreuves de spécialité sont passées en terminale générale. [01'45'27] Ça fait un mois maintenant. Comme vous savez, il ne manque pas un seul élève de terminale à mes cours. Hier, on a fait cours- il était tout cela- lundi aussi. [01'45'37] Demain nous serons tout cela. [01'45'39] Les parents d'élèves disent aux enfants: il faut aller en cours même si tes copains n'y vont pas. Donc, en fait, assez justement parce que je ne suis plus seul qu'un jeu, que je ne souffre plus absolument, et comme je vous le disais de manière brève tout à l'heure, le fait de ne plus être seul m'oblige aussi à une forme de réussite à aider. C'était explicité dans les commentaires d'une passé tout à l'heure, excusez-moi. [01'45'59] Commentaire auquel je réponds. Pas le fait de muscler, mais mais en effet, j'ai une sorte d'obligation de résultat qui est très désagréable parce que nous, en tant qu'enseignants, on n'a pas d'obligation de résultat. Je pense que c'est une bonne chose, dans l'absolu même. [01'46'10] Cette obligation là me sort de ma zone de confort autant que nous sortons les élèves de leur zone de confort et que nous sortons les parents aussi de leur zone de confort, parce que, avec des, des consignes ou des informations qui sont précises et claires, [01'46'23] Nous mettons un petit peu la pression aussi sur les parents d'élèves qui, parfois, ayant plein de choses à gérer, [01'46'28] Ils ne veulent pas forcément jouer complètement le rôle que nous nommerons. Qui joue. Donc, l'idée est de se sortir collectivement de la zone de confort. [01'46'35] Et ici, encore une fois, la ville arrête avec mon auto promo. S'il y a des déchets, pas s'il y a des enseignants parmi les professeurs, forcément. Il y a quelques-uns qui sont morts, il fait donc. Il y en a qui sont intéressés, mêlant à titre enseignant. Écrivez-moi avec plaisir. J'ai écrit mon, mon adresse mail dans le, dans le, dans le dans la chatte. [01'46'54] Jérémy pour enfant teigneux, arobase, assez créteil pour faire. Mais il y a plein de questions auxquelles j'ai pas répondu. Je vous prie de m'excuser. Là, une question qui est qui est revenu à plusieurs reprises et que je n'ai pas posé. Si suspentes, donnons-leur la dernière. Votre conclure. Comment faites-vous avec les familles qui ont des difficultés avec le français, pour le comprendre, lui parler la langue n'est pas. [01'47'14] Un obstacle. [01'47'16] En fait, si vous voulez, dans toutes les langues du monde, huit sur dix, on comprend ce que ça veut dire. Et donc, c'est ça qui est formidable, avec la méthode, pour les collègues qui se lancent. [01'47'25] Et elle casse complètement le fatalisme qui est très répandu à la fois chez les élèves, chez les parents aussi. [01'47'32] Puis chez nous en tant qu'enseignant. [01'47'34] Parce que quand les élèves se mettent à produire des efforts considérables et à faire des progrès considérables, [01'47'40] Ça change complètement notre vision de ce qui est possible, de ce qui est impossible ou de ce qui relève de difficultés ou d'obstacles. La langue n'est absolument pas un obstacle. Donc, il arrive chez les parents tamouls en particulier, des parents chinois ou des parents turcs. Eux, c'est les les communautés où y a le un peu moins francophones que dans les communautés. [01'48'00] Slave maghrébines, ou d'origine maghrébine ou d'origine d'afrique noire, qui maîtrisent bien plus la langue française. [01'48'09] Et qui sont parfois en france depuis plus d'une génération. Donc, lorsque les parents maîtrisent peu la langue, on on on demande à parler au grand frère, grande sœur ou petit frère ou cousin, aux collègues voisins, on se débrouille. Mais une fois que les parents ont compris que nous étions des profs gentils, [01'48'29] Il nous aime bien et du coup, il parle de nous à leurs enfants. Du coup les enfants font plus d'efforts et derrière, le cercle vertueux s'enclenche. [01'48'37] Merci beaucoup pour cette intervention, jérémy. On en arrive là. Le mail intimidante tchat stéphanie c, vous pouvez le le retrouver. [01'48'46] On combat le republier, si besoin était. En tout cas, merci beaucoup. On arrive au terme de ce webinar colloque. [01'48'52] Quittez donc moi, mon lieu centré sur les relations. [01'48'56] Parents, école, et on y ajouter dès l'introduction: [01'49'00] Qu'est-ce que j'ai pu faire? et puis, avec ce propos, monsieur duc, et le vôtre, la relation. [01'49'05] École, parents et enfants, puisqu'on voit bien que on est là sur un équilibre de deux à trois pieds qui qu'il faut construire. Vous êtes une méthode. Vous avez propose une méthode plus pratique pour l'alimenter et l'alimenter au quotidien, la rendre la plus nourrissante possible, et non que les bouses interventions avec monsieur le duc se sont parfaitement complétées. [01'49'25] Effectivement pas parents démissionnaires, mais souvent des parents désemparés. Nous rentrons, je n'arrive à leur donner les outils. A, effectivement, ils s'en emparent, ils arrivent, vous en êtes. [01'49'35] L'un des témoignages vivants, la capacité investir les des portes qui s'ouvrent et avec eux également, tout le travail que nous pouvons faire en tant que fédération parents d'élèves, via les conseillers locaux dans les établissements, et vous l'avez rappelé. Merci, elle est extrêmement utile. [01'49'51] L'importance de nourrir cette relation aujourd'hui, puisque dans le rapport à la formation et l'évaluation, on prépare aussi le la capacité pour les personnes en situation de travail d'une formation continue par la suite sur moi, ni à accepter ou à refuser ce dispositif de formation continue de reconversion, puisque ils ruinent timothy. [01'50'10] Richesse. J'étais parfaitement. [01'50'13] D'illustration. Si les métiers de demain n'existent pas encore pour nombre d'entre eux, dont il faudra effectivement que nous soyons et que nos enfants sont particulièrement en capacité de s'adapter à cette nouvelle donne du métier qui évolue, qui équivalent et évoluer. [01'50'28] L'importance également du projet d'établissement dont on ne cesse de dire qu'elle est au coeur. [01'50'33] De la réflexion et d'animation de la communauté éducative au sens large, mais dont on voit bien les difficultés que l'on a à faire vivre. Ou aujourd'hui, le une épice de denis par jean-louis leduc, est travailler en tant que fédération parents d'élèves sur les moments charnières clés de la scolarité, au niveau de la sixième niveau, plutôt de l'entrée au lycée. Quand vit-on la carapace? [01'50'53] Cité pour les fédérations et les parents d'élèves à nouer. [01'50'56] Des liens particuliers sur ces moments-clés communes, comme parcoursup d'ailleurs, mais bon, même si t'arrives en fin de parcours, les soins à donner les clés de compréhension, et donc, tony, des liens y a à rendre, fécond ces sites, chimie, ces temps d'échanges et donc de contact entre l'école, les enfants, tir y puis les parents, et [01'51'17] Voilà où on a noté tous ces éléments-là pour vous, diront aussi, est désigné comme tenu par aucun devoir de réserve, vous dire toutes les inquiétudes qu'on a sur la rentrée. Deux mille vingt trois, puisque, pour pouvoir accomplir tous ces, tous ces liens, tous ces temps d'échanges, dans toute cette animation d'une relation étroite, parents, enfants, écoles- [01'51'38] Il faut des enseignants présents, il faut des adultes investis et en capacité thermicien dans les établissements. [01'51'44] On va vous publier dans quelques instants, si vous n'avez pas encore signé, une pétition pour protéger l'école publique qui réunit dans elijah plus de soixante-dix mille signatures. On attend un mois. Un mois et demi plus tard a un très beau score pour, pour notre fédération. Et on ne compte pas s'en arrêter là, bien au contraire. On estime, on espère pouvoir. [01'52'04] Pour toucher les cent dix mille et aller au sénat ou à l'assemblée avec cette pétition. [01'52'10] Aidez-nous, et aidez-nous, pardon à à, à, à rendre publique, à diffuser le plus largement possible autour de vous cette pétition, parce que, avec la suppression de mille cinq cents postes à la rentrée prochaine, ça pose des questions très claires sur la capacité à avoir des adultes face aux élèves, dans de bonnes conditions de scolarité, faire parler du climat scolaire, parler du bien-être à l'école. [01'52'30] Paul parler. [01'52'31] De la capacité à être bien lancé dans sa scolarité. Ça touchait évidemment en premier lieu la question du moyen y a, de l'ambition qu'on l'on a pour l'école et pour ses enseignants, pour ses enfants et pour ses parents. Donc, n'hésitez pas, s'il vous plait, à diffuser cette pétition le plus largement possible. On a besoin de vous. [01'52'48] En tout cas, merci beaucoup pour la qualité des échanges avec nos deux intervenants ce soir là, la multitude des questions qu'on a essayé de relayer le plus largement possible. [01'52'58] Auprès de jean-louis duc et de jérémy fontana, eux. [01'53'03] Bien sûr ce webinaire et il sera visible dans quelques jours sur notre site internet comme la première partie. [01'53'09] On vous donne rendez-vous bientôt. Et la question du climat scolaire. [01'53'13] On va continuer à travailler avec si peu, puisque c'est le thème central de notre congrès de vierzon, qui se déroulera mi-juin. Donc, on va continuer de creuser ce sillon, notamment avec l'académie d'orléans qui a proposé un certain nombre d'outils très concrets et qui a beaucoup travaillé sur cette notion de climat scolaire et qui va même conduire à une généralisation. [01'53'33] Tion d'outils et de dispositifs. Mais ça, on en parlera au congrès de vierzon. [01'53'37] Qui nous accueillera. En tout cas, merci beaucoup. [01'53'40] On ne lâche pas ce qu'on fait, parce qu'on voit bien qu'aujourd'hui, dans le contexte de crises multiples que vivent nos enfants et que l'on vit nous-mêmes la question, l'école centrale, c'est un projet de société et donc on va continuer à s'y investir. Merci beaucoup, en tout cas, pour le les interventions des uns et des autres. On vous dit à très bientôt. Et puis, n'hésitez pas à nous alimenter. [01'54'00] Faire part de vos questionnements pour qu'on puisse s'en faire l'écho et continuer à faire des propositions concrètes pour améliorer la scolarisation des enfants et des adolescents et, surtout, à promouvoir et à défendre l'école publique. Merci beaucoup et à bientôt. [01'54'18] Oh.

    1. 2018-2022 premier texte et ça c'était plutôt intéressant premier texte conjoint éducation nationale ministère de la Santé à l'époque c'était Buzyn blancaire qui avait écrit un 00:29:06 voilà tout un référentiel de compétences autour de la santé à l'école qui pond une fois lié vraiment les deux
    2. les élèves rapportaient des niveaux de bien-être élevés avant le confinement plus ils ont apporté des niveaux élevés de motivation d'intérêt et y compris de bien-être dans 00:23:27 leur famille pendant le confinement inversement ce qui était pas bien au collège n'ont pas été bien chez eux pendant le confinement donc ce bien-être dans les établissements il constitue une sorte de 00:23:40 réservoir à motivation de réservoir à intérêt en cas de coup dur donc si vous voulez c'est encore une corde à son arc on a encore une corde la supplémentaire sur laquelle on 00:23:53 peut tirer pour justifier le fait de travailler ce bien-être à l'école faisons leur ressentir le maximum de bien-être comme ça si jamais ils ont un coup dur ben ils pourront s'en servir en 00:24:06 dehors du collège
    3. sans rentrer dans le détail des corrélations on va pas faire un cours de stats mais on s'aperçoit que toutes les 00:20:05 corrélations hormis celles-ci sont positives et toutes les corrélations avec les émotions négatives sont négatives qu'est-ce que ça veut dire ça veut dire que plus je vais ressentir des émotions positives de la joie de 00:20:18 l'espoir de la fierté du soulagement plus ma motivation va être élevée plus mon intérêt va être élevé plus je vais faire des efforts plus je vais élaborer mes réponses plus je vais être autonome et plus mes résultats scolaires seront élevés 00:20:30 et quand on est enseignant d'avoir des élèves motivés des élèves intéressés des élèves qui font des efforts c'est quand même pas mal pour discuter souvent avec eux c'est souvent qu'ils disent ouais mais non ils sont pas motivés ils baissent les bras 00:20:43 ils font pas d'efforts
    4. on scolarise des fois des des 00:17:46 élèves qui sont telles difficultés sociales telles difficultés familiales ou on se dit mais qu'est-ce que tu veux comment je fasse vu ce qui vivent à la maison franchement on va pas pouvoir faire des miracles moi je les ai 5 heures ou 5h30 par jour franchement 00:17:59 qu'est-ce que je peux faire et bien faisons lors juste ressentir du bien-être à l'école ça sera toujours ça de prix
    5. c'est 00:17:23 quand même bien pratique quand on est prof d'avoir un moyen comme ça de d'améliorer les résultats
    6. pourquoi s'en occuper donc à l'école 00:13:46 pourquoi s'occuper de ce fameux bien-être bah parce qu'on sait quoi il y a un lien fort entre réussite et état de santé des jeunes donc vous voyez j'ai mis deux études qui commencent à dater parce que elles ont 18 ans et 16 ans 00:13:58 il y en a des nouvelles qui sortent régulièrement où on sait que en fait plus un enfant est en bonne santé plus un enfant est bien 00:14:10 plus son niveau de bien-être élevé à l'école plus il va être en réussite et on sait aussi que plus il va être en réussite scolaire plus ça fera un adulte qui ressentira du bien-être à l'âge adulte justement plus ça fera un adulte 00:14:24 en bonne santé donc on a cette sorte de cercle vertueux entre apprentissage et bien-être santé mieux je me sens mieux j'apprends et mieux j'apprends plus ça fera de moins 00:14:37 un adulte en bonne santé qui ressent du bien-être bien évidemment comme tout cercle vertueux
    7. ce qui veut donc dire que cette santé encore une fois elle est indispensable elle doit être prise en compte par l'Éducation nationale et par tous les acteurs d'éducation nationale et du 00:12:09 secteur social
    8. via notamment les comportements je vous ai mis quelqu'un qui fumait via les comportements mais via l'esprit critique 00:09:36 via la capacité à communiquer on évoquera tout à l'heure un petit peu les compétences psychosociales un petit peu rapidement c'est justement parce que je suis en capacité d'acquérir ces compétences psychosociales et que je les ai acquises que je vais pouvoir faire un 00:09:49 petit peu attention à ma santé
    9. heureusement maintenant les enseignants sont plutôt tranquilles par rapport à ça il peut et peuvent dire 00:07:50 non non mais c'est écrit dans le programme c'est ma mission donc ça c'est intéressant pour encore aborder cette nécessité de travailler le bien-être
    10. j'enseignais pendant 13 ans en enseignement spé en enseignement ordinaire quand je parlais du bien-être des élèves je faisais pas toujours auprès des parents d'élèves je n'arrivais pas toujours à les convaincre 00:07:25 ouais vous êtes bien gentil monsieur oui ok pas de problème je remets pas en cause les matérielles français mais peut-être que s'ils sont pas bien toute façon les matelas français on y arrivera pas donc peut-être commençons à faire 00:07:38 tout notre possible pour qu'il se sent bien et puis après ils pourront peut-être à prendre
    11. il y a plein de modèles du bien-être on va moi j'en utilise un que j'aime bien 00:04:50 parce que je trouve qu'il est très parlant il est très parlant surtout à l'école c'est le modèle d'Édouard diner qui est un psycho qui était un psycho il est décédé en 2021 Édouard dinner un psycho 00:05:03 américain qui s'est beaucoup intéressé durant toute sa carrière universitaire au bien-être et qui dit qu'en gros que le bien-être d'une personne le bien-être d'un individu c'est une somme une addition de satisfaction de vie il 00:05:17 appelle ça le bien-être subjectif et il nous dit que le bien-être subjectif c'est d'un côté les affects positifs les émotions positives et de l'autre côté les émotions négatives ça voilà le précise bah ça c'est compliqué de le 00:05:29 mesurer parce que c'est vraiment très dépendant du contexte et puis au milieu vous le voyez ce qu'il appelle lui la satisf la satisfaction de vie donc pour lui satisfaction de vie égale bien-être et pour les élèves il met à jour 5 00:05:42 satisfactions de vie la satisfaction de vie par rapport à soi-même par rapport à l'élève lui-même qu'on pourrait rapprocher un peu de l'estime de soi et ce que je suis bien avec moi-même mais aussi de la 00:05:56 satisfaction de vie par rapport à sa famille à son noyau familial frère sort par an ça satisfaction de vie par rapport à l'école et là ça nous concerne complètement 00:06:08 la satisfaction de vie par rapport aux amis aux relations au père et puis une satisfaction de vie par rapport à l'habitat ce qu'il appelle l'habitat mais c'est la maison l'appartement le 00:06:21 quartier le milieu de vie on pourrait dire et pour diner quand on ajoute toutes ces satisfactions de vie on obtient un indice un score en tout cas on arrive à évaluer le bien-être de cette personne
    12. si on se réfère à la 00:03:17 définition voyez qui est déjà bien ancienne 1946 publié en 48 je crois d'ailleurs de l'OMS qui nous dit que la santé c'est pas simplement une absence de maladie et on a un peu eu tendance à 00:03:30 l'oublier depuis ces années covid ou c'est vraiment protégé pour la maladie mais on s'est aperçu que c'était bien plus large que ça et pourtant vous voyez 46 on était déjà au clair là-dessus la santé c'est du bien-être et le mot 00:03:45 bien-être est dans la définition du bien-être physique effectivement pas avoir de maladies mais c'est aussi du bien-être psychologique et c'est aussi du bien-être social psychologique ou 00:03:56 mental c'est la même chose et du bien-être social ces trois bien-être constituent la santé donc s'occuper du bien-être des élèves c'est aussi s'occuper de leur santé
    13. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:58:30][^2^][2] :

      La vidéo présente une conférence de Julien Masson, maître de conférence à l'Université de Lyon, sur le bien-être à l'école. Il aborde l'importance du bien-être pour les apprentissages et la santé des élèves, en soulignant que le bien-être est un facteur clé de la réussite scolaire et de la santé à long terme.

      Points clés : + [00:00:34][^3^][3] Introduction de Julien Masson * Expert en bien-être scolaire + [00:01:17][^4^][4] Priorité de l'éducation nationale * Bien-être nommé priorité + [00:02:01][^5^][5] Définition de la santé * Bien-être inclus dans la santé + [00:03:08][^6^][6] Bien-être et santé * Bien-être essentiel pour la santé + [00:04:46][^7^][7] Modèle du bien-être * Utilisation du modèle d'Édouard Diner + [00:06:49][^8^][8] Nécessité du bien-être à l'école * Lien entre bien-être et réussite scolaire + [00:11:49][^9^][9] Impact de l'environnement sur la santé * École influence la santé des élèves + [00:15:40][^10^][10] Satisfaction de vie et motivation * Satisfaction à l'école booste la motivation + [00:19:22][^11^][11] Émotions et apprentissage * Émotions positives favorisent l'apprentissage + [00:22:16][^12^][12] Étude sur le bien-être pendant le COVID * Impact du bien-être sur la motivation durant le confinement Résumé de la vidéo [00:25:00][^1^][1] - [00:58:30][^2^][2]:

      La vidéo aborde l'importance du bien-être à l'école, soulignant que le bien-être des élèves est essentiel pour leur santé et leur réussite scolaire. Julien Masson, maître de conférence à l'Université de Lyon, explique que le bien-être est un facteur clé dans l'apprentissage et peut influencer positivement la motivation et les résultats des élèves.

      Points clés: + [00:25:00][^3^][3] L'impact du bien-être sur l'apprentissage * Le bien-être favorise la réussite * Les émotions positives stimulent la motivation + [00:38:00][^4^][4] Les déterminants de la santé des élèves * Facteurs sociaux et environnementaux prédominants * L'école joue un rôle crucial + [00:50:00][^5^][5] Stratégies pour améliorer le bien-être * Approche globale nécessaire * Importance des émotions dans l'éducation

    1. Résumé de la vidéo [00:00:12][^1^][1] - [01:50:28][^2^][2]:

      La vidéo aborde l'importance de la motricité et de l'activité physique dans le développement cognitif des enfants, en particulier dans le contexte scolaire. Elle explore les liens entre l'exercice physique, le bien-être et les performances académiques, soulignant les effets positifs de l'activité physique régulière sur la santé physique et mentale.

      Points clés: + [00:00:12][^3^][3] Introduction au sujet * Importance de la motricité pour le bien-être des élèves + [00:01:30][^4^][4] Lien entre activité physique et cognition * Effets bénéfiques sur la santé et la performance académique + [00:11:06][^5^][5] Études sur l'activité physique et la performance académique * Corrélation entre un bon niveau de fitness et de meilleurs résultats scolaires + [00:15:26][^6^][6] Impact de l'exercice physique sur la cognition * Amélioration des fonctions cognitives et de l'humeur + [00:27:09][^7^][7] Aménagement de l'espace scolaire * Importance de l'activité physique dans l'environnement éducatif + [00:54:08][^8^][8] Rôle du geste dans l'apprentissage * Utilisation des gestes pour faciliter la compréhension et la mémorisation Résumé de la vidéo [01:00:00][^1^][1] - [01:50:28][^2^][2]:

      La vidéo explore l'importance de la motricité et de l'activité physique dans le développement cognitif des enfants, en particulier dans le contexte éducatif. Elle discute des liens entre l'exercice physique, le bien-être et les performances académiques, soulignant que l'activité physique régulière peut améliorer la mémoire, l'attention et l'humeur, et contribuer positivement à la cognition.

      Points clés: + [01:00:00][^3^][3] L'importance de la motricité * Influence sur le bien-être et l'apprentissage * Rôle dans le développement cognitif + [01:05:19][^4^][4] Aménagement de l'espace * Nécessité d'un environnement propice à l'activité * Impact de la sédentarité sur la santé + [01:08:09][^5^][5] Organisation de la classe * Réflexion sur l'utilisation de l'espace * Importance de l'activité motrice dès l'entrée en classe + [01:38:54][^6^][6] Le geste dans l'enseignement * Utilisation des gestes pour renforcer l'apprentissage * Impact des gestes sur la compréhension et la mémorisation

    1. Résumé de la vidéo [00:00:13][^1^][1] - [01:22:28][^2^][2]: La conférence de Julien Masson aborde le bien-être et la réussite des élèves à l'école maternelle, en se concentrant sur la motivation, les compétences psychosociales et la santé. Il souligne l'importance de ces facteurs dans l'apprentissage et la manière dont ils peuvent être intégrés dans l'éducation pour améliorer la santé et le bien-être des élèves.

      Points clés: + [00:00:13][^3^][3] Introduction de la conférence * Présentation de Julien Masson et du laboratoire P2S + [00:01:19][^4^][4] Objectifs de la conférence * Discussion sur le bien-être, la santé et les compétences psychosociales + [00:04:26][^5^][5] Définition de la santé * La santé comme état complet de bien-être physique, mental et social + [00:06:01][^6^][6] Le bien-être subjectif * Composé d'émotions positives, négatives et de satisfaction de vie + [00:09:07][^7^][7] Impact de l'école sur la santé * L'école comme facteur environnemental influençant la santé des élèves + [00:14:27][^8^][8] Actions promotrices de santé à l'école * Réduction des inégalités sociales et développement du bien-être + [00:28:49][^9^][9] Importance des compétences psychosociales * Leur rôle dans le bien-être et l'apprentissage des élèves + [00:42:05][^10^][10] Méditation et recherche * Efficacité de la méditation comme outil pédagogique + [00:51:18][^11^][11] Compétences clés à la maternelle * Pensée créative, communication et relations interpersonnelles + [01:16:09][^12^][12] Continuité éducative * Liaison école-collège et formation continue des compétences psychosociales

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [02:56:57][^2^][2]:

      La vidéo présente une conférence sur le bien-être territorial, où les intervenants discutent de la coconstruction et de l'échange d'idées pour renforcer la résilience territoriale face aux crises, comme la pandémie de COVID-19. Ils explorent les limites des indicateurs traditionnels de richesse et l'importance de considérer le bien-être des habitants dans l'aménagement du territoire.

      Points forts: + [00:00:05][^3^][3] Introduction de la conférence * Remerciements et importance du bien-être territorial + [00:01:56][^4^][4] Lancement de la démarche bien-être * Réflexion sur les indicateurs de richesse durant la crise sanitaire + [00:02:35][^5^][5] Le monde post-COVID * Discussion sur les changements et les constantes dans les aspirations des citoyens + [00:03:42][^6^][6] Renforcement de la résilience territoriale * Prise en compte du bien-être des habitants et des usagers + [00:04:07][^7^][7] Partenariat multi-acteurs * Collaboration avec divers partenaires pour la démarche bien-être + [00:05:34][^8^][8] Échelle locale et bien-être territorial * L'importance de l'échelle locale pour mesurer le bien-être + [00:06:23][^9^][9] Attractivité et compétitivité métropolitaine * Questionnement sur les indicateurs d'attractivité des métropoles + [00:07:49][^10^][10] Planification territoriale et besoins des habitants * Réponse aux besoins et aspirations des habitants à travers la planification + [00:09:54][^11^][11] Importance de la participation citoyenne * Rôle de la participation citoyenne dans l'accélération des transitions + [00:11:08][^12^][12] Introduction de la participation citoyenne * Discussion sur l'expérience de citoyenneté et la participation dans les transitions + [00:13:04][^13^][13] Échange sur la citoyenneté * Partage d'expériences de citoyenneté réussie parmi les participants + [00:15:40][^14^][14] Démocratie et participation * L'importance de la démocratie participative et continue dans le contexte actuel + [00:17:18][^15^][15] Les communs et la coopération * Nécessité de coopérer autour des préoccupations communes et des communs + [00:18:36][^16^][16] Démocratie représentative et participative * Besoin de compléter la démocratie représentative par des formes participatives + [00:20:25][^17^][17] Fondamentaux de la participation citoyenne * Retour aux fondamentaux pour renforcer la participation et le dialogue citoyen

      Résumé de la vidéo [00:22:00][^1^][1] - [02:56:57][^2^][2]:

      La vidéo aborde le sujet du bien-être territorial et la démarche de l'agence d'urbanisme pour l'améliorer. Elle souligne l'importance de la coconstruction, de l'échange et de l'expertise collective dans la planification territoriale.

      Points clés: + [00:22:00][^3^][3] Coconstruction et échange * Importance de la collaboration * Rôle des partenaires et intervenants + [00:45:00][^4^][4] Démarche bien-être territorial * Lancée en novembre 2020 * Réponse aux limites des indicateurs traditionnels de richesse + [01:15:00][^5^][5] Impact du COVID-19 * Révélateur des inégalités * Effet sur l'aménagement urbain et l'intérêt pour la nature + [02:00:00][^6^][6] Résilience territoriale * Renforcement face aux crises * Prise en compte du bien-être des habitants + [02:30:00][^7^][7] Participation citoyenne * Importance pour l'accélération des transitions * Espaces de discussion et coopération

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:30:01][^2^][2] :

      Cette vidéo est le premier épisode de Twist, une émission d'ARTE qui explore les thèmes de l'enfance, de la mémoire et de l'identité. Elle présente trois reportages sur des personnes qui ont été marquées par leur enfance et qui la racontent à travers la musique, la danse ou l'écriture.

      Points forts : + [00:00:03][^3^][3] Lukas Graham, le chanteur de Christiania * Il raconte comment il a grandi dans le quartier autogéré de Copenhague * Il explique comment son enfance l'a influencé dans sa musique et ses valeurs * Il partage son lien avec ses parents et ses amis d'enfance + [00:07:02][^4^][4] Yeva Skaliaska, la jeune réfugiée ukrainienne * Elle témoigne de son expérience de la guerre qui a éclaté dans sa ville natale de Kharkiv * Elle lit des extraits de son journal qui décrit ses peurs et ses espoirs * Elle vit maintenant avec sa grand-mère à Dublin et a publié son livre + [00:13:20][^5^][5] Evalt Free, l'historien de la famille paysanne * Il retrace l'histoire de sa famille nombreuse qui a vécu dans une ferme en Allemagne * Il montre comment ses frères et sœurs ont eu des souvenirs et des destins différents * Il analyse les changements sociaux et économiques qui ont affecté l'agriculture et la société allemande

    1. Résumé vidéo [00:00:01][^1^][1] - [00:24:31][^2^][2]:

      Cette vidéo présente le module 7 du parcours climat scolaire et bien-être à l'école, consacré à la relaxation active. Il s'agit de prendre conscience de ses tensions et d'apprendre à les relâcher par des exercices de respiration, d'étirement et de dynamisation. Les intervenantes proposent trois ateliers pratiques avec des exemples d'exercices adaptés aux élèves et aux enseignants.

      Points forts: + [00:00:07][^3^][3] Le principe et les objectifs de la relaxation active * Permet de recharger l'énergie, de développer l'écoute et l'attention, de retrouver le calme intérieur * Aide à se libérer des émotions, des doutes, des angoisses, et à s'ouvrir à son environnement * Favorise la connaissance de soi, la posture, la respiration, l'équilibre et la vitalité + [00:03:28][^4^][4] Le premier atelier : le relâchement des tensions * Propose trois exercices : le ballon de baudruche, le spaghetti cuit, le je ne sais pas * Vise à provoquer un relâchement par la respiration, à ressentir la contraction et le relâchement musculaire, à se concentrer sur les différentes parties du corps + [00:10:41][^5^][5] Le deuxième atelier : les étirements * Propose trois exercices : le réveil du roi ou de la reine, la graine à l'arbre, l'angle droit * Vise à étirer et relâcher l'ensemble du corps, à renforcer l'équilibre et la vitalité, à favoriser le retour veineux et détendre les muscles + [00:17:29][^6^][6] Le troisième atelier : la dynamisation * Propose trois exercices : la douche, le super héros, les pieds * Vise à réactiver le corps, à réveiller les sensations corporelles, à booster l'énergie, à réduire le stress, à décupler la confiance et l'estime de soi, à se concentrer + [00:21:53][^7^][7] Les possibilités d'ouverture * Propose des fiches récapitulatives des exercices, des ressources bibliographiques, des liens vers d'autres webinaires

    1. Résumé de la vidéo de [00:00:00][^1^][1] à [00:28:47][^2^][2] :

      Cette vidéo est un parcours sur le climat scolaire et le bien-être à l'école, animé par deux enseignants-formateurs. Ils présentent les différents niveaux de bien-être (physique, relationnel, psychologique et pédagogique) et les facteurs de stress qui peuvent les affecter. Ils proposent des pistes pour créer des espaces de relaxation et de détente dans les classes ou les établissements, à travers des témoignages et des exemples concrets. Ils expliquent aussi comment utiliser le design thinking pour adapter les envies au possible et impliquer les élèves dans le projet.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction du parcours et des animateurs * Présentation du module 6 sur le bien-être en classe * Présentation des deux enseignants-formateurs + [00:02:31][^4^][4] Les différents niveaux de bien-être * Le bien-être physique : lié à l'environnement, à la santé, au rythme * Le bien-être relationnel : lié aux interactions avec les pairs, les enseignants, les parents * Le bien-être psychologique : lié à la sécurité, à la réussite, à l'estime de soi * Le bien-être pédagogique : lié à l'intérêt, à l'aide, aux méthodes, à la différenciation + [00:08:10][^5^][5] Les facteurs de stress à l'école * Le faible sentiment de contrôle, l'imprévisibilité, la nouveauté, la menace de l'ego * Les situations stressantes vécues par les élèves au quotidien * Les référentiels qui visent l'épanouissement de l'élève + [00:13:19][^6^][6] La création d'un espace de relaxation * Quatre exemples de coin zen : à l'école maternelle, à l'école élémentaire, au collège, au CDI * Les objets et les activités possibles dans cet espace * La démarche du design thinking pour analyser, générer et adapter les idées

    1. Cette vidéo présente une formation sur le développement de l'empathie et des compétences émotionnelles pour améliorer le climat scolaire. Elle est animée par Bénédicte Art, inspectrice pédagogique régionale de l'académie de Créteil, qui partage son expertise et ses outils sur ce sujet.

    1. Ce webinaire présente le développement de l'empathie pour améliorer le climat scolaire. Il s'appuie sur les éclairages théoriques de Caroline Veyt, experte nationale du climat scolaire et du bien-être à l'école, et propose des pistes de réflexion et d'action pour les enseignants.

    1. N°575 - "Le bienêtre à l'école", 9 mars 2022. Présentation par Jean-Charles Léon et Ben Aïda

      Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:20:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est un webinaire organisé par les Cahiers Pédagogiques sur le thème du bien-être à l'école. Plusieurs intervenants, dont des enseignants, des formateurs et des chercheurs, partagent leurs réflexions, leurs expériences et leurs pratiques autour de cette notion complexe et controversée. Ils abordent les enjeux éthiques, pédagogiques et sociaux du bien-être, ainsi que les conditions, les moyens et les limites pour le favoriser dans les classes et les établissements.

      Points forts :

      [00:00:00][^3^][3] Introduction et présentation du webinaire Jean-Charles Léon, professeur de musique et membre du comité de rédaction des Cahiers Pédagogiques, anime le webinaire Il présente le contexte, les objectifs et le déroulement du webinaire Il salue les intervenants et les participants [00:03:03][^4^][4] Définition du bien-être à l'école Andréa Benetti, formatrice à l'université de Genève et coordinatrice du dossier des Cahiers Pédagogiques sur le bien-être à l'école, expose les difficultés et les enjeux de définir le bien-être Elle questionne les raisons, les dimensions et les implications du bien-être à l'école Elle propose une vision pluridimensionnelle et critique du bien-être, qui ne se réduit pas à une technique pédagogique ou à une injonction institutionnelle [00:10:00][^5^][5] Le bien-être à l'école : un choix ou une nécessité ? Yannick Mével, professeur d'histoire-géographie et directeur des publications des Cahiers Pédagogiques, revient sur le processus de choix du thème du bien-être à l'école Il explique les débats, les interrogations et les inquiétudes qui ont traversé le comité de rédaction sur ce sujet Il présente l'organisation et le contenu du dossier des Cahiers Pédagogiques, qui rassemble des textes variés et riches sur le bien-être à l'école [00:15:37][^6^][6] Apprendre et se sentir bien : faut-il choisir ? Catherine Chabrun, professeure des écoles et praticienne de la pédagogie Freinet, témoigne de son malaise de pédagogue face à l'opposition entre bien-être et apprentissage Elle défend l'idée que le fait de se sentir bien à l'école est une condition et un lieu d'apprentissage, qui passe par la reconnaissance, la coopération, la créativité, etc. Elle dénonce les empêchements institutionnels, sociaux et scientifiques qui entravent la conciliation entre bien-être et apprentissage [00:21:00][^7^][7] Le bien-être à l'école : une question clinique Mireille Cifali, professeure honoraire de l'université de Genève et spécialiste de la clinique de l'éducation, exprime son malaise face au terme de bien-être, qu'elle trouve réducteur et idéologique Elle montre comment elle s'est préoccupée, dans sa pratique de formatrice, de permettre aux enfants de se sentir bien à l'école, même quand ils éprouvent de la souffrance, de l'angoisse ou de la peur Elle insiste sur la nécessité vitale, pour les enseignants et les élèves, de travailler ce qui se passe à l'école, pour que chacun ait sa place et puisse apprendre Résumé de la vidéo [00:22:00][^1^][1] - [01:20:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est un webinaire organisé par les Cahiers pédagogiques sur le thème du bien-être à l'école. Il réunit plusieurs intervenants qui partagent leurs réflexions, leurs expériences et leurs pratiques autour de cette notion.

      Points forts:

      [00:22:00][^3^][3] La présentation du dossier des Cahiers pédagogiques sur le bien-être à l'école Par Yannick Mével, directeur des publications des Cahiers pédagogiques Il explique les enjeux, les débats et les choix éditoriaux qui ont présidé à la réalisation de ce dossier Il présente les trois parties du dossier : les définitions du bien-être, les situations de mal-être et les liens entre bien-être et apprentissage [00:32:00][^4^][4] L'intervention de Catherine Reverdy, chercheuse à l'Institut français de l'éducation Elle propose une analyse des recherches sur le bien-être à l'école, ses dimensions, ses déterminants et ses effets Elle distingue le bien-être subjectif, lié au vécu des acteurs, et le bien-être objectif, lié aux conditions d'enseignement et d'apprentissage Elle souligne les limites et les risques d'une approche normative ou instrumentale du bien-être à l'école [00:46:00][^5^][5] L'intervention de Jean-Charles Léon, professeur de musique et membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques Il témoigne de sa pratique de professeur de musique dans un collège, où il cherche à créer du bien-être par le sonore Il explique comment il utilise des techniques de relaxation, de respiration, de méditation, de chant ou de percussions corporelles pour favoriser le bien-être des élèves Il montre comment le bien-être est un préalable et un accompagnement des apprentissages musicaux [00:58:00][^6^][6] L'intervention de Catherine Chabrun, professeure des écoles et membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques Elle raconte son parcours d'enseignante engagée dans le mouvement Freinet, qui lui a permis de trouver du bien-être dans son métier Elle décrit les principes et les pratiques de la pédagogie Freinet, qui visent à développer le bien-être des élèves et des enseignants Elle insiste sur l'importance de la coopération, de la créativité, de l'expression, de la démocratie et de la formation entre pairs [01:10:00][^7^][7] Les questions et les échanges avec les participants au webinaire Plusieurs questions sont posées par les participants, notamment sur le rôle des atsem, des animateurs périscolaires, des parents, des chefs d'établissement, des formateurs, des syndicats, des mouvements pédagogiques, etc. Les intervenants répondent en apportant des éclairages, des exemples, des références, des pistes de réflexion ou d'action Le webinaire se termine par des remerciements et des annonces sur les prochains événements des Cahiers pédagogiques

    2. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:20:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est un webinaire organisé par les Cahiers Pédagogiques sur le thème du bien-être à l'école. Plusieurs intervenants, dont des enseignants, des formateurs et des chercheurs, partagent leurs réflexions, leurs expériences et leurs pratiques autour de cette notion complexe et controversée. Ils abordent les enjeux éthiques, pédagogiques et sociaux du bien-être, ainsi que les conditions, les moyens et les limites pour le favoriser dans les classes et les établissements.

      Points forts : + [00:00:00][^3^][3] Introduction et présentation du webinaire * Jean-Charles Léon, professeur de musique et membre du comité de rédaction des Cahiers Pédagogiques, anime le webinaire * Il présente le contexte, les objectifs et le déroulement du webinaire * Il salue les intervenants et les participants + [00:03:03][^4^][4] Définition du bien-être à l'école * Andréa Benetti, formatrice à l'université de Genève et coordinatrice du dossier des Cahiers Pédagogiques sur le bien-être à l'école, expose les difficultés et les enjeux de définir le bien-être * Elle questionne les raisons, les dimensions et les implications du bien-être à l'école * Elle propose une vision pluridimensionnelle et critique du bien-être, qui ne se réduit pas à une technique pédagogique ou à une injonction institutionnelle + [00:10:00][^5^][5] Le bien-être à l'école : un choix ou une nécessité ? * Yannick Mével, professeur d'histoire-géographie et directeur des publications des Cahiers Pédagogiques, revient sur le processus de choix du thème du bien-être à l'école * Il explique les débats, les interrogations et les inquiétudes qui ont traversé le comité de rédaction sur ce sujet * Il présente l'organisation et le contenu du dossier des Cahiers Pédagogiques, qui rassemble des textes variés et riches sur le bien-être à l'école + [00:15:37][^6^][6] Apprendre et se sentir bien : faut-il choisir ? * Catherine Chabrun, professeure des écoles et praticienne de la pédagogie Freinet, témoigne de son malaise de pédagogue face à l'opposition entre bien-être et apprentissage * Elle défend l'idée que le fait de se sentir bien à l'école est une condition et un lieu d'apprentissage, qui passe par la reconnaissance, la coopération, la créativité, etc. * Elle dénonce les empêchements institutionnels, sociaux et scientifiques qui entravent la conciliation entre bien-être et apprentissage + [00:21:00][^7^][7] Le bien-être à l'école : une question clinique * Mireille Cifali, professeure honoraire de l'université de Genève et spécialiste de la clinique de l'éducation, exprime son malaise face au terme de bien-être, qu'elle trouve réducteur et idéologique * Elle montre comment elle s'est préoccupée, dans sa pratique de formatrice, de permettre aux enfants de se sentir bien à l'école, même quand ils éprouvent de la souffrance, de l'angoisse ou de la peur * Elle insiste sur la nécessité vitale, pour les enseignants et les élèves, de travailler ce qui se passe à l'école, pour que chacun ait sa place et puisse apprendre

      Résumé de la vidéo [00:22:00][^1^][1] - [01:20:00][^2^][2]:

      Cette vidéo est un webinaire organisé par les Cahiers pédagogiques sur le thème du bien-être à l'école. Il réunit plusieurs intervenants qui partagent leurs réflexions, leurs expériences et leurs pratiques autour de cette notion.

      Points forts: + [00:22:00][^3^][3] La présentation du dossier des Cahiers pédagogiques sur le bien-être à l'école * Par Yannick Mével, directeur des publications des Cahiers pédagogiques * Il explique les enjeux, les débats et les choix éditoriaux qui ont présidé à la réalisation de ce dossier * Il présente les trois parties du dossier : les définitions du bien-être, les situations de mal-être et les liens entre bien-être et apprentissage + [00:32:00][^4^][4] L'intervention de Catherine Reverdy, chercheuse à l'Institut français de l'éducation * Elle propose une analyse des recherches sur le bien-être à l'école, ses dimensions, ses déterminants et ses effets * Elle distingue le bien-être subjectif, lié au vécu des acteurs, et le bien-être objectif, lié aux conditions d'enseignement et d'apprentissage * Elle souligne les limites et les risques d'une approche normative ou instrumentale du bien-être à l'école + [00:46:00][^5^][5] L'intervention de Jean-Charles Léon, professeur de musique et membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques * Il témoigne de sa pratique de professeur de musique dans un collège, où il cherche à créer du bien-être par le sonore * Il explique comment il utilise des techniques de relaxation, de respiration, de méditation, de chant ou de percussions corporelles pour favoriser le bien-être des élèves * Il montre comment le bien-être est un préalable et un accompagnement des apprentissages musicaux + [00:58:00][^6^][6] L'intervention de Catherine Chabrun, professeure des écoles et membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques * Elle raconte son parcours d'enseignante engagée dans le mouvement Freinet, qui lui a permis de trouver du bien-être dans son métier * Elle décrit les principes et les pratiques de la pédagogie Freinet, qui visent à développer le bien-être des élèves et des enseignants * Elle insiste sur l'importance de la coopération, de la créativité, de l'expression, de la démocratie et de la formation entre pairs + [01:10:00][^7^][7] Les questions et les échanges avec les participants au webinaire * Plusieurs questions sont posées par les participants, notamment sur le rôle des atsem, des animateurs périscolaires, des parents, des chefs d'établissement, des formateurs, des syndicats, des mouvements pédagogiques, etc. * Les intervenants répondent en apportant des éclairages, des exemples, des références, des pistes de réflexion ou d'action * Le webinaire se termine par des remerciements et des annonces sur les prochains événements des Cahiers pédagogiques

    1. Résumé de la vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:50:00][^2^][2] :

      Cette vidéo est un webinaire sur le thème de l'attachement, la séparation parentale et la protection de l'enfance, animé par le sociologue Serge Paugam. Il présente les résultats d'une chaire de recherche financée par la Caisse nationale des allocations familiales, qui vise à dresser un état des lieux des connaissances sur le bien-être des enfants, le rôle des parents et des politiques publiques dans ce domaine. Il aborde les questions suivantes :

      Points saillants : + [00:00:00][^3^][3] Le contexte et les objectifs de la chaire de recherche * Importer et diffuser la littérature internationale sur le bien-être des enfants * Analyser les données disponibles et produire de nouveaux traitements * Organiser un séminaire international avec des experts invités * Identifier des problèmes de recherche et des pistes d'action + [00:08:07][^4^][4] La notion de bien-être et ses déterminants * Une notion ancienne mais à la mode, qui recouvre plusieurs dimensions (objective, subjective, individuelle, collective) * Un paradoxe entre la croissance économique et le sentiment de bien-être * Un enjeu politique et une source de controverse * Une diversité culturelle et nationale dans l'appréhension du bien-être + [00:24:07][^5^][5] Le bien-être des enfants et des adolescents * Des données disponibles issues de plusieurs enquêtes internationales (OCDE, OMS, UNICEF, etc.) * Des classements qui montrent les écarts entre les pays et les régions * Des facteurs explicatifs liés aux conditions de vie, à la santé, à l'école, à la famille, etc. * Des limites et des biais dans la mesure du bien-être subjectif des enfants

    1. Résumé vidéo [00:00:00][^1^][1] - [01:05:09][^2^][2]:

      Cette vidéo est un numéro des mardis de l'IH2EF consacré au thème du bien-être au travail dans les établissements scolaires. Elle aborde les constats, les explications et les leviers pour améliorer la qualité de vie au travail des personnels de l'éducation nationale.

      Temps forts: + [00:00:00][^3^][3] Introduction du thème et des invités * Définition du bien-être au travail * Enjeux du grenelle de l'éducation * Plan de l'émission en trois parties + [00:06:26][^4^][4] Première partie : le constat * Présentation des travaux de Georges Fotinos sur la qualité de vie au travail des personnels de direction et des directeurs d'école * Présentation des travaux d'Axel Charpentier sur le climat scolaire et le bien-être au travail des enseignants * Présentation des travaux d'Arnaud Barillet sur les conditions de travail et les risques psychosociaux dans le secteur public + [00:31:00][^5^][5] Deuxième partie : les explications * Analyse des facteurs individuels, organisationnels et environnementaux qui influencent le bien-être au travail * Discussion sur les notions d'engagement, de reconnaissance, de sens du travail, d'autonomie, de coopération, de confiance, etc. * Illustration par des exemples concrets de situations de travail difficiles ou satisfaisantes + [00:46:00][^6^][6] Troisième partie : les leviers * Propositions de pistes d'action pour améliorer le bien-être au travail à différents niveaux (individuel, collectif, institutionnel) * Mise en avant de l'importance de la prévention, de la formation, de l'accompagnement, de l'évaluation, de la participation, etc. * Évocation de quelques dispositifs existants ou à développer (observatoire, réseau, projet d'établissement, etc.) + [01:03:59][^7^][7] Conclusion et remerciements * Synthèse des principaux messages et recommandations * Invitation à consulter les ressources documentaires disponibles * Annonce de la prochaine émission sur le management de la transformation

    1. Retour d’expérience sur une mobilité Erasmus + en Finlande : une délégation d'enseignants et de personnels d'encadrement s'est rendue à Oulou, dans le nord de la Finlande pour rencontrer les acteurs du système éducatif finlandais, l'observer et s'en inspirer. Au menu, bien-être à l'école pour les élèves comme pour les équipes éducatives, approche progressive des apprentissages, relation de confiance entre les familles et les enseignants, développement durable...

    1. Voici un résumé de la vidéo que vous avez ouverte dans votre navigateur Microsoft Edge :

      • Webinaire 2023 : “La santé mentale des enfants et des jeunes” : Il s'agit d'un colloque organisé par la FCPE, une fédération de parents d'élèves, le 21 mars 2023, sur le thème du bien-être des enfants et des jeunes dans le contexte post-covid¹[1].
      • Intervenants : Claire Bey, chargée de la santé et de l'action sociale au ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, et Eric Delemar, Défenseur des enfants auprès de la Défenseur des droits²[2].
      • Objectifs : Faire un bilan de l'état psychologique des jeunes, proposer des pistes d'action et des préconisations pour la prévention, le dépistage et la remédiation des troubles de la santé mentale³[3].
      • Références : La vidéo contient de nombreux liens vers d'autres ressources de la FCPE, comme des webinaires, des articles, des campagnes, etc.
    1. Grand bien vous fasse ! Par Ali Rebeihi. Questions sociétales, modes de vie, psychologie, famille, éducation, santé, relation amoureuse, sexualité... La vie quotidienne à la sauce Inter !

    1. Pour échanger avec Christophe Marsollier le mardi 06 février 2024 à 12h30, inscriptions ici : https://comprendreleseleves.ensfea.fr...

      Intervenant : Christophe Marsollier, Docteur en sciences de l’éducation et inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche. Il est l’auteur d’ouvrages et d’articles sur l’éthique relationnelle, les espaces de parole, l’attention aux vulnérabilités, et le rapport à l’innovation en éducation

      Résumé : Après avoir explicité le sens de la notion de vulnérabilité et montré en quoi les situations de grande vulnérabilité, passagères ou durables, que vivent de très nombreux élèves, agissent de manière déterminante sur leur motivation et leur réussite scolaire, nous montrerons comment le développement de l’attention des personnels d’enseignement et d’éducation aux situations de vulnérabilité et leur accompagnement constituent deux leviers éthiques fondamentaux pour rendre l’école plus éthique et plus qualitative.

    1. Webinaires "Comprendre ses élèves" https://www.ensfea.fr/appui/thematiqu...

      Intervenante. Audrey Murillo, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation et de la formation, Unité Mixte de Recherche Education, Formation, Travail, Savoirs, Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole. Discutante. Isabelle Lobello, professeur documentaliste au LEGTA d’Auzeville

      Que disent les lycéens de leur bien-être en classe ? En quoi les pratiques des enseignants participent-elles à ce bien-être ? Le point de vue des enseignants sur le bienêtre des élèves rejoint-il le point de vue des élèves ? Avec Séverine Berquin, enseignante en SESG dans l’enseignement agricole, nous avons demandé à des élèves et des enseignants de l’enseignement agricole et de l’éducation nationale d’évoquer des situations de bien-être pour les élèves en classe. Les résultats, que nous présenterons lors de la webconférence, montrent que le bien-être des élèves est très souvent associé à des situations propices aux apprentissages.

      00:00 Présentation 01:51 Conférence - Audrey Murillo 24:46 Questions-réponses 31:30 Réaction - Isabelle Lobello 39:54 Conclusion

    1. Résumé vidéo [00:00:00][^1^][1] - [00:24:57][^2^][2]:

      Cette vidéo est une émission de dialogue entre le philosophe Frédéric Lenoir et la pédiatre Catherine Gueguen, qui parlent des nouvelles découvertes scientifiques sur le développement du cerveau de l'enfant et de leurs implications pour l'éducation. Ils abordent les thèmes de l'empathie, de la violence, des émotions, du langage et de la résilience.

      Points forts: + [00:00:00][^3^][3] L'importance des nouvelles connaissances sur le cerveau de l'enfant * Une révolution éducative qui change la vision de l'être humain * L'empathie comme fondement du développement humain * La nécessité d'arrêter la violence verbale et physique envers les enfants + [00:04:57][^4^][4] La souffrance des enfants face à leurs émotions * Le cortex préfrontal immature qui ne permet pas de réguler les émotions * Les tempêtes émotionnelles qui submergent les enfants * La compassion et l'écoute comme moyens d'apaiser les enfants + [00:11:06][^5^][5] La maltraitance émotionnelle et ses conséquences sur le cerveau * La définition de la maltraitance émotionnelle : tout ce qui dévalorise, humilie, punit ou exclut l'enfant * Les effets du cortisol sur les structures cérébrales essentielles : l'hippocampe, le cortex préfrontal, le cortex orbitofrontal * L'impact sur les capacités cognitives, affectives et relationnelles + [00:16:00][^6^][6] La synchronie affective entre les parents et l'enfant * La capacité des parents à être connectés aux émotions de l'enfant dès la grossesse * La reconnaissance et la confirmation des émotions de l'enfant par les parents * Le sentiment d'être écouté et compris qui détend l'enfant

      Résumé vidéo [00:24:59][^1^][1] - [00:49:42][^2^][2]:

      La deuxième partie de la vidéo parle de l'importance de l'empathie, de l'affection et des émotions pour le développement du cerveau et du bien-être de l'enfant. L'intervenant explique les trois facettes de l'empathie selon Jean Decety : l'empathie affective, l'empathie cognitive et la sollicitude empathique. Il souligne aussi le rôle de l'attachement, du toucher et de la communication non violente dans la relation parent-enfant. Il partage son expérience personnelle et professionnelle sur ces sujets.

      Points forts : + [00:25:04][^3^][3] L'empathie, le respect et l'écoute * Permettent de comprendre et d'accepter l'autre * Sont basés sur l'intelligence et la bonté * Donnent confiance et soutien à l'enfant + [00:26:36][^4^][4] Les trois facettes de l'empathie * L'empathie affective : partager les émotions d'autrui sans confusion * L'empathie cognitive : comprendre pourquoi l'autre éprouve telle ou telle émotion * La sollicitude empathique : vouloir prendre soin du bien-être d'autrui + [00:30:00][^5^][5] La théorie de l'attachement * Répondre aux signaux de détresse de l'enfant * Ne pas le punir ni l'humilier * Lui donner une sécurité affective + [00:35:17][^6^][6] Le toucher affectif * Est fondamental et vital pour le développement * Fait maturer le cerveau * Doit être dans le respect de l'autre + [00:39:34][^7^][7] Le travail sur les émotions * Est un changement majeur au 21ème siècle * Nécessite d'accueillir, d'accepter et de comprendre les émotions * Permet de penser, d'agir, de choisir et d'avoir un sens éthique

      Résumé vidéo [00:49:43][^1^][1] - [01:00:54][^2^][2]:

      La troisième partie de la vidéo parle de l'importance des émotions dans la vie humaine, de la différence entre les émotions agréables et désagréables, et de la façon de les accueillir et de les accepter sans culpabilité. Elle aborde aussi les notions de sérénité, de sentiment, d'erreur et de progrès.

      Points forts: + [00:49:43][^3^][3] Les émotions sont des signaux pour notre survie et notre bien-être * Elles nous indiquent si notre vie correspond à nos désirs profonds * Elles ne sont ni positives ni négatives, mais agréables ou désagréables * Il faut faire attention à ce que nous dit notre corps + [00:51:07][^4^][4] Il n'y a pas de différence entre notre corps, nos émotions et notre intellect * Ils sont interdépendants et s'influencent mutuellement * Il faut être en harmonie avec ces trois secteurs + [00:52:19][^5^][5] La différence entre les sentiments et les émotions * Les sentiments sont l'arrière-fond de notre vie, qui peut être serein ou anxieux * Les émotions sont les variations permanentes qui surviennent en fonction de ce qu'on vit * Les deux sont du domaine du ressenti + [00:53:08][^6^][6] La sérénité n'est pas l'absence d'émotions désagréables * C'est la capacité de faire face à l'agréable et au désagréable * C'est accueillir et accepter toutes nos émotions sans culpabilité * C'est être en accord avec soi-même et avec la réalité + [00:56:01][^7^][7] Il n'est pas grave de faire des erreurs * C'est humain et normal de se tromper * Il faut reconnaître ses erreurs et s'excuser si besoin * Il faut apprendre de ses erreurs et progresser + [00:58:28][^8^][8] Il ne faut pas se mettre de pression * La pression nous stresse et nous empêche d'être nous-mêmes * Il faut avoir confiance en soi et en l'humanité * Il faut reconnaître que l'humanité progresse moralement

    1. Les « billets moments spéciaux ». Une voie d’accès à l’expérience émotionnelle de la classe. Sophie Necker, maîtresse de conférences, INSPÉ Lille HdF, Université de Lille, CIREL

      Samedi 22 janvier 2022, site INSPÉ de Villeneuve d'Ascq

  5. Jan 2024
    1. Voici le résumé de la vidéo sur le webinaire “L’art au service du bien-être à l’école” avec les timecode associés:

      • Introduction (00:00 - 02:30): Marine Pierrat et Laurent Bastien présentent le webinaire, le dernier module du parcours "Climat scolaire et bien être à l'école", et les objectifs de la séance.
      • L'art comme outil de médiation (02:30 - 16:00): Marine Pierrat explique comment l'art peut favoriser le bien-être des élèves et des enseignants, à travers des exemples de pratiques artistiques (théâtre, danse, musique, arts plastiques, etc.) et des témoignages d'acteurs de terrain.
      • L'art comme support de connaissances (16:00 - 28:00): Laurent Bastien montre comment l'art peut enrichir les apprentissages disciplinaires et transversaux, en s'appuyant sur des exemples de projets menés dans des établissements scolaires (fresque historique, slam poétique, exposition virtuelle, etc.).
      • Conclusion (28:00 - 30:00): Marine Pierrat et Laurent Bastien rappellent les principaux points abordés lors du webinaire, remercient les participants et les invitent à consulter les ressources complémentaires disponibles sur le site de Canopé.
    1. ça c'est bien beau mais c'est souvent impossible qu'est-ce qu'on fait qu'est-ce qui se passe quelle est la réponse de l'institution si on est en droit dans de d'en avoir une et d'en 00:33:10 demander une il y a un phocéan entre la réalité et toutes ces préconisations et la question qui rejoint celle-ci c'est ensuite celle de la souffrance des équipes de la 00:33:23 souffrance aussi des enfants dans ces situations là quelle réponse peut-on apporter
    1. Résumé vidéo [00:00:10][^1^][1] - [00:19:19][^2^][2]:

      Cette vidéo est un module de formation sur la respiration pour se recentrer, réalisé par les ateliers Canopé du 52, du 91 et du 93. Elle présente des exercices de relaxation basés sur la respiration, la visualisation et la cohérence cardiaque, à pratiquer soi-même ou avec ses élèves.

      Points forts: + [00:01:01][^3^][3] La respiration au carré * Un exercice pour maîtriser sa respiration et éviter la colère * Consiste à tracer un carré avec son doigt et à inspirer, bloquer, expirer et bloquer sur chaque côté * Peut se faire à partir de la grande section maternelle + [00:05:53][^4^][4] La respiration et le corps * Le rôle du diaphragme et du plexus solaire dans la respiration * La différence entre la respiration abdominale et thoracique * Les bienfaits de la respiration sur les tensions, le stress, la santé et le souffle + [00:08:35][^5^][5] La cohérence cardiaque * Une technique pour contrôler sa respiration et réguler son stress et son anxiété * Stimule le nerf vague et active le système parasympathique * Envoie des messages positifs au cerveau et augmente les neurohormones du bien-être * Se pratique 3 fois par jour, 6 respirations par minute, pendant 5 minutes + [00:15:20][^6^][6] Les témoignages et les ressources * Le témoignage d'un professeur qui pratique la cohérence cardiaque avec ses élèves * Le reportage de France Info sur la cohérence cardiaque * Les applications et les sites pour guider la respiration * Les contacts et les prochains webinaires des ateliers Canopé

  6. Oct 2023
    1. 4. Toute une gamme de dispositions, relatives notamment aux soins, à l'orientation et à la supervision, aux conseils, à la probation, au placement familial, aux programmes d'éducation générale et professionnelle et aux solutions autres qu'institutionnelles seront prévues en vue d'assurer aux enfants un traitement conforme à leur bien-être et proportionné à leur situation et à l'infraction.

      Article 40

  7. May 2023
  8. Jan 2023
    1. La Défenseure des droits recommande auxpouvoirs publics d’inscrire la prise en comptede la santé mentale des enfants et adolescentsdans sa dimension la plus large, en conformitéavec la définition de l’OMS, dans le cadre d’unevéritable stratégie publique afin de favoriser,notamment à l’école , la mise en œuvre demesures dédiées et adaptées aux besoinsfondamentaux des enfants.

      Recommandadion 01

  9. Sep 2022
    1. Article 27 1. Les Etats parties reconnaissent le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social.
  10. Jul 2022
  11. Apr 2022
    1. Par leurs attitudes et leurs paroles, les adultesqui participent à l’instruction et à l’éducationd’un enfant ont un impact affectif susceptible del’inhiber ou de lui donner confiance en lui-même
  12. Mar 2022
    1. Contribuer à l’enseignement civique et moral de l’élève, et à la qualité du cadre de vie et d’étude.
    2. avec le souci de contribuer au bien-être des élèves
  13. Feb 2022
    1. Selon l’OMS, la santé mentale se définit comme « un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté. Dans ce sens positif, la santé mentale est le fondement du bien-être d’un individu et du bon fonctionnement d’une communauté ».
  14. Jan 2022
  15. Apr 2021
    1. La santé perçue des collégiens La dernière enquête HBSC 2014 montre qu’en matière de santé mentale : 82% des adolescents scolarisés en collèges ont une perception positive de leur vie et se situent dans une projection positive de leur avenir. Mais ce sentiment plutôt positif de bien-être tend à se dégrader entre la 6ème et la 3ème où il passe de 81,6% à77, 1% et diminue plus fortement chez les filles que chez les garçons.
  16. Mar 2021
    1. Dans l'académie de Poitiers - Sud Vienne, enseignants et élèves expérimentent la respiration guidée. Une pratique physiologique que nous présente ici l', inspectrice académique, ainsi que les élèves et les enseignants de l'école du Bois Vert de la Villedieu du Clain.

  17. Feb 2021
  18. Jul 2020
  19. Jun 2020
    1. Le Défenseur des droits considère que le bien-être des enfants accueillis repose en partie sur celui des professionnels qui les accompagnent. Il est donc essentiel de permettre à ces derniers d’exercer leur mission dans un cadre cohérent et bienveillant, en rétablissant que l’intérêt de l’enfant doit être une considération primordiale et en favorisant une organisation et un cadre de travail soutenant